Dr Troy Harkness

Université de la Saskatchewan

Dr Troy Harkness
À la recherche de nouveaux moyens de traiter les cancers pharmacorésistants

On dit souvent qu’il est impossible d’apprendre de nouveaux tours à un vieux chien. Mais ne pourrait-on pas apprendre à un vieux médicament de nouveaux tours pour soigner les chiens?

Le Dr Troy Harkness, chercheur à l’Université de la Saskatchewan, à Saskatoon, tente de voir si un médicament utilisé depuis des décennies dans les cas de diabète ne pourrait pas traiter également les tumeurs pharmacorésistantes chez les chiens. Ce médicament, la metformine, a laissé entrevoir une activité anticancer fort prometteuse en laboratoire; dans certains cas, le médicament a même réussi à tuer des cellules cancéreuses pharmacorésistantes. Par ailleurs, la metformine est actuellement mise à l’épreuve de façon active comme traitement expérimental de plusieurs types de cancer dans le cadre d’essais cliniques.

Grâce à l’aide financière de la Société canadienne du cancer, le Dr Harkness est le premier chercheur à étudier l’effet du traitement par la metformine chez des chiens atteints d’un lymphome pharmacorésistant, une maladie très semblable à une forme de cancer sanguin humain appelé lymphome non hodgkinien. Autant chez les chiens que chez les humains, les lymphomes répondent souvent à la chimiothérapie au début, mais développent par la suite une résistance aux médicaments. Le vieillissement et l’évolution du cancer étant plus rapides chez les chiens, les études menées auprès de ces derniers peuvent contribuer à modéliser la réponse de lymphomes humains à de nouveaux traitements.

Les chiens de compagnie atteints d’un lymphome sont recrutés dans les cliniques vétérinaires où ils reçoivent des traitements. Aux fins de cette étude, ils recevront le traitement de chimiothérapie standard jusqu’à ce que celui-ci ne fasse plus effet. Les chiens recevront ensuite de la metformine en association avec la chimiothérapie, ce qui permettra de vérifier si cette combinaison peut vaincre la pharmacorésistance. Le Dr Harkness et ses collègues examineront en quoi la metformine modifie les marqueurs moléculaires associés à la pharmacorésistance afin de mieux comprendre comment l’utiliser comme nouveau traitement contre le cancer.

Un an après le début du projet, l’équipe du Dr Harkness a démontré que la metformine peut inverser les marqueurs moléculaires d’un lymphome pharmacorésistant. Lorsque des chiens présentent déjà des marqueurs de pharmacorésistance au moment d’être admis à l’étude, ils reçoivent alors immédiatement la metformine en plus de leur traitement normal, dans l’espoir d’induire et de maintenir une plus longue rémission. Jusqu’à maintenant, deux chiens en pareille situation ont été admis et sont toujours en rémission plusieurs mois plus tard.

Après que tous les traitements disponibles eurent échoué, tous les chiens participant à l’étude ont eu une réponse positive à la metformine, accompagnée d’un renversement des marqueurs de pharmacorésistance. Un des chiens a connu une rémission complète, la tumeur s’étant entièrement rétractée sur une période de cinq mois. Il faudra toutefois poursuivre l’étude chez d’autres chiens pour démontrer de manière probante le potentiel anticancer de la metformine.

« Le soutien de la Société canadienne est indispensable à de telles études. Sans ces fonds, nous n’aurions pas pu savoir qu’un traitement potentiel des cancers pharmacorésistants – ainsi que la possibilité de détecter cette résistance avant qu’elle soit cliniquement manifeste – se trouvait à portée de main », fait valoir le Dr Harkness.

Nous avons cruellement besoin de nouvelles options thérapeutiques pour les personnes atteintes de cancers pharmacorésistants. Si la stratégie à l’étude s’avère concluante chez les chiens, les observations issues du projet pourront orienter les essais cliniques vers une approche semblable auprès des humains.

×