Pat Hartley

Une infirmière appelle à l’aide

Photo of Pat Hartley
Malgré l’expérience et les connaissances que j’avais sur le cancer, j’étais en état de choc.

Pat Hartley, 73 ans, a mené une longue et fructueuse carrière dans le domaine de la santé. Infirmière enseignante dans un collège de Vancouver, elle a été la mentore de nombreux étudiants en soins infirmiers, qu’elle a préparés à occuper des postes dans divers hôpitaux et autres établissements de santé.

Et pourtant, lorsqu’à 65 ans elle a reçu du jour au lendemain un diagnostic de cancer du sein, Pat a constaté avec étonnement qu’elle ne savait pas quoi faire ni vers qui se tourner. « J’avais rencontré bien des femmes atteintes de cancer du sein et vu bien des mastectomies. Mais quand il s’agit de soi, c’est différent. Ça devient irréel, explique Pat. Il y a tant de décisions à prendre et d’information à assimiler. Malgré toute l’expérience et les connaissances que j’avais sur le cancer, j’étais en état de choc. »

Le cancer de Pat, détecté à l’occasion d’une mammographie courante et d’une biopsie de suivi, était un carcinome canalaire non infiltrant. La maladie étant agressive, l’oncologue a recommandé une mastectomie (ablation chirurgicale de la totalité du sein) dans les plus brefs délais.

« Je connaissais bien une partie du vocabulaire, mais certains termes étaient nouveaux pour moi. On m’a fourni un gros dossier, rempli de renseignements médicaux et de statistiques, et on m’a dit que j’avais quelques jours pour décider du type de chirurgie que j’aurais », se souvient-elle. Pat et son mari sont repartis pour la maison avec la documentation et se sont mis à lire.

Parmi les documents, il y avait les coordonnées téléphoniques de la Société canadienne du cancer; Pat a décidé d’appeler. « La dame à qui j’ai parlé était formidable, raconte Pat. Elle m’a mise en contact avec quatre autres femmes qui avaient eu le même genre de décisions à prendre à propos de la chirurgie mammaire. Elles ont été d’une aide incroyable et ont grandement facilité ma prise de décision. Ces bénévoles m’ont aussi donné plein de conseils pour bien prendre soin de moi après l’intervention. »
 
Pat a une très haute opinion des services d’information et de soutien de la Société. « Je pense souvent aux personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer, qui vivent à l’extérieur des grands centres urbains et qui n’ont pas accès à autant de ressources, dit-elle. Où que vous soyez au Canada, vous pouvez appeler la Société et obtenir gratuitement des renseignements personnalisés et spécialisés. Il s’agit d’un service remarquable; les spécialistes en information sont tellement compétents. »

Un an après sa chirurgie, Pat s’est engagée auprès de la Société afin de devenir à son tour bénévole. « Lorsqu’une personne est inquiète et ne sait pas comment réagir face au cancer, être à son écoute et lui apporter de l’espoir est quelque chose de très gratifiant. »

×