A A A

Un soutien king size pour les fumeurs

Le saviez-vous? Sans aucune aide, à peine 5 % des fumeurs se libèrent du tabac. Grâce à ses services de cessation tabagique, la Société canadienne du cancer a toutefois aidé plus de 100 000 fumeurs à cesser de fumer. 

« J’ai commencé à fumer vers l’âge de 12 ans, quand deux cigarettes se vendaient cinq cennes », se rappelle Denis Provost. Aujourd’hui âgé de 67 ans, ce résidant des Laurentides s’est libéré du tabac il y a environ deux mois. Une victoire qu’il attribue notamment à l’aide qu’il a reçue de la ligne j’Arrête, un des deux programmes d’aide à la cessation tabagique de la Société canadienne du cancer.

On le sait : l’une des meilleures façons de prévenir le cancer est d’adopter de saines habitudes de vie. À lui seul, le tabac cause 30 % de tous les cancers. Il tue aussi un fumeur régulier sur deux! Par contre, tous les fumeurs et anciens fumeurs savent à quel point il est difficile de se libérer du tabac. Ceux qui appellent la ligne j’Arrête tout en utilisant une thérapie de remplacement de la nicotine peuvent même tripler leurs chances d’y arriver.

« L’intervenante de la ligne j’Arrête m’a notamment suggéré de faire appel à une diététicienne parce que, ce qui m’inquiétait en cessant de fumer, c’était d’aggraver mon diabète en grignotant plus », explique M. Provost. Ces spécialistes offrent toujours un soutien personnalisé axé sur les besoins du fumeur. Sans être moralisateurs, ils encouragent la personne à comprendre pourquoi elle veut arrêter de fumer tout en la soutenant dans les bons et les mauvais moments.

Pour l’aider à cesser de fumer, Lina Thibault a plutôt choisi le Service de messagerie texte pour arrêter le tabac (SMAT) de la Société canadienne du cancer. Ce service qui s’adresse principalement aux jeunes fonctionne par l’envoi de textos aux fumeurs pour les aider à se libérer de leur dépendance au tabac ou à demeurer des non-fumeurs.  Ces messages sont pratiques ou encourageants comme « Montre à la cigarette c'est qui le boss!» « J’ai beaucoup apprécié ces textos qui me rappelaient avec humour ce qu’on a tendance à oublier : les nombreux avantages de ne pas fumer ou les effets positifs que cela a sur notre corps », dit cette ex-fumeuse dans la vingtaine.

Plus d’endroits sans fumée au Québec!
Non seulement la Société canadienne du cancer soutient les personnes qui souhaitent cesser de fumer; elle revendique aussi des mesures pour diminuer le tabagisme. La Loi concernant la lutte contre le tabagisme a été adoptée à la fin 2015 par le Québec. Plusieurs des mesures – réclamées depuis des années par la Société canadienne du cancer – entrent peu à peu en vigueur. Depuis mai 2016, par exemple, le tabac est notamment interdit dans les aires de jeu et sur les terrasses des restaurants et des bars; depuis août, il est interdit de vendre du tabac aromatisé, notamment au menthol, une saveur très populaire auprès des jeunes. En novembre, c’est la taille des mises en garde qui a été uniformisée, indépendamment de la taille du paquet.