Une nouvelle étude avant-gardiste de la Société canadienne du cancer vise à découvrir pourquoi certaines personnes ne développent jamais de cancer

11 mars 2015

Depuis plus de 80 ans, Dal Richards dirige un grand orchestre populaire de Vancouver qui a fait la joie de centaines de milliers d’admirateurs. À 97 ans, toujours occupé, le légendaire Richards n’a nullement l’intention de mettre la pédale douce. Il entend même organiser son 80e spectacle consécutif de la veille du Nouvel An. « Je marche un mille par jour. Je pense que c’est mon amour de la musique et des voyages, de même que le plaisir de diriger l’orchestre et de divertir le public, qui me gardent en santé », affirme-t-il.

Dal Richards

« Je marche un mille par jour. Je pense que c’est mon amour de la musique et des voyages, de même que le plaisir de diriger l’orchestre et de divertir le public, qui me gardent en santé »

– Dal Richards

Dal Richards est l’un des « super-aînés » qui participent à une nouvelle étude scientifique visant à découvrir pourquoi certaines personnes dépassent les 80, 90 et même 100 ans à l’abri du cancer.

Le projet de recherche sur les super-aînés est le premier à bénéficier de la Grande subvention canadienne pour l’innovation de la Société canadienne du cancer. Les fonds proviennent d’un généreux groupe de donateurs qui ont répondu à l’appel de la Société en vue de recueillir 200 000 $ en 1 semaine pour financer 1 Subvention pour l’innovation, versée à un projet de recherche sur le cancer à risque élevé et à fort potentiel.

« Il semble que certains de ces super-aînés en pleine santé, toujours actifs et affairés même à un âge avancé, seraient génétiquement protégés contre les mutations à l’origine des cancers », indique la chercheuse principale de l’étude, la Dre Angela Brooks-Wilson , de l’Agence du cancer de la C.-B. et de l’Université Simon Fraser. « D’autres études fournissent également beaucoup de données confirmant que les habitudes de vie, comme le fait de ne pas fumer, d’avoir une alimentation équilibrée, de limiter sa consommation d’alcool et de faire régulièrement de l’exercice, sont intimement liées à l’absence de cancer. »

Le super-aîné Dal Richards et la Dre Angela Brooks-Wilson

Le super-aîné Dal Richards avec la Dre Angela Brooks-Wilson

L’étude recrute actuellement d’autres super-aînés. Les personnes de 85 ans et plus n’ayant jamais reçu de diagnostic de cancer, de maladie cardiovasculaire ou d’AVC, de démence, de maladie pulmonaire importante ou de diabète, de même que toutes les personnes de 100 ans ou plus (quel que soit leur état de santé), peuvent participer à l’étude. Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec la coordonnatrice du projet, Ruth Thomas, au 604-675-8151 ou à rthomas@bcgsc.ca, ou visitez le site Web de l’étude.

Lisez plus de détails à propos de cette nouvelle étude.

Si vous souhaitez contribuer au financement des Subventions pour l’innovation de la Société canadienne du cancer, communiquez avec votre bureau local de la Société canadienne du cancer ou composez le 1-888-939-3333.