A A A

L’exercice peut-il empêcher le cancer? Survivants du cancer du côlon requis pour un essai clinique novateur

03 mars 2014

TORONTO -

Une étude novatrice d’initiative canadienne sur la prévention de la récurrence du cancer du côlon pourrait changer la façon de traiter le cancer en ajoutant l’exercice aux traitements standards. Mais, un plus grand nombre de participants est nécessaire.

Durant le Mois de sensibilisation au cancer du côlon, en mars, la Société canadienne du cancer encourage les survivants du cancer du côlon à en apprendre davantage sur l’essai clinique CHALLENGE et à réfléchir à la possibilité d’y participer. Communiquez avec la Société au 1-888-939-3333 ou à info@cis.cancer.ca pour un supplément d’information.

« Serait-il possible que l’exercice puisse prévenir la récurrence du cancer? C’est ce que nous espérons découvrir dans le cadre de l’essai clinique CHALLENGE, affirme le Dr Chris Booth, chercheur responsable, oncologue au Kingston General Hospital et professeur agrégé à l’Université Queen’s. Cette étude, qui est un exemple de la recherche de pointe financée par la Société canadienne du cancer, pourrait améliorer les taux de survie et la qualité de vie des survivants du cancer du côlon. »

L’étude CHALLENGE, dirigée par le Groupe des essais cliniques (GEC) de l’Institut national du cancer du Canada (INCC),  vise la participation de près de 1 000 survivants du cancer du côlon à risque élevé ayant récemment terminé le traitement par chirurgie et chimiothérapie. Les participants seront aléatoirement divisés en deux groupes. La récurrence du cancer sera suivie de près dans les deux groupes au moyen de tomodensitogrammes et de colonoscopies de surveillance. Du matériel d’éducation en matière de santé sera aussi fourni aux participants.  

De plus, les participants d’un des groupes travailleront avec un consultant en activité physique pour concevoir un programme d’exercices pouvant aller de la marche sur un tapis roulant à la gymnastique aérobique, selon leur forme physique et leurs intérêts. Le but consiste à ce que les participants augmentent leur niveau d’activité de 150 minutes par semaine, par rapport à ce qu’ils faisaient avant l’étude, et à ce qu’ils maintiennent ce niveau.

Les patients de l’autre groupe peuvent faire de l’exercice s’ils le souhaitent, mais aucun consultant en activité physique ne leur sera assigné. Chaque participant sera suivi pendant trois ans pour savoir si l’exercice fait augmenter les taux de survie.

« L’étude CHALLENGE est le premier essai clinique au monde à vérifier si l’exercice peut améliorer la survie chez les patients ayant le cancer, affirme le Dr Booth. Si c’était le cas, ces connaissances pourraient changer notre façon de traiter le cancer en incorporant l’exercice aux traitements standards. Compte tenu des quelques effets secondaires négatifs et des nombreux bienfaits pour la santé de l’exercice, nous croyons que des programmes d’exercices structurés pourraient offrir une approche de traitement importante et rentable. »

L’essai clinique étudiera aussi si l’exercice améliore la qualité de vie des survivants du cancer du côlon.

Le cancer du côlon est le troisième type de cancer le plus couramment diagnostiqué et la deuxième principale cause de décès par cancer au Canada. Environ 40 % des patients atteints d’un cancer du côlon de stage 3 ont une récidive et meurent de la maladie.

« Le soutien de la Société canadienne du cancer à l’étude CHALLENGE est essentiel, de dire la Dre Sian Bevan, directrice de la recherche, Société canadienne du cancer. Il est difficile d’obtenir le financement d’entreprises  pour un essai clinique de ce genre, puisqu’il n’y a pas de stimulant financier. Grâce à nos donateurs, nous pouvons appuyer cette étude et d’autres essais qui répondent à d’importantes questions concernant le traitement du cancer. »

La Société canadienne du cancer fournit du soutien à l’étude CHALLENGE et à de nombreux autres essais cliniques au moyen du financement du GEC de l’INCC, un chef de file mondial dans la réalisation d’essais cliniques sur le cancer. La Société investit annuellement 5,1 millions de dollars dans le GEC de l’INCC. Pour en savoir plus sur les essais cliniques, rendez-vous à cancer.ca 

Histoire d’une participante de l’essai clinique CHALLENGE

Patricia Bogstad, 80 ans, résidente de Kingston, a reçu son diagnostic de cancer du côlon en 2008. Elle a subi une chirurgie et a fait les traitements de chimiothérapie en 2009. Elle participe à l’essai clinique CHALLENGE depuis 2010.

À titre de participante, Mme Bogstad subit régulièrement des tomodensitogrammes et des colonoscopies. Elle travaille aussi avec le physiothérapeute de l’étude CHALLENGE qui lui a conçu un programme d’exercices.

« Le fait de participer à l’essai clinique me motive à continuer mon programme régulier d’exercices et à vivre sainement. Je me sens davantage responsable de ma vie et plus déterminée à viser l’équilibre, affirme Mme Bogstad. J’espère que la recherche prouvera les immenses bienfaits sur la santé de l’exercice régulier et d’une alimentation équilibrée et ce, à tout âge. Surtout, j’espère que je permettrai de prouver que la bonne forme peut contribuer à éloigner le cancer. »

 

Quelques mots sur l’étude CHALLENGE

  • L’essai, de portée mondiale, a recruté son premier patient en 2009. Les participants proviennent de 20 centres répartis partout au Canada, de 26 en Australie et de trois en Israël.
  • En Ontario, les sites comprennent des centres anticancéreux de Kingston, Ottawa, London, Hamilton, St. Catharines, Waterloo, Mississauga, Newmarket et Toronto. 
  • À l’heure actuelle, environ 300 patients participent à l’essai et le but est d’en recruter 962.

 

Que peuvent faire les Canadiens?

  • Les survivants intéressés à en savoir davantage sur l’essai clinique CHALLENGE peuvent communiquer avec la Société canadienne du cancer au  1-888-939-3333 ou à info@cis.cancer.ca.
  • Vous pouvez offrir votre soutien à la Société canadienne du cancer. C’est grâce à nos donateurs que nous pouvons appuyer de la recherche novatrice de calibre international comme l’étude CHALLENGE.

  

À propos du Groupe des essais cliniques (GEC) de l’INCC

Le Groupe des essais cliniques (GEC) de l’INCC est un groupe coopératif qui effectue des essais cliniques de phase I à III sur le cancer pour tester les traitements anti-cancer et de soutien partout au Canada et à l’échelle internationale. Il s’agit d’un programme national de recherche de la Société canadienne du cancer. Le bureau des opérations centrales et des statistiques du GEC de l’INCC se trouve à l’Université Queen’s à Kingston, en Ontario, au Canada. 

À propos de la Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à caractère communautaire, dont la mission est l’éradication du cancer et l’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Grâce à nos donateurs et à nos bénévoles, la Société est l’organisme qui a le plus d’impact, sur le plus de cancers, dans le plus de collectivités au Canada. Forts des progrès réalisés, nous travaillons avec les Canadiens afin de sauver plus de vies. Pour plus d’information, visitez cancer.ca ou appelez sans frais notre Service bilingue d’information sur le cancer au 1 888 939-3333 (ATS 1 866 786-3934).

Renseignements :

Justin Edmonstone

Affaires publiques

Société canadienne du cancer

Division de l’Ontario

Téléphone : 416-323-7026