A A A

Statistiques canadiennes sur le cancer 2012

09 mai 2012

Nouveau-Brunswick -

Les taux réduits de tabagisme et l’amélioration du dépistage et des traitements ont contribué au recul des taux de mortalité par cancer au Nouveau-Brunswick.

Les Statistiques canadiennes sur le cancer 2012,publiées aujourd’hui par la Société canadienne du cancer de concert avec l’Agence de la santé publique du Canada et Statistique Canada, indiquent une baisse au Nouveau-Brunswick des taux de décès dans l’ensemble des quatre cancers principaux : soit les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate, à l’exception des taux de décès par cancer du poumon chez les femmes, qui affichent une tendance à la hausse.

Chez les hommes, la diminution des taux de tabagisme représente un important facteur de la chute des taux de décès. Chez les Canadiens âgés de 15 ans et plus, l’usage du tabac a chuté d’un sommet de 61 % en 1965 à 20 % en 2010. Le taux de décès par cancer du poumon chez ces derniers a reculé de 30 % de 1988 à 2007. Toutefois, chez les femmes, le taux de décès par cancer du poumon n’a pas diminué. Cela est attribuable au fait que le tabagisme chez celles-ci a atteint un sommet plus tard que chez les hommes et n’a commencé à reculer de façon importante que durant les années 1980. En 1965, 38 % des Canadiennes fumaient, comparativement à 14 %, en 2010.

Les taux néobrunswickois s’apparentent aux tendances nationales. Les taux de tabagisme ont chuté, à l’instar des taux de décès par cancer du poumon chez les hommes.

« Le tabagisme est à l’origine de plus du quart de tous les décès par cancer, a déclaré Anne McTiernan-Gamble, PDG de la Société canadienne du cancer, Nouveau-Brunswick. Tous les ans, un nombre plus élevé de Néobrunswickois meurent du cancer du poumon que le total global des décès par cancer du sein, colorectal et de la prostate. »

Le Nouveau-Brunswick continue d’afficher des taux de tabagisme supérieurs à la moyenne (19 % en 2010, comparativement à la moyenne nationale de 17 %). « Bien que l’usage du tabac connaisse une baisse, le cinquième de notre population provinciale fume toujours, soulignant le besoin de mesures de lutte antitabac plus rigoureuses, » de préciser Mme McTiernan-Gamble.

La Société canadienne du cancer, Nouveau-Brunswick, est un chef de file dans la promotion de la lutte contre le tabagisme. La SCC poursuit ses démarches afin que le gouvernement adopte des mesures qui multiplieront les milieux sans fumée. Cela comprend l’interdiction de fumer dans les endroits publics extérieurs comme les terrains de sport, les parcs, les terrains de jeu et les entrées et sorties des bâtiments publics. La SCC réclame également des aides pharmacologiques subventionnées pour les fumeurs désireux de cesser et l’interdiction des produits de tabac aromatisés.

Au Nouveau-Brunswick, les taux de décès des cancers de la prostate, colorectal et du sein suivent toujours une tendance descendante, attribuable possiblement à l’amélioration des pratiques de dépistage et des traitements anticancéreux.

« Nous assistons à une baisse de la mortalité du cancer du sein imputable en partie à notre programme de dépistage organisé, a expliqué Mme McTiernan-Gamble. Il est permis d’envisager d’autres améliorations des taux de décès au Nouveau-Brunswick, avec la mise en œuvre complète des programmes de dépistage organisés des cancers du col de l’utérus et colorectal. »

Faits saillants généraux des Statistiques canadiennes sur le cancer 2012 pour le Nouveau-Brunswick

  • En 2012, au Nouveau-Brunswick, près de 4 900 nouveaux cas et 1 910 décès par cancer sont prévus.
  • En 2012, près de 410 hommes recevront un diagnostic de cancer du poumon et environ 330 succomberont à la maladie. Environ 370 femmes recevront un diagnostic et près de 280 mourront.
  • Plus d’hommes que de femmes reçoivent un diagnostic de cancer (2 700 et 2 200 nouveaux cas respectivement).
  • Plus du quart de tous les décès par cancer (27 %) sont attribuables au cancer du poumon.
  • Le taux de survie relatif de cinq ans de tous les cancers réunis est de 62 %.

Le rapport des Statistiques canadiennes sur le cancer 2012 a été préparé et distribué grâce à la collaboration entre la Société canadienne du cancer, l’Agence de la santé publique du Canada, Statistique Canada, les registres du cancer provinciaux et territoriaux de même que les chercheurs du milieu universitaire et des agences du cancer provinciales et territoriales.