Une découverte pourrait mener à des traitements plus ciblés

05 décembre 2014

Toronto -

De nouvelles données, issues d’une étude subventionnée en partie par la Société canadienne du cancer, pourraient déboucher sur des traitements plus ciblés pour les milliers de Canadiens qui reçoivent chaque année un diagnostic de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), la forme la plus courante de cette maladie mortelle.

Une équipe de chercheurs de Toronto a découvert que les protéines présentes dans les tumeurs pulmonaires sont radicalement différentes de celles que l’on retrouve dans des tissus pulmonaires normaux et peuvent être prédictives de la survie des patients. Le repérage des protéines qui commandent la croissance tumorale pourrait mener au développement de traitements individualisés, mieux adaptés au cas de chaque patient, et ainsi prolonger la survie.

Les résultats de l’étude ont été publiés en ligne aujourd’hui dans la revue Nature Communications.

L’équipe de recherche, dirigée par le Dr Michael Moran au Hospital for Sick Children (SickKids), en collaboration avec les Drs Ming Tsao et Thomas Kislinger et d’autres collègues au Princess Margaret Cancer Centre, a analysé à l’échelle moléculaire des échantillons de tissus pulmonaires normaux et touchés par un CPNPC.

Les scientifiques savent que le cancer résulte de mutations dans des gènes, mais ignorent presque tout du rôle des changements qui s’opèrent dans les dizaines de milliers de protéines différentes contenues dans chaque cellule, lesquelles forment ensemble ce qui est appelé le protéome. Le Dr Moran et son équipe ont analysé des milliers de protéines et les gènes qui codent celles-ci (c’est-à-dire qui fournissent les instructions pour la création des protéines), dans des échantillons de tissus pulmonaires normaux et touchés par un CPNPC. Ils ont décelé d’énormes différences entre les protéomes tumoraux et ceux des poumons normaux, et ont été surpris d’observer des profils parmi les protéines tumorales liées à la survie des patients.

Les chercheurs savent depuis longtemps qu’un métabolisme altéré est une caractéristique prédominante dans les cellules tumorales, mais ne connaissent la mutation responsable de l’effet carcinogène que pour très peu des centaines de gènes du métabolisme qu’ils ont identifiés. Cette étude indique que l’un des principaux mécanismes d’altération du métabolisme dans les tumeurs pulmonaires est un remodelage des protéomes en l’absence de mutations génétiques.

Avec l’information glanée au cours de leur étude, le Dr Moran et ses collègues chercheurs ont créé une image à grande échelle sans précédent du paysage moléculaire du CPNPC. « Si nous pouvons acquérir une meilleure connaissance du métabolisme des protéines qui est à l’origine de l’apparition et de l’évolution du cancer, nous pourrons élaborer des traitements plus efficaces et plus ciblés et les apparier à des patients susceptibles d’y répondre, » dit Dr Moran, qui est professeur de génétique moléculaire et titulaire d’une chaire de recherche du Canada à l’Université de Toronto.

Le cancer du poumon est le cancer le plus souvent diagnostiqué au Canada (à l’exception des cancers de la peau autres que le mélanome). Il est la première cause de mortalité par cancer tant chez les hommes que chez les femmes au Canada. Le cancer du poumon non à petites cellules en est la forme la plus fréquente et représente de 85 à 90 % de tous les cancers du poumon.

À propos de la Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer subventionne les meilleures recherches sur le cancer au Canada grâce à ses généreux donateurs et à son processus de sélection rigoureux. Nous subventionnons des centaines de chercheurs dans les universités, les hôpitaux et les centres de recherche. Ensemble, nous découvrons de nouvelles façons de changer le cancer pour toujours. Pour plus d’information, visitez cancer.ca ou appelez sans frais notre Service bilingue d’information sur le cancer au 1 888 939-3333 (ATS : 1 866 786-3934).

Renseignements :

Brooke Kelly

Coordonnateur des communications

Société canadienne du cancer

bureau national

Téléphone : 416-934-5321