Une très forte proportion de jeunes utilisent les produits du tabac aromatisés – la Société canadienne du cancer demande l’interdiction de tous les produits du tabac aromatisés pour contrer le tabagisme chez les jeunes

07 octobre 2013

Toronto -

Selon de nouvelles données nationales publiées aujourd’hui à la suite de l’Enquête sur le tabagisme chez les jeunes, les élèves du secondaire sont très nombreux à utiliser des produits du tabac aromatisés. Plus de la moitié (52 %) des élèves canadiens du secondaire qui avaient fait usage de tabac dans les 30 jours précédents avaient choisi des produits aromatisés. Le tabac aromatisé aux fruits ou aux bonbons facilite le développement d’une dépendance au tabac chez les jeunes.

« Les résultats de cette enquête démontrent clairement, sans équivoque, l’urgence pour les gouvernements fédéral et provinciaux de bannir tous les produits du tabac aromatisés, déclare Rob Cunningham, Analyste principal des politiques, Société canadienne du cancer. Il faut agir vite pour protéger les jeunes de ces produits. Il est essentiel que les gouvernements adoptent de nouvelles mesures législatives sans tarder. »

La loi fédérale sur le tabac interdit les arômes (à l’exception du menthol) dans les cigarettes, les cigarillos (petits cigares) et les feuilles d’enveloppe. Toutefois, les cigarillos sont définis comme des cigares qui ont un poids d’au plus 1,4 g ou qui sont munis d’un filtre de cigarette. Beaucoup de fabricants de produits du tabac ont contourné cette définition en portant le poids au-delà de 1,4 g, ce qui leur permet de continuer à ajouter des arômes à leurs cigarillos.

Au Canada, des produits du tabac de plusieurs catégories demeurent très aromatisés et ne sont pas interdits par la loi fédérale, dont les cigarillos (pesant plus de 1,4 g), le tabac à narguilé (« pipe à eau »), le tabac sans fumée et les cigarettes mentholées. Ces produits contiennent des arômes de chocolat, de menthe, de cerise, de pêche, de fraise, d’autres fruits et de bonbons qui plaisent aux jeunes.

« Ces données alarmantes nous font prendre conscience que le gouvernement doit intervenir davantage pour empêcher nos jeunes de devenir accros des produits du tabac, dit Steve Manske, chercheur principal, Centre pour l’avancement de la santé des populations Propel, Université de Waterloo. Près de 170 000 élèves du secondaire ont utilisé des produits du tabac aromatisés. »

Parmi les élèves du secondaire qui ont participé à l’Enquête sur le tabagisme chez les jeunes, 14 % avaient fumé des cigarettes dans les 30 jours précédents (237 100 élèves), 20 % avaient consommé un produit du tabac dans les 30 jours précédents (327 000 élèves) et 10 % avaient utilisé un produit du tabac aromatisé (dont des cigarettes mentholées) dans les 30 jours précédents (169 300 élèves).

L’Enquête sur le tabagisme chez les jeunes a aussi révélé que près du tiers (32 %) des jeunes fumeurs avaient utilisé des cigarettes mentholées dans les 30 jours précédents, soit un total de 75 200 élèves. Ce nouvel élément d’information sur la grande popularité des cigarettes mentholées chez les jeunes tranche avec le peu d’intérêt qu’elles suscitent chez les adultes, où elles représentent seulement 4 % des ventes totales de cigarettes au Canada.

« Le menthol apaise la gorge et réduit l’âpreté de la fumée de cigarette pour les jeunes qui en font l’expérience, précise M. Cunningham. Les cigarettes mentholées rendent le tabagisme plus facile et favorisent le développement d’une dépendance chez les jeunes, et doivent aussi être bannies. »

Le menthol a été exclu de la loi fédérale en raison de l’absence, à l’époque, de données sur le nombre de jeunes fumant des cigarettes mentholées.

« Avec ces nouvelles données indiquant clairement que de nombreux jeunes fument des produits mentholés, l’exclusion du menthol est une lacune qui doit être corrigée, conclut M. Cunningham.

L’Enquête sur le tabagisme chez les jeunes est menée tous les deux ans. Les résultats les plus récents sont ceux de l’enquête effectuée entre octobre 2010 et juin 2011 auprès de 50 949 élèves de partout au Canada. L’analyse des données publiées aujourd’hui sur les produits du tabac aromatisés, tirées de cette dernière enquête, a été réalisée par le Centre pour l’avancement de la santé des populations Propel, Université de Waterloo. Lire le rapport intégral.

Images disponibles pour les médias : échantillons d’emballages de produits du tabac aromatisés.

Depuis 75 ans, la Société canadienne du cancer accompagne les Canadiens dans le combat pour la vie. Toutes ces années, nous avons travaillé sans relâche à prévenir le cancer, à financer la recherche et à soutenir les Canadiens touchés par le cancer. Forts de cette expérience, nous continuons de lutter avec les Canadiens pour changer le cancer à jamais afin qu’ils soient moins nombreux à y faire face et plus nombreux à y survivre. Pour en savoir plus, visitez cancer.ca ou composez le 1 888 939-3333 (ATS : 1 866 786-3934).

Renseignements :

Rob Cunningham

Analyste principal en matière de politiques

Société canadienne du cancer

Bureau national

Téléphone : (613) 565-2522 poste : 4981