Fiche d'information : Points saillants des statistiques 2011 sur le cancer colorectal

18 mai 2011

Toronto -

Dans ses Statistiques canadiennes sur le cancer 2011, publiées aujourd'hui même, la Société canadienne du cancer braque les projecteurs sur le cancer colorectal.

Au Canada, le cancer colorectal arrive au deuxième rang des cancers les plus meurtriers et au quatrième rang des cancers les plus souvent diagnostiqués.

On estime que 22 200 nouveaux cas de cancer colorectal surviendront au Canada en 2011. De ce nombre, on estime que 8900 Canadiens en mourront. Environ un Canadien sur 14 recevra un jour un diagnostic de cancer colorectal.

Le cancer colorectal représente 13 % des cancers diagnostiqués chez l'homme et 11 % des cancers diagnostiqués chez la femme.

Survie
Au Canada, le taux de survie relative à cinq ans pour un cancer colorectal se situe à 63 %.

Le taux de survie à cinq ans pour un cancer colorectal s'est considérablement amélioré, étant passé de 56 % en 1992‑1994 à 63 % en 2004‑2006. (Ces chiffres n'incluent pas le Québec; voir la rubrique Glossaire).

La survie est fonction de l'état du patient au cours de l'année suivant le diagnostic. En effet, les patients qui survivent à cette première année ont de très fortes chances de demeurer sur la bonne voie : la survie relative au terme de cinq années supplémentaires est d'environ 74 % chez les hommes et 78 % chez les femmes.

Prévalence

Le 1er janvier 2007, on estimait à près de 99 000 le nombre de Canadiens ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal au cours des 10 années précédentes.

Taux d'incidence

Le taux d'incidence normalisé du cancer colorectal, hommes et femmes confondus, a diminué considérablement. Plus précisément, il a reculé de 0,7 % par année depuis l'an 2000, selon toute vraisemblance par suite d'une modification des facteurs de risque (une meilleure alimentation, notamment) et d'un dépistage plus rigoureux.

Le taux d'incidence selon l'âge est plus élevé chez les hommes que chez les femmes, probablement en raison de particularités biologiques et de différences au chapitre des facteurs de risque du cancer colorectal.

Entre 1983 et 2007, le taux d'incidence du cancer colorectal a diminué de près de 20 % chez les femmes.

Cependant, malgré ce recul des taux d'incidence chez les deux sexes, le nombre de nouveaux cas de cancer colorectal s'est accru depuis 1983. Cette tendance à la hausse des nouveaux cas est imputable à la croissance démographique et au vieillissement de la population.

Taux de mortalité

De 1997 à 2006, le taux de mortalité par cancer colorectal a diminué de 1,5 % par année chez les hommes et de 1,9 % par année chez les femmes. Ce recul tient probablement à l'amélioration des traitements et au resserrement du dépistage.

Le taux de mortalité par cancer colorectal est plus élevé chez les hommes que chez les femmes.

Suivi
Un suivi post-thérapeutique très rigoureux d'un cancer colorectal à un stade précoce se traduit, on l'a démontré, par une amélioration de la survie. Toutefois, on doit s'assurer que les patients et leurs aidants observent à la lettre les recommandations de suivi, et, sur ce plan, il y a place à l'amélioration.

Glossaire

La survie relative à cinq ans est la proportion de patients en vie cinq ans après le diagnostic, après redressement pour tenir compte des décès attendus chez les personnes du même âge dans la population générale. La survie relative constitue l'indicateur le plus fréquent de la survie des patients atteints de cancer dans une population. N'ayant pu obtenir des données précises sur la survie au Québec, nous n'avons pu intégrer les données québécoises à celles des autres provinces.

Le taux normalisé en fonction de la répartition par âge de la population correspond au nombre de personnes par tranche de 100 000 qui reçoivent un diagnostic de cancer ou meurent d'un cancer. La normalisation en fonction de la répartition par âge prend en considération la distribution des populations comparées au sein des divers groupes d'âge; dans le cas présent, nous comparons diverses populations du Canada. Soulignons ici que nous ne pouvons pas comparer directement les taux obtenus à ceux d'autres pays sans procéder, une fois de plus, à une normalisation.

Communiqué : Cancer colorectal : de nombreux décès évitables surviennent en raison d'un dépistage déficient

Fiche d’information : Statistiques canadiennes sur le cancer 2011 

Fiche d’information médias : La Société canadienne du cancer s'attaque au cancer colorectal


Renseignements :

Christine Harminc

Senior Manager, Communications & Media Relations

Société canadienne du cancer, Bureau national

Téléphone : 416 934-5340