Lancement d’un vaste essai clinique multinational sur le cancer du poumon

10 novembre 2014

Kingston, ON -

Le Groupe des essais cliniques de l’Institut national du cancer du Canada (GEC de l’INCC) de Kingston, en Ontario, a conçu et dirigera un essai clinique multinational sur une nouvelle classe de médicaments contre le cancer qui, espère-t-on, pourront guérir un cancer traité par chirurgie et chimiothérapie, et confiné au poumon. Le GEC de l’INCC est financé par la Société canadienne du cancer.

L’essai réunira des patients soumis au traitement classique contre le cancer du poumon. Ce dernier est le deuxième type de cancer le plus fréquent en Amérique du Nord et celui qui tue le plus, tant chez les hommes que chez les femmes.

De 80 à 85 % des cancers du poumon sont des cancers du poumon non à petites cellules (CPNPC).

Le médicament à l’étude fait partie d’une nouvelle classe d’agents qui aident le système immunitaire à reconnaître le cancer et à s’y attaquer. On a déjà homologué des médicaments de cette classe pour le traitement du mélanome.

« L’essai portera sur un médicament d’une nouvelle classe d’agents qui ne détruisent pas les cellules cancéreuses directement, mais agissent plutôt en améliorant la capacité de notre système immunitaire de les attaquer et de les détruire, précise le chercheur principal, M. Glen Gloss. En mettant ces agents en place dès les tout premiers stades du traitement du cancer du poumon, nous comblons un grand vide thérapeutique. »

« Le cancer du poumon tue 2 millions de personnes par année dans le monde, fait observer la Dre Christine Williams, vice‑présidente, Recherche et politiques, à la Société canadienne du cancer. Ce nouveau médicament est le fruit de dizaines d’années de recherche portant sur comment le système immunitaire peut être exploité pour lutter contre le cancer. De plus, ce médicament semble être en mesure de sauver des vies. Nous sommes très heureux que le Canada soit à la tête de cet essai multinational soutenu avec fierté par la Société canadienne du cancer. »

L’essai sera mené dans divers pays, avec la collaboration des organismes suivants : Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique (France), National Cancer Institute (États-Unis et Naples [(Italie]), Australasian Lung Cancer Trials Group & National Health and Medical Research Council Clinical Trials Centre (Australie), Grupo Español de Cáncer de Pulmón, Société néerlandaise de pneumologie et de tuberculose (NVALT), Central and East European Oncology Group, Korean Cancer Study Group et National Cancer Centre Singapore.

« Cette annonce est la plus importante de l’histoire de la recherche à l’Université Queen’s, se réjouit le directeur, Daniel Woolf. C’est très stimulant, non seulement parce que ces travaux de recherche potentiellement salvateurs trouvent leur point de départ ici même, chez nous, mais également parce qu’ils nous permettent de collaborer et de nouer des liens précieux avec des chercheurs du monde entier. »

« Cet essai se déroulera dans de nombreux pays et réunira des médecins universitaires de partout dans le monde, déclare Janet Dancey, directrice du GEC de l’INCC. Pour la toute première fois dans le monde, ce nouveau médicament sera mis à l’essai dans le traitement du cancer du poumon à un stade précoce. »

On recrutera 1100 patients au Canada et ailleurs dans le monde. Les personnes souhaitant participer à l’essai peuvent consulter leur oncologue pour connaître les options de traitement qui s’offrent à elles. Au Canada, environ 25 établissements prendront part à l’essai. On pourra trouver de l’information sur la participation à l’essai sur les sites suivants : clinicaltrials.gov et vuesurlecancer.ca.

À propos du Groupe des essais cliniques (GEC) de l’INCC

Le GEC de l’INCC est le seul groupe de recherche concertée sur le cancer au Canada dont les essais cliniques s’étendent sur la totalité du spectre, soit des essais de phase I aux vastes essais comparatifs multinationaux avec randomisation, et portent sur tous les types de cancer. Il a pour mission principale d’évaluer l’efficacité d’interventions visant à prévenir le cancer et à améliorer les soins prodigués aux patients qui développent la maladie. Grâce aux essais du GEC de l’INCC, la prise en charge du cancer conduit à des résultats plus favorables pour les patients. Il s’agit d’un programme national de recherche de la Société canadienne du cancer. Le bureau des opérations centrales et des statistiques du GEC de l’INCC se trouve à l’Université Queen’s à Kingston, en Ontario, au Canada.

À propos de la Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à caractère communautaire, dont la mission est l’éradication du cancer et l’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Grâce à nos donateurs et à nos bénévoles, la Société est l’organisme qui a le plus d’impact, sur le plus de cancers, dans le plus de collectivités au Canada. Forts des progrès réalisés, nous travaillons avec les Canadiens afin de changer le cancer pour toujours. Pour plus d’information, visitez cancer.ca ou appelez sans frais notre Service bilingue d’information sur le cancer au 1 888 939‑3333 (ATS 1 866 786‑3934).

À propos de l’Université Queen’s

Depuis plus de 170 ans, l’Université Queen’s est un établissement d’enseignement supérieur qui se démarque et s’emploie à façonner l’avenir du Canada. Cette université résidentielle de taille moyenne, où règnent un solide esprit de corps et un grand sens de l’accomplissement, figure parmi les 10 établissements universitaires les plus actifs en recherche au Canada. Cette réussite tient à la quête constante de l’excellence en recherche et à la soif d’apprentissage, lien fondamental et indissoluble entre l’enseignement et la recherche.

Renseignements :

Rosie Hales

Spécialiste des communications

Société canadienne du cancer

bureau national

Téléphone : 416 934-5338