L’ajout d’une radiothérapie réduit le risque de récidive du cancer du sein chez certaines patientes

23 juillet 2015

Toronto -

Un essai clinique financé par la Société canadienne du cancer a permis de constater que l’administration d’une radiothérapie des ganglions lymphatiques proches des tumeurs, lorsqu’elle est effectuée parallèlement au traitement standard, lequel consiste à irradier le sein entier après une chirurgie mammaire conservatrice (telle qu’une ablation des tumeurs mammaires), permettait de diminuer le taux de récidive du cancer du sein, mais sans augmenter le taux global de survie.

Cette étude du Groupe des essais cliniques de l’INCC, que la Société finance, a été menée au sein de l’Université Queen’s, à Kingston, sur une période de 14 ans. Les chercheurs ont comparé les résultats de deux traitements : d’une part, la radiothérapie du sein entier, et d’autre part, la radiothérapie des ganglions lymphatiques régionaux conjuguée à la radiothérapie du sein entier.

Les sujets de l’étude étaient soit des femmes dont le cancer du sein s’était propagé aux nœuds lymphoïdes situés sous le bras (cancers avec atteinte des ganglions axillaires), soit des femmes dont les ganglions axillaires n’étaient pas atteints, mais qui présentaient des facteurs de risque élevé.

À l’heure actuelle, une chirurgie mammaire conservatrice est souvent pratiquée chez les patientes atteintes d’un cancer du sein au stade précoce. Cette intervention, qui consiste à retirer la tumeur mammaire ainsi qu’une partie des tissus sains environnants, précède généralement l’administration d’une radiothérapie du sein entier.

Dans le cadre de l’essai, les chercheurs ont utilisé un traitement fréquemment administré, après une mastectomie, aux femmes qui présentent une atteinte ganglionnaire et subissent une radiothérapie de la paroi thoracique ainsi que des ganglions lymphatiques régionaux situés sous le bras, au-dessus de la clavicule et sous le sternum. Il a été démontré que ce traitement réduisait le taux de récidive du cancer du sein et améliorait le taux de survie des patientes chez lesquelles une mastectomie a été pratiquée.

« Cette étude apporte des éléments de réponse à une question importante, à savoir si l’ajout d’une radiothérapie régionale des ganglions lymphatiques à la radiothérapie du sein standard est bénéfique pour les patientes, explique Dre Siân Bevan, directrice de la recherche à la Société canadienne du cancer. La Société se donne pour mission d’aider les chercheurs à réunir des preuves scientifiques solides qui non seulement nous permettent dès maintenant de proposer les meilleurs traitements possible aux patients, mais viendront également étayer les traitements futurs que nous pourrons leur offrir. »

Le Dr Tim Whelan, qui a dirigé l’essai clinique, enseigne l’oncologie à l’École de médecine Michael G. DeGroote de l’Université McMaster, en plus de pratiquer l’oncoradiologie au Centre de cancérologie Juravinski du réseau des sciences de la santé de Hamilton.

« Cette étude est importante, explique-t-il, parce qu’elle montre que l’ajout d’une radiothérapie des nœuds lymphoïdes environnants produit des effets bénéfiques chez les patientes, surtout chez celles dont les ganglions lymphatiques axillaires sont atteints. Ce traitement réduit le risque de récidive du cancer du sein à l’échelle locale, sous le bras par exemple, mais aussi dans des sites éloignés, tels que l’os, le foie ou le poumon. Notre étude ne permet pas de conclure à une augmentation du taux de survie, mais la phase de suivi des patientes en est encore à un stade relativement précoce. »

Le Dr Whelan ajoute que d’autres études devront être effectuées pour établir le profil des femmes les plus susceptibles de profiter de cette radiothérapie supplémentaire et celui des femmes chez lesquelles ce traitement peut être évité. Une étude européenne a donné des résultats très similaires.

Cette étude, réalisée par une équipe de chercheurs canadiens, américains et australiens, a été publiée dans le New England Journal of Medicine. Plus de 1800 femmes atteintes du cancer du sein y ont participé.

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à caractère communautaire, dont la mission est l’éradication du cancer et l’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Grâce à nos donateurs et à nos bénévoles, la Société est l’organisme qui a le plus d’impact, sur le plus de cancers, dans le plus de collectivités au Canada. Forts des progrès réalisés, nous travaillons avec les Canadiens afin de changer le cancer pour toujours. Pour plus d’information, visitez cancer.ca ou appelez sans frais notre Service bilingue d’information sur le cancer au 1 888 939-3333 (ATS : 1 866 786-3934).

Renseignements :

Rosie Hales

Spécialiste des communications

Société canadienne du cancer

bureau national

Téléphone : 416 934-5338