Vous êtes ici:
A-|A|A+

Ce que vous devez savoir à propos des deux tests de dépistage du cancer de la prostate

Deux tests facilitent la détection précoce du cancer de la prostate. Si votre médecin et vous jugez opportun de passer de tels tests, ne vous limitez pas à un seul – passez les deux.

Analyse de l’APS (antigène prostatique spécifique)

Une analyse de l’APS est un test sanguin qui permet de mesurer la concentration de l’antigène prostatique spécifique, une substance produite par la prostate. Le taux d’APS normal varie avec l’âge. Plusieurs troubles de la prostate, et pas seulement le cancer, peuvent être à l’origine d’une augmentation du taux d’APS. Il arrive aussi que des hommes atteints d’un cancer de la prostate présentent des taux d’APS normaux.

L’analyse de l’APS seule ne peut servir à poser un diagnostic de cancer. Elle ne fait qu’indiquer un possible problème de prostate.

Les frais de l’analyse de l’APS ne sont pas nécessairement couverts par les régimes provinciaux ou territoriaux d’assurance maladie ou les assurances privées.

Toucher rectal (TR)

Un toucher rectal est un examen physique de la prostate par le rectum. Après avoir introduit un doigt ganté dans le rectum, le médecin palpe la prostate afin de détecter toute masse ou anomalie.

Deux tests valent mieux qu’un

C’est lorsqu’ils sont combinés que ces deux tests de dépistage sont les plus utiles. Jumelée au toucher rectal, l’analyse de l’APS peut aider à la détection précoce d’un cancer potentiellement dangereux, alors qu’il est plus facile à traiter.

Tests supplémentaires

Si on constate quelque chose d’anormal, d’autres analyses permettront de déterminer s’il s’agit d’un cancer ou d’un autre problème de santé. Ces autres tests sont :

  • le suivi du taux d’APS
  • l’échographie transrectale : ce test utilise des ondes sonores pour créer une image du rectum et des organes voisins, incluant la prostate
  • une biopsie de la prostate : un examen au microscope d’un échantillon de tissu de la prostate
A-|A|A+