Vous êtes ici:

Effets secondaires liés à l’alimentation

Les effets secondaires liés à l’alimentation sont fréquents au cours d’un traitement contre le cancer. Parfois, c’est le cancer lui-même qui empêche de bien se nourrir. Mais la plupart du temps, c’est le traitement contre le cancer qui en est la cause. En effet, le traitement ne fait pas que détruire les cellules cancéreuses; il peut aussi endommager des cellules saines et entraîner des effets secondaires. Il est difficile de prédire combien d’effets secondaires vont se manifester ou à quel point ils vous incommoderont. Et si vous en avez, il faudra peut-être un peu de temps pour trouver une solution efficace. Vous pourriez noter qu’il n’est pas toujours aussi facile de bien manger d’un jour à l’autre. Tout cela peut être très frustrant.

La bonne nouvelle, c’est que la plupart du temps, les effets secondaires liés à l’alimentation sont temporaires. Une fois le traitement terminé, un grand nombre de personnes recommencent peu à peu à manger normalement.

Apprenez-en davantage sur ces effets secondaires liés à l’alimentation :

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Rose-Marie LeBlanc Si je peux aider ne serait-ce qu’une personne au cours de ma vie, ça en vaut la peine.

Lisez l’histoire de Rose-Marie

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus