Tumeur de Wilms

Vous êtes ici:

Effets tardifs des traitements de la tumeur de Wilms

Se rétablir d’une tumeur de Wilms et s'adapter à sa vie après le traitement diffèrent pour chaque enfant. Le rétablissement peut dépendre du stade du cancer, du type de traitement et de la dose administrés, de l’âge de l’enfant lors du traitement et de bien d'autres facteurs. La fin du traitement d'un cancer peut engendrer des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d'autres questions à régler, comme l'adaptation aux effets secondaires tardifs.

L’équipe de soins de votre enfant surveille l’apparition d’effets tardifs et est en mesure de vous aider à vous préparer à ce qui peut arriver. Elle peut aussi vous dire comment aider votre enfant.

Troubles du rein

Les enfants atteints d'une tumeur de Wilms sont habituellement très jeunes quand ils reçoivent leur diagnostic et leur traitement, alors ils risquent d'éprouver des problèmes aux reins avec le temps. On parle entre autres de protéinurie (trop grande quantité de protéines dans l’urine) et d'hypertension (hausse de la pression artérielle). L'insuffisance rénale peut être un effet tardif chez les enfants atteints d’une tumeur de Wilms dans les deux reins.

Des troubles rénaux peuvent apparaître de 10 à 20 ans après une néphrectomie, une radiothérapie ou une chimiothérapie à laquelle on a eu recours pour traiter une tumeur de Wilms. Selon la dose reçue, la radiothérapie risque de causer des dommages aux reins (néphrite radique).

Les enfants atteints du syndrome de Denys-Drash risquent davantage d'éprouver des troubles rénaux après avoir été traités pour une tumeur de Wilms. Les enfants atteints du syndrome WAGR sont aussi plus susceptibles d’avoir une insuffisance rénale.

Les enfants qui n'ont qu'un seul rein devraient éviter de prendre des médicaments qui nuisent aux reins et porter un équipement protecteur lors des sports de contact.

Apprenez-en davantage sur les troubles du rein.

Occlusion intestinale

Chez les enfants traités par chirurgie abdominale, du tissu cicatriciel peut se former et ainsi accroître le risque d’occlusion intestinale plus tard dans leur vie. Les symptômes de l’occlusion intestinale sont entre autres la douleur abdominale et les vomissements. Il est important de consulter un médecin immédiatement si ces symptômes sont graves.

Apprenez-en davantage sur l’occlusion intestinale.

Troubles cardiaques

Certains agents chimiothérapeutiques administrés pour traiter la tumeur de Wilms, comme la doxorubicine (Adriamycin), peuvent avoir des effets tardifs sur le cœur. On parle entre autres de troubles de la fonction du muscle cardiaque comme la dysfonction ventriculaire gauche et la cardiomyopathie. La chimiothérapie administrée pour traiter une tumeur de Wilms risque aussi de rendre le rythme cardiaque anormal (arythmie). Selon la dose administrée, jusqu’à un quart des enfants qui reçoivent de la doxorubicine comme traitement de la tumeur de Wilms auront une anomalie cardiaque. Les personnes ayant été traitées avec de la doxorubicine pour une tumeur de Wilms devraient éviter de fumer puisque cela cause des dommages au cœur.

Les filles risquent davantage d’être atteintes de troubles cardiaques après une chimiothérapie à base de doxorubicine administrée pour traiter une tumeur de Wilms. D’autres facteurs de risque de troubles cardiaques après un traitement à la doxorubicine sont entre autres ceux-ci :

  • doxorubicine administrée à un jeune âge
  • forte dose totale (cumulative) de doxorubicine
  • radiothérapie au thorax
  • radiothérapie au côté gauche de l'abdomen

Apprenez-en davantage sur les troubles cardiaques.

Troubles pulmonaires

Des troubles pulmonaires peuvent apparaître après l'administration de certains agents chimiothérapeutiques ou d'une radiothérapie au thorax. La radiothérapie au thorax risque de causer des problèmes comme le poumon radique et la fibrose pulmonaire.

La pneumonite est le trouble pulmonaire le plus fréquemment causé par certains agents chimiothérapeutiques, comme la doxorubicine et la dactinomycine (Cosmegen, actinomycine D). La pneumonite est l’inflammation des poumons. Elle peut évoluer en fibrose pulmonaire, c'est-à-dire la formation de tissu cicatriciel dans les poumons.

Apprenez-en davantage sur les troubles pulmonaires.

Troubles osseux et musculaires

Les enfants traités pour une tumeur de Wilms peuvent grandir et se développer plus lentement ou moins que les autres enfants. Une radiothérapie à l’abdomen peut causer des problèmes aux os et aux muscles, c’est-à-dire des troubles musculosquelettiques. Ces troubles sont entre autres une déviation de la colonne vertébrale (scoliose) ou une musculature sous-développée ou faible.

Apprenez-en davantage sur les troubles osseux et musculaires.

Troubles du foie

Certains agents chimiothérapeutiques, comme la dactinomycine et la vincristine (Oncovin), peuvent causer des problèmes au foie. La radiothérapie à l'abdomen risque aussi d’endommager le foie : il peut enfler (hépatomégalie). Une complication rare mais grave du traitement est appelée syndrome d’obstruction sinusoïdale, ou maladie veino-occlusive du foie. Elle apparaît habituellement en cours de traitement. Si les dommages au foie s'intensifient, le foie peut durcir (fibrose) et se cicatriser (cirrhose).

Apprenez-en davantage sur les troubles du foie.

Troubles de l’appareil reproducteur

Certains agents chimiothérapeutiques administrés pour traiter la tumeur de Wilms peuvent affecter les ovaires et les testicules. Ces médicaments risquent de causer différents problèmes à l’appareil reproducteur des enfants alors qu’ils vieillissent. On parle entre autres de puberté précoce ou tardive tant chez les filles que chez les garçons. Il arrive que les enfants traités pour une tumeur de Wilms soient infertiles une fois devenus adultes. Les filles dont tout l’abdomen est traité par radiothérapie peuvent entrer prématurément en ménopause à l’âge adulte. On peut également observer des effets négatifs sur les grossesses des femmes qui ont reçu une radiothérapie abdominale dans l'enfance. Le problème le plus fréquent est l'accouchement prématuré.

Apprenez-en davantage sur les troubles de l’appareil reproducteur de l’homme et les troubles de l’appareil reproducteur de la femme.

Cancers secondaires

Les survivants à la tumeur de Wilms risquent davantage d'être atteints d'un cancer secondaire. Ce risque peut être attribuable à des troubles génétiques ou à des traitements, comme la chimiothérapie et la radiothérapie.

Les types de cancers qui peuvent apparaître après une radiothérapie dépendent de la région traitée. Une radiothérapie à l’abdomen peut accroître le risque de cancer colorectal et d'autres cancers gastro-intestinaux. Une radiothérapie au thorax peut accroître le risque de cancer du poumon, du sein ou de la glande thyroïde si ces régions se trouvaient dans le champ de rayonnement. Les enfants qui ont reçu une radiothérapie devraient faire partie d’un programme de suivi à long terme afin qu’on puisse les surveiller et leur faire connaître le risque d’apparition de cancers secondaires.

Apprenez-en davantage sur les cancers secondaires.

Questions à poser sur les effets tardifs et les soins de soutien

Apprenez-en davantage sur la surveillance de l’apparition d’effets tardifs du cancer infantile. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur les soins de soutien après le traitement à votre équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.