Rétinoblastome

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le rétinoblastome

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On administre parfois une radiothérapie pour traiter le rétinoblastome. L’équipe de soins prendra en considération les besoins personnels de votre enfant pour choisir le type de radiothérapie, la dose à administrer, la façon de le faire et l’horaire à suivre. Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements.

On administre la radiothérapie pour différentes raisons. Votre enfant peut recevoir une radiothérapie pour :

  • détruire les cellules cancéreuses;
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un rétinoblastome qui est avancé (traitement palliatif).

On a le plus souvent recours aux types suivants de radiothérapie pour traiter le rétinoblastome.

Curiethérapie par plaque

La curiethérapie est un type de radiothérapie interne. On peut aussi l’appeler curiethérapie de surface. On a recours à une substance radioactive appelée radio-isotope. On met de petits pellets (grains) de matière radioactive dans un contenant (plaque ou disque) qui est posé directement sur le globe oculaire. La radiation détruit les cellules cancéreuses au fil du temps.

L’enfant reçoit un anesthésique général avant la chirurgie lors de laquelle la plaque ou le disque radioactif sera mis sur le globe oculaire. La plaque radioactive est posée sur la tumeur et cousue à la sclère à l’aide de points de suture afin de ne pas se déplacer. On laisse la plaque en place pendant au moins 2 à 4 jours selon le type et la dose de radiation administrés. L’enfant porte souvent un couvre-œil et demeure habituellement à l’hôpital jusqu’à ce qu’on enlève la plaque. Cela permet à l’équipe de soins de le surveiller alors que la plaque est dans son œil.

Certains types de substances radioactives utilisées pour la curiethérapie par plaque sont l’iode 125, le ruthénium 106, l’iridium 192 et (rarement) le cobalt 60. D’autres substances radioactives peuvent aussi être employées.

Schéma de la curiethérapie par plaque

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations à travers l’œil jusqu’à la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure.

On n’a pas souvent recours à la radiothérapie externe parce que l’administrer à un si jeune âge accroît le risque d’effets tardifs, dont le risque de cancers secondaires chez les enfants atteints d’un rétinoblastome. On peut employer la radiothérapie externe pour traiter le rétinoblastome :

  • qui présente un important essaimage vitréen (tumeurs commençant à se former dans le corps vitré) qui n’a pas réagi à d’autres traitements comme les traitements locaux ou la chimiothérapie;
  • après une chirurgie pratiquée pour enlever l’œil, si une partie de la tumeur est encore présente au-delà du nerf optique.

On peut avoir recours aux types suivants de radiothérapie pour traiter le rétinoblastome. Les effets secondaires qu’ils engendrent peuvent être moins nombreux et moins graves que ceux de la radiothérapie externe standard.

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI) est une méthode d’administration perfectionnée. Les faisceaux de radiation sont modelés de façon à émettre diverses doses à différentes parties de la zone de traitement. On a recours à la TDM ou à l’IRM pour créer une image précise de la tumeur à trois dimensions (3D).

La protonthérapie a recours aux protons pour traiter le cancer. On peut aussi l’appeler protonthérapie conformationnelle. On se sert de faisceaux de protons plutôt que de faisceaux de rayons X. Les protons libèrent de l’énergie seulement après avoir atteint une certaine distance, causant ainsi moins de dommages aux tissus qu’ils traversent avant d’atteindre leur cible. On n’administre la protonthérapie qu’occasionnellement pour traiter le rétinoblastome. Mais ce type de radiothérapie nécessite un équipement particulier et n’est pas encore offert au Canada.

La radiochirurgie stéréotaxique (RCS) émet une forte dose de radiation à ciblage précis en une seule séance. La RCS émet de nombreux petits faisceaux étroits de radiation de différents angles qui se rencontrent sur la tumeur où ils administrent la plus forte dose tout en permettant de réduire la dose administrée aux tissus sains qui l’entourent. On a parfois recours à la radiochirurgie stéréotaxique pour traiter le rétinoblastome trilatéral. Le rétinoblastome trilatéral est caractérisé par la formation d’un pinéoblastome ainsi que d’un rétinoblastome dans les deux yeux (rétinoblastome bilatéral).

Effets secondaires

Peu importe le traitement du rétinoblastome, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment. Certains en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Mais il est possible que les cellules saines soient endommagées et qu’elles provoquent ainsi des effets secondaires. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout du type administré, de la taille de la région traitée, de la région ou des organes spécifiques traités, de la dose totale et du mode d’administration. Voici certains effets secondaires fréquents de la radiothérapie pour le rétinoblastome :

  • opacité du cristallin (cataracte)
  • globe oculaire enfoncé ou changements de la position de la paupière
  • inflammation de la cornée ou de la conjonctive
  • sécheresse oculaire
  • dommages à la rétine (rétinopathie radique)
  • saignement oculaire
  • hausse de la pression dans l’œil (glaucome) qui peut engendrer la cécité
  • troubles de la vision
  • perte de poils dans la région traitée (cils ou sourcils)
  • fatigue
  • problèmes de peau

Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite du traitement du rétinoblastome. Apprenez-en davantage sur les effets tardifs des traitements du rétinoblastome.

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et les effets secondaires de la radiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la radiothérapie à son équipe de soins.

anesthésique

Médicament qui cause l’anesthésie (perte partielle ou totale de sensation ou de conscience).

L’anesthésique général provoque le sommeil. L’anesthésique régional cause une perte de sensation dans une partie du corps, comme un bras ou une jambe, mais la personne reste consciente. L’anesthésique local engourdit seulement une petite région du corps.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Quel est le risque à vie d’avoir le cancer?

Icône - 1 sur 2

Selon le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer, environ la moitié des Canadiens pourraient recevoir un diagnostic de cancer au cours de leur vie.

Apprenez-en plus