Tumeurs de l’hypophyse

Vous êtes ici:

Traitements des tumeurs de l’hypophyse

Si vous êtes atteint d’une tumeur de l’hypophyse, votre équipe de soins élaborera un plan de traitement juste pour vous. Il se basera sur votre santé et des renseignements spécifiques sur la tumeur. Quand votre équipe de soins décide quels traitements vous proposer, elle prend en considération les éléments suivants :

  • le type de tumeur et sa taille
  • si la tumeur a envahi les régions voisines
  • si la tumeur fabrique trop d’hormones (tumeur fonctionnelle) et quelles hormones sont fabriquées
  • les symptômes que vous éprouvez
  • vos préférences personnelles

On peut vous proposer l’un ou plusieurs des traitements suivants pour la tumeur de l’hypophyse.

Chirurgie

Selon la taille de la tumeur de l’hypophyse et son type ainsi que l’envahissement de régions voisines, on peut pratiquer l’un des types suivants de chirurgie.

On fait une chirurgie transsphénoïdale pour enlever la plupart des tumeurs de l’hypophyse. On se sert d’outils chirurgicaux pour enlever la tumeur par le nez et un sinus situé près de l’hypophyse (sinus sphénoïdal). On peut faire la chirurgie transsphénoïdale à l’aide d’un endoscope.

On fait une craniotomie pour enlever les très grosses tumeurs ou les tumeurs qui sont difficiles à enlever par chirurgie transsphénoïdale. On ouvre le crâne pour enlever la tumeur.

On fait parfois une surrénalectomie bilatérale pour traiter la maladie de Cushing causée par une tumeur à corticotrophine (ACTH) quand d’autres traitements ne sont pas efficaces. Lors de la surrénalectomie bilatérale, on enlève les deux glandes surrénales.

Radiothérapie

On a parfois recours à la radiothérapie externe pour traiter une tumeur de l’hypophyse qu’on ne peut pas enlever complètement par chirurgie ou qui réapparaît (récidive) après avoir été traitée. On peut aussi administrer une radiothérapie s’il n’est pas possible de faire une chirurgie. On peut avoir recours à des types particuliers de radiothérapie externe comme la radiochirurgie stéréotaxique ou la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI).

Dans de très rares cas, on peut administrer un traitement par peptides radiomarqués pour un carcinome de l’hypophyse. C’est un type de traitement radio-isotopique qui n’est habituellement disponible que par essai clinique.

Traitement médicamenteux

On a le plus souvent recours au traitement médicamenteux pour traiter les tumeurs de l’hypophyse qui fabriquent trop d’hormones (tumeurs fonctionnelles). Il arrive qu’on administre des médicaments pour remplacer des hormones du corps parce que leur taux est trop bas. Le choix des médicaments employés dépend surtout des hormones affectées. Dans de rares cas, on peut avoir recours aux médicaments pour détruire des cellules tumorales.

Suivi

Le suivi après le traitement est une composante importante des soins que vous recevez. Vous devrez avoir régulièrement des visites de suivi après le traitement, en particulier pour vérifier vos taux d’hormones. Ces visites permettent à l’équipe de soins de surveiller vos progrès et de savoir comment vous vous rétablissez du traitement.

Essais cliniques

Quelques essais cliniques sur les tumeurs de l’hypophyse sont en cours au Canada et acceptent des participants. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement des tumeurs et du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Questions à poser sur le traitement

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le traitement à votre équipe de soins.

sinus

Formation anatomique creuse, canal ou conduit à l’intérieur du corps.

Des exemples de sinus incluent des cavités aériennes creusées dans certains os de la face autour du nez et des yeux ou un conduit menant à un abcès (accumulation de pus). Il peut aussi s’agir d’un canal permettant le passage du sang ou de la lymphe.

endoscope

Instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps.

L’endoscope peut être flexible ou rigide. Il peut être doté d’un outil servant à prélever du tissu devant être examiné. Les endoscopes spécialisés peuvent être équipés d’autres accessoires conçus pour l’examen ou le traitement d’organes ou de structures spécifiques du corps.

On nomme chaque endoscope spécialisé selon l’organe ou la structure qu’il permet d’examiner ou de traiter.

glande surrénale

Petite glande située au-dessus de chaque rein qui produit diverses hormones participant à différentes fonctions corporelles, dont le métabolisme (processus chimiques nécessaires au fonctionnement, à la croissance et à la reproduction des cellules), la fréquence cardiaque, la pression artérielle et le contrôle du taux de sucre sanguin.

radiothérapie externe

Type de radiothérapie lors duquel on utilise un appareil situé à l’extérieur du corps pour diriger un faisceau de radiation à travers la peau vers une partie spécifique du corps, habituellement une tumeur.

radio-isotope

Substance ou élément qui émet des radiations.

On peut employer les radio-isotopes lors des examens d’imagerie et pour le traitement du cancer. Lorsqu'un radio-isotope est mélangé à un médicament, on parle alors de produit radiopharmaceutique.

Cette substance est aussi appelée isotope radioactif.

essai clinique

Étude de recherche lors de laquelle on évalue de nouvelles méthodes qui pourraient prévenir, détecter, traiter ou contrôler une maladie (comme le cancer) grâce à la participation de personnes admissibles, informées et consentantes.

Les essais cliniques se déroulent en plusieurs étapes appelées essai de phase 0, essai de phase I, essai de phase II, essai de phase III et essai de phase IV.

Les essais cliniques en cours de réalisation pour lesquels on accepte de nouveaux participants sont appelés essais cliniques ouverts. Ceux pour lesquels on n’accepte plus de nouveaux participants sont appelés essais cliniques fermés.

L’essai clinique est aussi appelé étude clinique.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Edward Chow Une nouvelle norme pour le soulagement de la douleur

Plus de details

Quel est le risque à vie d’avoir le cancer?

Icône - 1 sur 2

Selon le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer, environ la moitié des Canadiens pourraient recevoir un diagnostic de cancer au cours de leur vie.

Apprenez-en plus