Lymphome non hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du lymphome non hodgkinien chez l'enfant

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux, ou cytotoxiques, pour détruire les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est le traitement principal du lymphome non hodgkinien (LNH) chez l'enfant (infantile). L’équipe de soins prendra en considération le type de LNH, le stade du cancer, la catégorie de risque ainsi que les besoins personnels de votre enfant pour choisir les agents chimiothérapeutiques, les doses et les modes d’administration. Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements.

On administre une chimiothérapie pour différentes raisons. Votre enfant peut recevoir une chimiothérapie :

  • pour détruire les cellules cancéreuses présentes dans son corps;
  • pour empêcher les cellules cancéreuses de se propager au cerveau et à la moelle épinière (système nerveux central, ou SNC);
  • en guise de préparation à une greffe de cellules souches.

La chimiothérapie est habituellement un traitement systémique. Cela signifie que les médicaments circulent dans le sang pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses dans tout le corps. On administre souvent les médicaments par une aiguille insérée dans une veine (intraveineuse). Il est possible que votre enfant ait besoin d’une chimiothérapie intense et d’un dispositif particulier appelé cathéter veineux central afin que l’administration se fasse sans danger. On l’installe habituellement au cours d’une chirurgie pratiquée au début de la chimiothérapie et on le laisse en place jusqu’à ce que le traitement soit fini.

La chimiothérapie peut aussi être un traitement régional, c’est-à-dire qu’on l’administre à une région spécifique du corps. Certains enfants atteints d’un LNH pourraient avoir besoin d’une chimiothérapie au SNC afin d’empêcher le LNH de se propager au SNC ou de traiter un LNH qui s’est propagé au SNC. On administre alors la chimiothérapie au SNC par voie intrathécale.

On administre la chimiothérapie intrathécale par ponction lombaire (rachicentèse) dans l’espace entourant la moelle épinière qui contient le liquide céphalorachidien (LCR).

Schéma de la ponction lombaire

Agents chimiothérapeutiques administrés pour le LNH chez l'enfant

Les agents chimiothérapeutiques employés pour traiter le LNH chez l’enfant sont entre autres ceux-ci :

  • cyclophosphamide (Procytox)
  • doxorubicine (Adriamycin)
  • vincristine (Oncovin)
  • cytarabine (Cytosar)
  • méthotrexate
  • prednisone
  • dexaméthasone (Decadron, Dexasone)
  • daunorubicine (Cerubidine, daunomycine)
  • asparaginase (Kidrolase)
  • étoposide (Vepesid, VP-16)
  • mercaptopurine (Purinethol)
  • ifosfamide (Ifex)
  • leucovorine (acide folinique)
  • thioguanine (Lanvis)
  • vinblastine

On peut associer un traitement ciblé à base de rituximab (Rituxan) à une chimiothérapie.

La chimiothérapie intrathécale peut être constituée de 1 à 3 des agents chimiothérapeutiques suivants :

  • méthotrexate
  • cytarabine
  • hydrocortisone

Si le LNH infantile ne répond pas aux médicaments administrés précédemment ou s’il réapparaît, on peut avoir recours aux associations chimiothérapeutiques suivantes :

  • ifosfamide, carboplatine, étoposide et rituximab
  • ifosfamide, carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ) et étoposide
  • dexaméthasone, étoposide, cisplatine, cytarabine et asparaginase
  • vinblastine

Effets secondaires

Peu importe le traitement du LNH chez l’enfant, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment. Certains en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu.

La chimiothérapie peut causer des effets secondaires parce qu’elle risque d’endommager les cellules saines tout en détruisant les cellules cancéreuses. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant la chimiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chimiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Il est difficile de dire exactement quels effets secondaires un enfant éprouvera, combien de temps ils dureront et quand l'enfant sera rétabli. Le corps d’un enfant semble mieux tolérer la chimiothérapie que celui d’un adulte. En effet, les effets secondaires sont habituellement moins importants chez les enfants et ils s’en rétablissent souvent plus rapidement.

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent surtout du type de médicament, de la dose, de la façon de l’administrer et de l’état de santé global de votre enfant. Voici certains effets secondaires courants des agents chimiothérapeutiques administrés pour le LNH infantile :

La chimiothérapie de certains types de LNH peut être assez intensive. Votre enfant pourrait devoir être hospitalisé pendant une longue période afin de réduire les risques d’infections graves ou qui mettent la vie en danger puisque son système immunitaire est affaibli.

D’autres effets secondaires peuvent apparaître des mois ou des années à la suite du traitement du LNH infantile. Apprenez-en davantage sur les effets tardifs pour le LNH chez l’enfant.

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chimiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider votre enfant à les soulager.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur la chimiothérapie

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie et les effets secondaires de la chimiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la chimiothérapie à l’équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Désormais, je sais que même après ma mort, je continuerai d’aider des femmes et des hommes atteints de cancer. C’est une trace que je veux laisser dans le monde.

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus