Myélome multiple

Vous êtes ici:

Gammapathie monoclonale de signification indéterminée

La gammapathie monoclonale de signification indéterminée (MGUS) est un état précancéreux et le type de trouble plasmocytaire le plus courant. Les états précancéreux ne sont pas encore un cancer, mais il existe un risque que ces changements anormaux deviennent un jour un cancer. Sur une période de quelques mois ou de quelques années, un myélome multiple, une amylose, un lymphome, une macroglobulinémie de Waldenström ou une leucémie lymphoïde chronique (LLC) peut se manifester. Dans la MGUS, les plasmocytes anormaux fabriquent un type d’immunoglobuline (Ig) appelé protéine M.

Les personnes atteintes d’une MGUS présentent les caractéristiques suivantes :

  • Le taux de protéine M dans le sang est de moins de 30 g/l. Le taux de protéine M reste souvent le même pendant de nombreuses années.
  • Les plasmocytes constituent moins de 10 % des cellules sanguines dans la moelle osseuse.
  • Il n’y a aucune tumeur et aucune caractéristique (signe) « CRAB » du myélome multiple : taux de calcium élevé, insuffisance rénale, anémie ou maladie des os (bone, en anglais).

Facteurs de risque

Vous présentez un risque plus élevé d’être atteint un jour de MGUS si vous :

  • avez 70 ans et plus;
  • êtes un homme;
  • êtes d’origine africaine;
  • avez des antécédents familiaux de MGUS.

Signes et symptômes

Les personnes atteintes d’une MGUS n’ont aucun signe ni symptôme.

Diagnostic

Si une analyse sanguine ou urinaire courante révèle une hausse du taux de protéine, on fait d’autres examens pour poser un diagnostic et pour éliminer d’autres troubles plasmocytaires comme le myélome multiple. Ces épreuves peuvent comporter celles qui suivent :

  • Antécédents de santé et examen physique
  • Électrophorèse des protéines
  • Analyse d’urine
  • Dosage des chaînes légères libres sériques
  • Dosage des immunoglobulines (Ig)
  • Formule sanguine complète (FSC)
  • Analyses biochimiques sanguines
  • Ponction et biopsie de la moelle osseuse
  • Radiographie de la plupart des os

Apprenez-en davantage sur ces épreuves diagnostiques.

Traitements

On surveille étroitement les personnes atteintes d'une MGUS à la recherche de signes montrant que la maladie évolue vers un myélome multiple ou une affection connexe. Le processus qui consiste à surveiller les signes est appelé observation vigilante. On n’administre pas de traitement durant le processus d’observation vigilante. Certaines personnes peuvent ne jamais avoir besoin d'être traitées. On vous fera passer un examen régulier environ une ou deux fois par année qui comprendra :

  • un examen physique;
  • des analyses de sang et d’urine pour vérifier le taux de protéine M.

Consultez un médecin si vous éprouvez tout signe ou symptôme du myélome multiple. N’attendez pas au prochain rendez-vous fixé pour signaler un nouveau signe ou symptôme. Si la maladie semble commencer à évoluer vers un cancer, les médecins entreprennent un traitement.

Risque que la MGUS évolue vers le myélome multiple et d’autres affections connexes

En général, le risque que la MGUS évolue vers un myélome multiple augmente d’environ 1 % chaque année. Cela signifie que, pour une personne qui vit avec une MGUS depuis 1 an, le risque de développer un myélome multiple est d’environ 1 %, alors que pour une personne qui est atteinte d’une MGUS depuis 10 ans, ce risque est d’environ 10 %.

Récemment, des épreuves diagnostiques ont aidé à identifier quelles personnes atteintes d’une MGUS présentaient un risque faible et lesquelles présentaient un risque élevé d’être un jour atteintes du myélome multiple et d’autres affections dont l’amylose, le lymphome, la macroglobulinémie de Waldenström ou la leucémie lymphoïde chronique (LLC).

MGUS à faible risque

Les personnes atteintes d’une MGUS à faible risque présentent les caractéristiques suivantes :

  • Le taux de protéine M est de moins de 15 g/l.
  • Le type de protéine M est l’IgG.
  • Le taux des chaînes légères libres est normal.

Les examens de suivi comprennent une électrophorèse des protéines sériques après 6 à 12 mois. Si les résultats sont normaux, vous aurez à nouveau des examens tous les 2 ou 3 ans. Vous devriez consulter un médecin si vous observez tout signe ou symptôme – n’attendez pas au prochain rendez-vous ou examen de suivi. Si vous êtes atteint d’une MGUS à faible risque, le risque que la MGUS évolue vers un myélome multiple ou une affection connexe dans 20 ans est de 2 %.

MGUS à risque élevé

Les personnes atteintes d’une MGUS à risque élevé présentent l’une des caractéristiques suivantes :

  • Le taux de protéine M est de plus de 15 g/l.
  • Le type de protéine M est l’IgA ou l’IgM.
  • Le taux des chaînes légères libres est anormal.

Si vous présentez ces 3 caractéristiques, votre risque d’être atteint du myélome multiple ou d’une affection connexe dans 20 ans est de 58 %. Si vous présentez 2 de ces caractéristiques, votre risque est de 37 %. Si vous présentez 1 caractéristique, votre risque est de 21 %.

En présence de n’importe laquelle de ces caractéristiques, on fait habituellement une ponction et biopsie de la moelle osseuse pour vérifier le nombre et l’apparence des plasmocytes dans la moelle osseuse. Les personnes atteintes de la MGUS à l’IgM peuvent aussi passer une tomodensitométrie pour vérifier la présence de ganglions lymphatiques enflés, ce qui peut être un signe de lymphome ou de macroglobulinémie de Waldenström. Si les résultats de ces épreuves sont normaux, les examens de suivi comporteront une électrophorèse des protéines sériques et une FSC environ tous les 6 à 12 mois. Consultez tout de même un médecin si vous constatez l’apparition de tout signe ou symptôme – n’attendez pas au prochain rendez-vous ou examen de suivi.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

David Rex Lorsque j’ai reçu mon diagnostic de cancer, une foule de questions me sont venues à l’esprit.

Lisez l’histoire de David

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus