Vous êtes ici:
A-|A|A+

Tout sur les vaccins anti-VPH

Qui, quoi, pourquoi, comment et quand

Les vaccins anti-VPH ne traitent pas les infections par le VPH déjà présentes ni les maladies ou les cancers associés au VPH. Ils offrent plutôt une protection contre une future infection par le VPH.

Qu’existe-t-il comme vaccins anti-VPH?

Trois types de vaccins sont en usage au Canada afin de prévenir les infections par le VPH : Cervarix, Gardasil et Gardasil 9.

Cervarix

Cervarix protège les femmes contre les VPH de types 16 et 18. Parce que Cervarix protège contre deux types d’infection, on dit de ce vaccin qu’il est bivalent. Cervarix ne protège pas contre les verrues génitales.

Gardasil

Gardasil protège les hommes et les femmes contre deux types de VPH à faible risque qui causent des verrues génitales et deux types de VPH à risque élevé qui causent le cancer (types 16 et 18). Parce que Gardasil protège contre quatre types d’infection, on dit de ce vaccin qu’il est quadrivalent.

Gardasil 9

Gardasil 9 protège les hommes et les femmes contre deux types de VPH qui causent des verrues génitales et sept types de VPH à risque élevé qui causent le cancer, dont les types 16 et 18. Parce que Gardasil 9 protège contre neuf types d’infection, on dit de ce vaccin qu’il est nonavalent.

Qui devrait recevoir un vaccin anti-VPH?

Vaccination des femmes et des filles

Les filles et les femmes de 9 à 45 ans peuvent recevoir les vaccins Cervarix, Gardasil et Gardasil 9 pour la prévention du cancer du col de l’utérus et des modifications précancéreuses du col. Gardasil et Gardasil 9 peuvent également prévenir le cancer et les états précancéreux du vagin, de la vulve et de l’anus, ainsi que les verrues anogénitales.

Il est important de savoir que les vaccins anti-VPH ne changent en rien la nécessité du dépistage du cancer du col de l’utérus. Le médecin recommandera quand même de passer un test Pap. Les vaccins anti-VPH préviennent l’infection par les principaux types de VPH associés au cancer, mais pas tous.

Vaccination des hommes et des garçons

Au Canada, environ le tiers des cancers associés au VPH touchent les hommes. Les vaccins Gardasil et Gardasil 9 sont offerts aux garçons et aux jeunes hommes de 9 à 26 ans afin de prévenir le cancer et les états précancéreux de l’anus ainsi que les verrues anogénitales.

Programmes de vaccination contre le VPH en milieu scolaire

Toutes les provinces et tous les territoires disposent de programmes de vaccination contre le VPH en milieu scolaire, financés par le gouvernement, pour les filles de 9 à 13 ans (de la 4e primaire à la 1re secondaire). La plupart des programmes de vaccination visent également les garçons.

À quel moment doit-on se faire vacciner?

On administre les vaccins deux ou trois fois au cours d'une période de six à douze mois. Le calendrier de vaccination est important, car il permet d’assurer une efficacité maximale des vaccins. Si une personne ne reçoit pas toutes les doses des vaccins ou si elle ne les reçoit pas au bon moment, elle pourrait ne pas bénéficier d'une protection complète.

Les vaccins ont un maximum d’efficacité lorsqu’ils sont administrés avant que la personne devienne sexuellement active, au moment où son risque d’infection est moindre. Les vaccins sont également plus efficaces chez les jeunes adolescents, car c’est à cette période que le système immunitaire y réagit le mieux.

Que recommande la Société canadienne du cancer à propos des vaccins anti-VPH?

Nous recommandons aux filles et aux femmes âgées de 9 à 45 ans de recevoir un vaccin contre le VPH afin de réduire leur risque personnel de cancers associés au VPH, ce qui inclut les cancers du col de l’utérus, du vagin, de la vulve et de l’anus, de même que les états précancéreux liés à ces cancers. La vaccination contre le VPH devrait être utilisée en complément et non en remplacement des tests de dépistage du cancer du col de l’utérus.

Nous recommandons également aux garçons et aux jeunes hommes âgés de 9 à 26 ans de recevoir un vaccin contre le VPH afin de réduire leur risque personnel de cancers liés au VPH, notamment les cancers de l’anus et du pénis.

La population canadienne devrait avoir accès aux vaccins anti-VPH dans toutes les provinces et tous les territoires, moyennant un coût abordable.

Les vaccins sont-ils sûrs?

Les données actuelles indiquent que les vaccins anti-VPH sont sûrs et que leurs effets secondaires sont semblables à ceux qui peuvent accompagner d’autres types de vaccins. L’innocuité des trois vaccins anti-VPH fait l’objet d’un suivi constant au Canada et dans d’autres pays. Les vaccins ne sont pas recommandés aux sujets de moins de 9 ans ainsi qu’aux femmes enceintes.

Les vaccins anti-VPH sont homologués et recommandés par Santé Canada et le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI). Santé Canada approuve les vaccins sur le plan de l’efficacité et de l’innocuité. Le CCNI formule des recommandations sur la manière d’utiliser les vaccins afin de prévenir la maladie.

Quelle est la durée de la protection offerte par les vaccins?
Les études menées jusqu’à maintenant indiquent que  


Découvrez des articles connexes

Puis-je passer un test de dépistage du VPH?

Que faut-il savoir à propos du VPH?

Poursuivez votre lecture

A-|A|A+