Vous êtes ici:
A-|A|A+

Revendications au Québec

La Société canadienne du cancer (SCC) – Division du Québec demande au gouvernement d’assumer ses responsabilités en adoptant les mesures suivantes qui protégeront la santé des Québécois et amélioreront la qualité de vie des personnes touchées par le cancer.

  • Tabac
    1. Abolition des saveurs (y compris le menthol) pour tous les produits du tabac
    2. La SCC insiste auprès du gouvernement pour que les produits du tabac aromatisés soient abolis. Des saveurs extravagantes telles que mangue, pâte à biscuit, Pina Colada et chocolat menthe ont contrecarré la baisse progressive de la consommation de cigarettes chez les jeunes. La fumée du tabac a des propriétés rebutantes qui doivent être démasquées.

    3. Moratoire du marché des produits du tabac (gel)
    4. La SCC demande un moratoire sur les nouveaux produits du tabac, ce qui permettrait de limiter le marché aux produits existants. L’industrie du tabac attire de nouvelles clientèles en modifiant et en inventant de nouveaux produits. Par exemple, si un moratoire avait été mis en place il y a 10 ans, des milliers de jeunes ne seraient pas devenus accros!

    5. Adoption de l’emballage neutre et standardisé pour tous les produits du tabac (incluant l’interdiction des cigarettes ultras minces)
    6. La SCC milite pour un emballage neutre qui permettrait de contrer la vente de produits de tabac dans des emballages attrayants. L’emballage neutre ferait en sorte que tous les paquets seraient identiques en ce qui concerne la taille, la forme, la couleur, le modèle et la taille des caractères. Les distinctions entre les différentes marques ne pourraient s’effectuer que par leur nom apparaissant sur le paquet.

    7. Encadrement de la cigarette électronique
    8. La SCC demande que les mêmes interdictions qui s’appliquent aux produits du tabac s’étendent à la cigarette électronique (par exemple, la vente aux mineurs). La cigarette électronique n'a pas été pleinement évaluée sur le plan de l'innocuité, de la qualité et de l'efficacité. Le directeur national de santé publique du Québec et Santé Canada déconseillent l’usage de ce produit.

    9. Atteinte d’au moins le niveau de taxation qui existe en Ontario (2e province au taux de taxation le plus bas après le Québec) tout en maintenant les efforts de lutte contre la contrebande
    10. Le Québec est la province où la taxation des produits du tabac est la moins élevée. La SCC presse le gouvernement de hausser le niveau de taxation pour qu’il atteigne celui de l’Ontario. Des prix plus élevés dissuadent les non-fumeurs de s’initier, incitent les fumeurs à arrêter et empêchent les anciens fumeurs de recommencer. En parallèle à une plus forte imposition, la SCC est convaincue qu’il est essentiel de maintenir la lutte à la contrebande afin de conserver les précieux acquis.

  • Dépistage du cancer colorectal
    Accélération du programme de dépistage organisé à l’ensemble des Québécois

    S’il est détecté tôt, la probabilité de maîtriser le cancer colorectal est de 90 %. Alors que toutes les provinces ont déjà mis en place un programme organisé de dépistage, le Québec est actuellement au stade des projets pilotes. Il faudra attendre au moins jusqu’en 2018 avant qu’il soit offert à l’ensemble de la population âgée de 50 à 74 ans. Ce délai est trop long. La SCC mène une vigie auprès du ministère de la Santé pour être informée de l’avancement de l’implantation du programme.

  • Soins palliatifs
    1. Uniformisation et bonification des programmes de soins palliatifs
    2. La SCC revendique une uniformisation et une bonification des programmes de soins palliatifs pour une amélioration à l’accès. L’offre de soins palliatifs n’est pas la même d’un établissement à l’autre et d’une région à l’autre.

    3. Augmentation de la proportion et du nombre de lits de soins palliatifs
    4. La SCC insiste pour l’augmentation du nombre de lits en soins palliatifs, incluant les équipes soignantes requises, dans divers milieux. À l’heure actuelle, 50 % des lits de soins palliatifs sont en milieu hospitalier.

    5. Augmentation de l’offre de soins palliatifs à domicile
    6. Parce que mourir à la maison est le premier choix des Québécois, la SCC considère qu’il est impératif que les soins palliatifs soient davantage offerts à domicile et soient disponibles partout sur le territoire. Cette augmentation des soins palliatifs doit s’accompagner de plus de soutien et de répit pour les proches, et d’une prise en charge de la médication et du matériel médical, comme en milieu hospitalier.

    7. Accès aux soins palliatifs plus tôt pour les personnes atteintes du cancer
    8. La SCC souhaite que les soins palliatifs soient offerts le plus tôt possible durant le parcours thérapeutique des personnes atteintes par le cancer. Trop souvent, le transfert aux soins palliatifs se fait tardivement. Lorsqu’ils sont introduits tôt, les soins palliatifs sont bénéfiques pour tous.

  • Soutien aux proches aidants
    1. Modification au critère d’accessibilité au crédit d’impôt pour proche aidant en fonction de l’âge
    2. À l’heure actuelle, une personne qui prend soin de son conjoint, qui serait autrement incapable de vivre seul, peut demander le crédit d’impôt pour aidant naturel de Revenu Québec uniquement si son conjoint est âgé de 70 ans plus. Pour mieux refléter la réalité des aidants, la SCC estime que ce crédit devrait être accessible dès 50 ans. Les coûts associés au cancer sont importants, et les proches aidants doivent être soutenus financièrement.

    3. Augmentation du nombre de semaines d’absence du travail autorisé pour maladie
    4. La SCC considère qu’il est essentiel que le soutien destiné aux proches aidants soit flexible et qu’il favorise le maintien de leur lien d’emploi. Selon la Loi sur les normes du travail, un salarié peut s’absenter au travail pour un maximum de 12 semaines lorsque sa présence est requise auprès d’un proche atteint d’une maladie. Le nombre de semaines d’absence du travail doit donc être allongé. Les proches aidants jouent un rôle essentiel auprès des personnes atteintes de cancer et ne devraient pas avoir à s’appauvrir.

    5. Versement des ressources requises pour assurer un maintien à domicile de qualité aux personnes atteintes de cancer et à leurs proches
    6. La SCC demande au gouvernement qu’il s’engage à augmenter de façon majeure le financement public aux programmes de soins à domicile, d’aide matérielle, de transport et de répit.

A-|A|A+

Histoires

Dr Robert Day Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le cancer de la prostate

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus