Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Thoracoscopie (pleuroscopie)

La thoracoscopie permet d’examiner la cavité thoracique (thorax) à l’aide d’un endoscopeendoscopeInstrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps. (instrument mince semblable à un tube muni d'une source lumineuse et d’une lentille). On peut aussi avoir recours à la thoracoscopie pour effectuer des interventions spécialisées dans la cavité thoracique. On l’appelle également pleuroscopie.

Pourquoi on fait une thoracoscopie

On fait une thoracoscopie pour diagnostiquer et traiter certains troubles pulmonaires. On y a recours afin de :

  • examiner :
    • les revêtements des poumons (plèvres pariétale et viscérale)
    • les espaces pleuraux
    • la paroi thoracique
    • le médiastin (espace dans le thorax situé entre les poumons, le sternum et la colonne vertébrale
    • le péricarde (enveloppe du cœur formée d’une double couche de tissus)
  • trouver pourquoi du liquide s’est accumulé autour des poumons (épanchement pleuralépanchement pleuralAccumulation anormale de liquide dans la cavité pleurale (espace entre les poumons et la paroi de la cage thoracique).)
  • diagnostiquer et stadifier des cancers de la cavité thoracique, comme un cancer du poumon, un mésothéliome ou un cancer de l’œsophage
  • diagnostiquer des maladies du thorax quand d’autres méthodes ne fournissent pas suffisamment de renseignements pour qu’on pose un diagnostic
  • faire une biopsie de la plèvre, des ganglions lymphatiques du médiastin et du poumon
  • pratiquer des interventions telles que celles-ci :
    • chirurgie au laser (intervention chirurgicale qui a recours au laser pour faire des incisions sans saignement dans les tissus)
    • aspiration de liquide ou de pus dans la plèvre ou un poumon
    • administration de médicaments ou d’autres traitements directement dans un poumon (pleurodèse)
    • ablation de petites tumeurs au poumon
    • résection de sacs remplis d’air dans un poumon (bulles) à cause d’une maladie pulmonaire chronique, comme l’emphysème

Comment se déroule une thoracoscopie
  • Il faut faire une préparation spéciale avant que le médecin procède à la thoracoscopie.
    • Ni boire ni manger au moins au cours des 8 heures qui précèdent l’examen.
  • La thoracoscopie est faite à l’hôpital, en salle d’opération, sous anesthésie générale.
  • Lors de la thoracoscopie, on fait de 1 à 3 petites coupures (incisions) sur le côté du thorax entre 2 côtes et à travers la paroi thoracique. On insère un thoracoscope dans l’une des incisions jusque dans la cavité thoracique.
  • Lors de la vidéo-thoracoscopie (VTC), ou chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA), on utilise un thoracoscope muni d’une petite caméra vidéo à des fins chirurgicales.
  • Si on fait une thoracoscopie dans le but d’examiner un poumon malade, on dégonfle généralement ce poumon si on veut avoir de la place pour le faire. On pourrait aussi introduire de l’air dans l’espace qui entoure le poumon, ce qui le rend plus petit et permet au médecin d’observer une plus grande partie des structures qui se trouvent sur le poumon et tout autour.
  • On peut alors prélever du liquide, des cellules ou du tissu des régions douteuses. On peut insérer des instruments chirurgicaux dans le thorax par les autres petites incisions (orifices), ce qui permet au médecin d’enlever de petites tumeurs par CTVA.
  • On retire ensuite le thoracoscope et on couvre les incisions avec de petits bandages.
  • On pourrait insérer un drain thoracique dans l’une des incisions pour aider à drainer le liquide et l’air.
  • Il y aura un certain inconfort ou engourdissement aux sites d’incision après l’intervention.
  • La personne pourrait demeurer à l’hôpital de 1 à 4 jours à la suite de l’intervention. Si elle a un drain thoracique, elle peut habituellement retourner à la maison une fois qu’on l’a enlevé.

Effets secondaires possibles

Les risques de la thoracoscopie sont les suivants :

  • mal de gorge ou difficulté à avaler
  • saignement
  • infection de la plaie
  • pneumonie
  • difficulté à respirer
  • douleur ou engourdissement
  • battements du cœur irréguliers (arythmie cardiaque)
  • affaissement partiel ou total du poumon (atélectasie)
  • accumulation d’air dans l’espace situé entre les poumons et la paroi du thorax (pneumothorax) qui fait que le poumon s’affaisse partiellement ou totalement
  • présence d’air provenant de la cavité thoracique dans les tissus situés sous la peau du thorax, du cou ou du visage (emphysème sous-cutané)
  • déchirure (perforation) du poumon

Ce que signifient les résultats

La thoracoscopie peut révéler :

  • l’accumulation de pus dans l’espace pleural (empyème)
  • des ganglions lymphatiques enflés ou anormaux dans le thorax
  • des maladies pulmonaires, comme la tuberculose et l’emphysème
  • un cancer, comme un cancer du poumon ou un mésothéliome pleural
  • l’accumulation de liquide dans l’espace pleural en raison d’un processus morbide

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si d’autres examens, interventions, soins de suivi ou traitements sont nécessaires.

Histoires

Dre Camilla Zimmermann La Dre Camilla Zimmermann a mis au point un modèle d’intervention hâtive en soins palliatifs.

Plus de details

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus