Vous êtes ici:

Sédation

Un sédatif est un médicament administré pour calmer une personne, augmenter son confort et l’aider à dormir. Chez les personnes qui craignent certains tests ou traitements ou qui les trouvent inconfortables, la sédation peut les aider à se détendre ou à rester immobiles pendant le test ou le traitement (comme un examen d'imagerie). Par exemple, si vous avez peur des espaces clos ou trouvez difficile de rester immobile, il pourrait être utile de vous administrer une sédation si vous passez une IRM.

La sédation comprend presque toujours un analgésique et un anesthésique. L’analgésique est un médicament qui permet de soulager la douleur. L’anesthésique est un médicament qui provoque une perte de sensation ou de conscience.

Degrés de sédation

Selon la situation et le test ou traitement effectué, on peut recourir à différents degrés de sédation.

Lors de la sédation minimale, vous êtes détendu et réveillé. Vous pouvez comprendre les questions qu’on vous pose et y répondre, et vous pouvez aussi suivre des directives.

Lors de la sédation modérée, vous êtes somnolent et pouvez dormir pendant presque toute l'intervention. Vous pouvez vous réveiller facilement quand on vous parle ou qu’on vous touche et pouvez ou non vous souvenir de l’intervention.

Lors de la sédation profonde, vous dormez pendant toute l'intervention et vous vous souvenez peu ou pas du tout de l'intervention. Votre respiration peut ralentir et vous pouvez dormir jusqu'à ce que les médicaments ne fassent plus effet. Souvent, on vous donne de l'oxygène quand vous êtes sous sédation profonde.

Comment on administre les sédatifs

Vous pourriez devoir faire certaines choses pour vous préparer à la sédation, comme de ne pas prendre certains médicaments, et on vous indiquera probablement de ne pas boire ni manger pendant un certain temps avant la sédation. On peut administrer les sédatifs sous la forme d’une boisson ou d’une pilule, par la respiration (inhalation) ou par une aiguille insérée dans une veine (injection intraveineuse, ou IV).

Lors de la sédation, l’équipe de soins vous surveille attentivement. Une petite sonde fixée au bout de votre doigt ou de votre orteil est reliée à un appareil appelé sphygmo-oxymètre. Cet appareil permet de surveiller votre fréquence cardiaque et la quantité d'oxygène dans votre sang.

Effets secondaires

Après une sédation, l’équipe de soins vous surveille étroitement afin de savoir si vous éprouvez des effets secondaires. Les effets secondaires disparaîtront peu à peu à mesure que l’effet du sédatif s'estompera. Les effets secondaires courants peuvent comprendre les suivants :

  • Somnolence
  • Nausées
  • Vomissements
  • Étourdissements
  • Changements d’humeur (être en colère ou triste)

Parfois, la sédation peut vous rendre trop actif et inquiet plutôt que de vous endormir. Les effets secondaires graves comme une réaction allergique ou des troubles respiratoires sont rares, mais ils sont possibles. L’équipe de soins est formée pour gérer ces problèmes s’ils surviennent et elle vous surveillera très étroitement à cet égard.

Considérations particulières pour les enfants

Préparer un enfant à une sédation peut aider à atténuer son anxiété, accroître sa collaboration et aider à développer ses habiletés d’adaptation. Les parents et les personnes qui prennent soin de l’enfant peuvent aider à sa préparation en lui expliquant ce qui se passera lors de la sédation, dont ce qu'il verra, éprouvera, entendra, goûtera ou sentira.

L’âge et le développement de l’enfant peuvent jouer sur ses peurs au sujet de la sédation. La plupart des enfants sont préoccupés à l’idée de se faire piquer par une aiguille. La sédation est souvent administrée par la bouche et ne requiert pas d’aiguille.

Les plus jeunes enfants peuvent avoir peur d’être séparés de leurs parents. Discutez avec l’équipe de soins pour savoir si vous pouvez rester avec votre enfant pendant le test ou le traitement.

Pour aider à préparer l’enfant à une sédation :

  • Indiquez à votre enfant où vous serez durant le test ou le traitement si vous ne pouvez pas rester avec lui.
  • Expliquez à votre enfant, d’une façon compréhensible pour lui, que le médecin lui administrera un médicament pour l’aider à se détendre ou à somnoler pendant le test.
  • Essayez de créer une ambiance calme, bienveillante et apaisante pour votre enfant avant et après le test.

La préparation d’un enfant à une sédation dépend de son âge et de son expérience. Apprenez-en davantage sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

La Dre Jean Marshall, chercheuse La Dre Jean Marshall étudie une nouvelle stratégie prometteuse pour mettre le cancer du sein en échec.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus