Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Test de l'antigène prostatique spécifique (APS)

L'antigène prostatique spécifique (APS) est une protéine fabriquée par les cellules de la prostate. On le trouve surtout dans le sperme, mais il est également normal de le détecter en petite quantité dans le sang d’hommes en bonne santé. Le test de l'APS permet de mesurer la quantité d'APS dans le sang.

Pourquoi on fait un test de l'APS

On peut faire un test de l'APS pour 2 raisons :

  • aider à détecter le cancer de la prostate
    • On peut faire un test de l'APS quand le médecin soupçonne la présence d’un cancer de la prostate en raison des antécédents médicaux de l'homme ou des résultats d'un examen physique.
    • On peut aussi avoir recours au test de l'APS pour détecter un cancer de la prostate précoce chez les hommes qui ne présentent pas de symptômes.
      • Les hommes de plus de 50 ans devraient demander à leur médecin s'ils doivent passer un test de dépistage du cancer de la prostate.
      • Bien que le test de l'APS permette de détecter le cancer de la prostate à un stade plus précoce que d'attendre que des symptômes apparaissent, les experts sont divisés quant à son utilité.
    • Un taux élevé d'APS ne signifie pas nécessairement qu'un homme est atteint du cancer de la prostate.
      • Environ seulement 1 homme sur 4 dont le taux d'APS est anormal sera vraiment atteint du cancer de la prostate.
      • Les autres auront une affection bénigne, comme une prostatite (inflammation de la prostate) ou une hyperplasie bénigne de la prostate (HBP).
  • surveiller la réaction au traitement du cancer ou bien l'apparition d'une récidive ou l'évolution de la maladie
    • L'APS agit comme marqueur tumoral, substance qu'on peut détecter dans le corps lorsque le cancer est présent.
    • Lorsque le taux d'APS diminue ou revient à la normale, cela signifie souvent que le cancer de la prostate a bien réagi au traitement. Le taux le plus bas (nadir) sert de valeur de référence pour les tests de l'APS suivants.
      • Le taux d'APS devrait chuter près du taux indécelable, soit moins de 0,1, chez les hommes qui ont été traités par chirurgie.
      • Chez les hommes traités par radiothérapie, il baisse également après le traitement, mais comme la prostate n'a pas été enlevée, les parties bénignes de cette glande continuent de fabriquer de petites quantités d'APS (jusqu'à 2,0).
    • Lorsque le taux d'APS augmente, cela peut signifier que le cancer ne réagit pas au traitement, qu'il évolue ou qu'il est réapparu (récidive).
      • Si le taux d'APS d'un homme commence à augmenter, c'est peut être un premier signe de récidive. On peut alors parler d'échec biochimique ou de récidive biochimique. On observe un échec biochimique lorsque le taux d'APS s'élève de façon répétitive une fois qu'il a atteint son plus bas niveau.
      • Si le taux d'APS est plus élevé une seule fois chez un homme ayant des antécédents de cancer de la prostate, cela ne signifie pas toujours que la maladie a récidivé. Plus particulièrement après une curiethérapiecuriethérapieType de radiothérapie qui consiste à utiliser des implants (aiguilles, cathéters, fils ou grains) pour émettre la radiation directement dans la tumeur ou tout près., une hausse temporaire du taux de l'APS (rebond d'APS) se produit chez environ la moitié des hommes, habituellement de 1 à 4 ans après le traitement. Le taux d'APS redescend ensuite sans aucun autre traitement.

Retour au menu

Qui devrait envisager de passer un test de l'APS

Les hommes âgés de plus de 50 ans devraient demander à leur médecin quel est leur risque  d’être un jour atteint d’un cancer de la prostate et quels sont les bienfaits et les risques du test de l'APS.

Retour au menu

Comment se déroule un test de l'APS

On fait habituellement le test de l’APS dans un laboratoire privé ou au laboratoire de l’hôpital. On a recours à une analyse sanguine pour mesurer le taux d’APS.

Aucune préparation spéciale n'est nécessaire au test de l'APS. Cependant, il se peut que le taux d'APS soit temporairement élevé dans les cas suivants :

  • inflammation de la prostate (prostatite)
  • échographie transrectale ou biopsie de la prostate
  • activité sexuelle
  • toucher rectal (TR) pour vérifier la prostate

On recommande de ne pas faire de test de l'APS pendant les quelques jours qui suivent une éjaculation. À la suite d'une biopsie ou d'une infection de la prostate, le taux d'APS pourrait être artificiellement élevé pendant jusqu'à 3 mois.

Il faut dire au médecin qu'on prend des médicaments pour traiter une affection bénigne de la prostate, des symptômes urinaires ou la calvitie tels que le finastéride (Proscar), le dutastéride (Avodart) ou Propecia. Ces médicaments peuvent faire baisser le taux d'APS.

Retour au menu

Bienfaits et risques

Le test de l'APS peut aider à détecter un cancer de la prostate précoce, mais il peut aussi causer de fausses alarmes ou nous faire passer à côté d'un cancer de la prostate qui est bel et bien présent. Il est important que les hommes discutent avec leur médecin de leur propre risque de cancer de la prostate et des bienfaits ainsi que des risques du dépistage par APS.

Un avantage possible du test de l'APS est de détecter un cancer de la prostate précoce, soit avant qu'il n'ait eu la possibilité de se développer et de se propager à l'extérieur de cette glande. Cette détection précoce peut signifier que le traitement sera plus efficace.

Les risques possibles du test de l'APS sont les suivants :

  • résultat faux positif
    • Un faux positif laisse croire à la présence d’un cancer alors que ce n’est pas du tout le cas.
    • Le test de l'APS engendre un taux élevé de faux positifs. Environ seulement 1 résultat anormal sur 4 est réellement un cancer.
    • Un faux positif peut mener à des examens de suivi non nécessaires qui sont plus effractifs, comme des biopsies à répétition.
  • résultat faux négatif
    • Un faux négatif, c’est lorsque le taux d'APS est normal même si le cancer est présent.
    • Le risque de faux négatif équivaut à 1 sur 10.
    • Un faux négatif peut faire que l'homme et son médecin ignorent les symptômes du cancer de la prostate.
  • surdiagnostic
    • Dans de nombreux cas, le test de l'APS détecte un cancer de la prostate qui n'aurait pas gravement menacé la santé d'un homme. Certains cancers de la prostate peuvent être présents pendant des années sans affecter la santé d'un homme.
    • Des examens de suivi et un traitement non nécessaires exposent les hommes à plus de risques, dont des effets secondaires qui pourraient être graves.
    • Des recherches récentes ont démontré que 50 % des cas de cancer détectés par le test de l'APS pourraient n'avoir jamais besoin d'être traités. La majorité de ces hommes acceptent un traitement, qui est non nécessaire dans la plupart des cas.

Retour au menu

Ce que signifient les résultats

Il est normal de détecter une petite quantité d'APS dans le sang des hommes en bonne santé. Le taux d'APS peut monter et baisser pour différentes raisons. Le taux d'APS varie selon l'âge et a tendance à augmenter graduellement chez l'homme de plus de 60 ans puisque la prostate grossit avec l'âge.

Le taux d'APS est représenté par un nombre. Bien que pour de nombreux médecins le taux d'APS normal soit inférieur à 4, le taux normal dépend beaucoup de l'âge. Pour un homme dans la quarantaine, le taux d'APS est bien inférieur à 4, mais pour un homme dans les 70 ans, le taux d'APS est généralement supérieur à 4. Par le biais du European Prostate Cancer Screening Trial, on se demande actuellement si d'abaisser le seuil à 3 permettrait de détecter le cancer à un stade plus précoce.

  • Plus le taux d'APS est élevé, plus le risque de cancer de la prostate augmente.
  • Il n'y a pas de limite maximale au taux d'APS.
  • Il arrive parfois que le taux d'APS d'un homme atteint du cancer de la prostate soit normal.

Taux d'APS par âge
ÂgeValeurs normales du taux d'APS total

Moins de 50 ans

0,0 à 2,5

50 à 59

0,0 à 3,5

60 à 69

0,0 à 4,5

70 ans et plus

0,0 à 6,5

Il serait préférable de mesurer à nouveau un taux d'APS élevé avant d'effectuer d'autres examens.

Savoir si le taux d'APS d'un homme augmente ou baisse de façon constante peut être un facteur aussi important que le taux réel. Un bond peut révéler que le cancer s'est développé.

Raisons pour lesquelles le taux d'APS peut être plus élevé que la normale

Bien des troubles de la prostate peuvent faire augmenter le taux d'APS, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'un homme est atteint du cancer de la prostate. Le taux d'APS peut être plus élevé que la normale dans les situations suivantes :

  • augmentation de la taille de la prostate (hyperplasie bénigne de la prostate, ou HBP)
  • inflammation ou infection de la prostate (prostatite)
  • test médical récemment pratiqué sur la prostate (comme un toucher rectal, une échographie transrectale ou une biopsie)
  • activité sexuelle récente (dont une éjaculation)
  • présence de cellules cancéreuses dans la prostate

Retour au menu

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le taux d'APS peut être élevé en présence d'une affection non cancéreuse ou d'un cancer. Le médecin décide si d’autres examens, interventions, soins de suivi ou traitements sont nécessaires. Les examens supplémentaires peuvent être ceux-ci :

  • un autre test de l’APS
  • un examen plus approfondi des taux d’APS
    • test de l'APS en série
    • taux d’APS libre et conjugué ou pourcentage d'APS libre
    • densité de l'APS
    • nomogramme
  • une biopsie de la prostate par échographie transrectale

Retour au menu

Autres composantes du test de l'APS

On a conçu de nouveaux tests pour tenter d'améliorer la mesure et l'analyse des résultats du test de l’APS. Ils pourraient être plus précis que le test de l'APS habituel.

Test de l'APS en série

Le test de l'APS en série permet d’observer les changements du taux d'APS au fil du temps. Le test de l'APS en série n'est pas une autre analyse sanguine, mais plutôt le suivi et la comparaison de nombreuses lectures du taux d'APS. On sait que le taux d'APS fluctue et peut augmenter même si le cancer n'est pas présent. Cependant, le taux d'APS d'un homme atteint du cancer de la prostate augmente plus rapidement que celui d'un homme qui n'est pas atteint de cette maladie. On a surtout recours au test de l'APS en série pour surveiller la réaction d'un homme au traitement du cancer. Il est moins utile pour révéler si le cancer de la prostate est présent.

Le test de l'APS en série permet de calculer la vélocité et le temps de doublement de l'APS.

  • Vélocité de l'APS
    • La vélocité de l'APS mesure la variation du taux d'APS au fil du temps.
    • Pour connaître la vélocité de l’APS, on doit comparer les résultats d’au moins 3 tests de l’APS au cours d’une période d'au moins un an.
    • Si la vélocité de l’APS augmente rapidement, le médecin pourrait prescrire d'autres examens puisque cela peut être signe de cancer.
    • Le résultat se calcule en unités/an (hausse du taux d'APS de 1 µg/L/an par exemple).
  • Temps de doublement de l'APS
    • Le temps de doublement de l'APS évalue le temps pris par le taux d'APS pour doubler.
    • Le temps de doublement de l'APS est parfois utile pour déterminer quels cancers de la prostate sont susceptibles d'être agressifs ou de se propager.
    • Le résultat se calcule en temps. Un temps de doublement de l'APS de 3 ans, par exemple, signifie qu'en moyenne, le taux d'APS double aux 3 ans.

Taux d’APS libre et conjugué ou pourcentage d'APS libre

L’APS se manifeste sous 2 formes principales dans le sang, soit libre et conjugué.

  • L’APS libre n’est pas fixe et circule librement dans le sang (APS non lié).
    • Le taux d'APS libre est souvent plus élevé en présence d'une affection bénigne de la prostate.
  • L’APS conjugué est fixé à d’autres protéines et peut être appelé APS lié.
    • Les cellules du cancer de la prostate produisent plus d'APS du type conjugué.
    • Si l'APS libre d'un homme est bas mais que l'APS conjugué est élevé, la présence du cancer est plus probable.

Le pourcentage d'APS libre (ratio APS) mesure la quantité d'APS libre comparativement à l'APS total. L'APS total équivaut à l'APS libre plus l'APS conjugué.

  • Le ratio APS libre sur APS total est inférieur chez l'homme atteint du cancer de la prostate.
  • Lorsque le taux d'APS total (ajusté selon les différences d'âge) se situe entre 4 et 10, on peut faire un test de l'APS libre pour savoir si des examens supplémentaires, comme une échographie transrectale et une biopsie de la prostate, devraient être pratiqués.

Densité de l'APS

La densité de l’APS est le taux d'APS sanguin comparé à la taille (volume) de la prostate mesurée lors d'une échographie transrectale. Le taux d'APS sanguin est habituellement plus élevé chez les hommes dont la prostate a augmenté de volume. En comparant le taux d'APS à la taille de la prostate, la densité de l'APS pourrait aider à fournir une échelle plus précise des valeurs normales de l'APS. Une densité élevée de l'APS est plus susceptible de révéler la présence du cancer de la prostate.

Nomogramme

Un nomogramme est un outil qui se sert du résultat du test de l'APS et d'un certain nombre d'autres facteurs (comme l'âge, l'ethnie, les antécédents familiaux, les symptômes urinaires, les résultats du TR et les résultats de la biopsie de la prostate) pour :

  • calculer le risque d'un homme d'être un jour atteint d'un cancer de la prostate
  • déterminer si on doit pratiquer une biopsie
  • préciser l'agressivité du cancer

Des chercheurs se penchent sur l'emploi de nomogrammes pour évaluer le risque d'un homme de développer le cancer de la prostate.

Retour au menu

Histoires

Dr Claude Perreault Mobiliser le système immunitaire pour combattre le cancer

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus