Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Test de l'antigène prostatique spécifique (APS)

Le test de l'antigène prostatique spécifique (APS) permet de mesurer la quantité d'APS dans le sang. L'APS est une protéine fabriquée par les cellules de la prostate. On trouve cet antigène surtout dans le sperme, mais il arrive qu’on le détecte aussi en petite quantité dans le sang d’hommes en bonne santé.

Pourquoi on fait un test de l’APS

On peut faire un test de l'APS pour les raisons suivantes :

  • Aider à détecter le cancer de la prostate à un stade précoce chez les hommes qui ne présentent aucun signe ou symptôme de la maladie
  • Vérifier la présence de cancer chez les hommes qui présentent des signes et symptômes du cancer de la prostate
  • Confirmer un diagnostic lorsque d’autres examens laissent croire à la présence d’un cancer de la prostate
  • Établir un pronostic (issue) pour le cancer de la prostate
  • Savoir si le cancer s'est propagé à l’extérieur de la prostate
  • Planifier le traitement du cancer de la prostate
  • Surveiller un homme atteint d’un cancer de la prostate qui est traité en étant sous surveillance active
  • Savoir si les traitements du cancer sont efficaces
  • Savoir si le cancer est réapparu (récidive) après le traitement

Le test de l’APS est souvent effectué en association avec un toucher rectal (TR)toucher rectal (TR)Examen physique visant à rechercher des anomalies du rectum ou de la prostate. afin d’accroître les chances de trouver un cancer de la prostate à ses débuts, lorsqu’il est plus facile à traiter. Associer ces tests est plus efficace que d'employer l'un ou l'autre seul.

Qui devrait passer un test de l’APS

Les hommes de plus de 50 ans devraient demander à leur médecin quel est leur risque d’être un jour atteint d’un cancer de la prostate et quels sont les bienfaits et les risques du test de l'APS. La Société canadienne du cancer recommande que vous parliez aussi à votre médecin du test de l’APS si vous :

  • êtes sur le point d’avoir 50 ans;
  • avez des antécédents familiaux de cancer de la prostate ou vous êtes d’origine africaine;
  • présentez des symptômes du cancer de la prostate.

Bienfaits et risques

Le test de l'APS peut aider à détecter un cancer de la prostate à un stade précoce, mais il peut aussi causer de fausses alarmes ou faire passer à côté d'un cancer de la prostate qui est bel et bien présent. Il est important que les hommes discutent avec leur médecin de leur propre risque de cancer de la prostate ainsi que des bienfaits et des risques du dépistage par APS.

Bienfaits

Le test de l’APS permet de détecter un cancer de la prostate à un stade précoce, soit avant qu'il n'ait eu la possibilité de se développer ou de se propager à l'extérieur de la prostate. Le fait de détecter le cancer à ses débuts peut signifier que les traitements seront plus efficaces.

Risques

Le test de l'APS présente les risques qui suivent.

Un résultat faux positif au test de l’APS laisse croire que l’homme pourrait avoir le cancer de la prostate alors qu’il n’est pas atteint de cette maladie en réalité. Il arrive assez souvent que le test de l’APS engendre un faux positif et seulement 1 résultat anormal sur 4 environ est réellement un cancer. Un faux positif peut mener à des examens de suivi non nécessaires qui sont plus effractifs, comme des biopsies à répétition. Il peut aussi entraîner une anxiété et une détresse inutiles chez l’homme et sa famille.

Lorsque le résultat est faux négatif, cela signifie que le test indique un taux d'APS qui est normal même si le cancer de la prostate est présent. Le test de dépistage par APS fait passer à côté d'environ 15 % des cancers de la prostate. Obtenir un résultat faux négatif peut signifier que l'homme et son médecin ignorent les symptômes du cancer de la prostate.

Le surdiagnostic, c’est lorsqu’on diagnostique un cancer de la prostate qui n'aurait jamais gravement menacé la santé d'un homme. Le surdiagnostic peut entraîner l’administration de traitements qui ne sont pas absolument nécessaires (surtraitement). La recherche montre que de 23 à 42 % des cas de cancer de la prostate détectés par le test de l'APS pourraient n'avoir jamais besoin d'être traités. Mais la plupart des hommes qui reçoivent un diagnostic d’un cancer de la prostate choisissent tout de même de recevoir un traitement. Des examens de suivi et un traitement non nécessaires augmentent le risque des hommes d’être atteints de troubles tels qu’un dysfonctionnement érectile et une perte du contrôle de la vessie (incontinence urinaire).

Comment se déroule un test de l’APS

Le test de l'APS est une analyse sanguine qu’on réalise dans un laboratoire ou à l’hôpital. L’éjaculation peut influer sur le taux d’APS dans le corps, il est donc possible qu’on vous dise de ne pas éjaculer pendant une période de quelques jours avant le test.

Vous devez dire à votre médecin si vous prenez des médicaments pour traiter une hyperplasie bénigne de la prostate, une prostatite, des troubles urinaires ou la calvitie. Ces médicaments peuvent faire baisser le taux d'APS.

Apprenez-en davantage sur les analyses sanguines.

Ce que signifient les résultats

Le taux d’APS varie selon l’âge de l’homme. Le taux d’APS augmente naturellement à mesure que les hommes avancent en âge, mais le taux peut monter ou baisser pour de nombreuses raisons. Les médecins ne s’entendent pas tous sur ce qu’est un taux d’APS normal. Néanmoins, certains chercheurs utilisent un seuil pour le taux d’APS d’environ 3 ng/mL pour les aider à décider quels hommes présentent le plus de risques d’être atteints du cancer de la prostate. Il est important que vous discutiez avec votre médecin de votre taux d’APS et de ce que ce résultat signifie relativement à votre risque d’être atteint du cancer de la prostate. Votre médecin vous aidera à déterminer votre risque de cancer de la prostate par rapport à votre âge, à vos antécédents familiaux et à d’autres renseignements personnels.

Un taux d'APS plus élevé que la normale ne signifie pas toujours qu'un homme est atteint du cancer de la prostate. Un taux élevé d’APS peut aussi être causé par :

  • une augmentation de la taille de la prostate due à une hyperplasie bénigne de la prostate;
  • une inflammation ou une infection de la prostate, appelée prostatite;
  • une infection urinaire;
  • une intervention ou un examen médical récemment pratiqué sur la prostate, comme une échographie transrectale (ETR) ou une biopsie;
  • une sonde urinaire;
  • un examen de la vessie;
  • une activité sexuelle qui comprend une éjaculation;
  • des promenades fréquentes en vélo ou une longue promenade récente en vélo
  • un climat plus chaud.

Parfois, le taux d’APS augmente temporairement quelques années après une radiothérapie administrée pour traiter un cancer de la prostate. On parle alors de rebond d’APS. Dans la plupart des cas, le taux d’APS redescend au prochain test. Un traitement n’est pas nécessaire, à moins que le taux d’APS continue d’augmenter.

Il n'y a pas de limite maximale au taux d'APS. Mais certains hommes atteints du cancer de la prostate présentent un taux d’APS normal. Pour ces raisons, les chercheurs tentent toujours de trouver la meilleure façon d’utiliser le test d’APS comme moyen de dépistage du cancer de la prostate. Les chercheurs tentent aussi de trouver d’autres façons de détecter le cancer de la prostate à un stade précoce.

Ce qui se passe si le taux d’APS est élevé

Si votre taux d’APS est élevé, votre médecin discutera avec vous des options qui vous sont offertes. Vous déciderez ensemble si d’autres examens, interventions, soins de suivi ou traitements sont nécessaires. Le type de suivi que vous recevrez variera selon que vous avez reçu ou non un diagnostic de cancer de la prostate.

Habituellement, la première chose que le médecin fait comme suivi dans le cas d’un taux d’APS élevé est d’administrer un autre test de l’APS et un toucher rectal (TC). On compare ensuite le résultat du test de l’APS au résultat du premier test. Si le taux d’APS est toujours élevé, votre médecin pourrait recourir à l’une des interventions suivantes :

  • Test de l'APS en série, y compris le calcul de la vélocité et du temps de doublement de l'APS
  • Test de l’APS libre dans le sang
  • Densité de l’APS de la prostate et densité de l’APS de la zone transitionnelle (partie de la prostate qui entoure l’urètreurètreConduit servant à l’excrétion de l’urine présente dans la vessie.)
  • Nomogramme

Si votre taux d’APS continue d’augmenter ou si le médecin sent une masse à la prostate au cours du TC, il peut aussi demander les tests et examens suivants :

  • Tests d’urine, comme une analyse d’urine
  • Échographie transrectale (ETR)
  • Radiographie
  • Examen de la vessie (cystoscopie)
  • Biopsie de la prostate

Interventions de suivi

Les tests qui suivent sont de nouveaux tests de l’APS et différentes façons d’utiliser le test de l’APS. On peut y avoir recours comme interventions de suivi en présence d’un taux d’APS élevé. Les chercheurs tentent aussi de savoir s’il est possible de détecter le cancer de la prostate de façon plus efficace qu’avec le dépistage par APS habituel.

Test de l'APS en série

On a surtout recours au test de l'APS en série pour surveiller la réaction d'un homme au traitement du cancer. Il est moins utile pour diagnostiquer le cancer de la prostate.

Le test de l'APS en série permet d’observer les changements du taux d'APS au fil du temps, ce qui est important puisque le taux d’APS a tendance à monter et à baisser même chez les hommes qui ne sont pas atteints du cancer de la prostate. Par contre, le taux d'APS d'un homme atteint du cancer de la prostate augmente plus rapidement au fil du temps que celui d'un homme qui n'est pas atteint de cette maladie.

Le test de l'APS en série permet de mesurer la vélocité et le temps de doublement de l'APS.

La vélocité de l'APS mesure la variation du taux d'APS au fil du temps. Pour connaître la vélocité de l’APS, les médecins comparent les résultats de 3 ou 4 tests de l’APS effectués au cours d’une période de 18 à 24 mois. Certaines recherches montrent qu’une vélocité de l’APS qui augmente rapidement peut aider les médecins à diagnostiquer le cancer de la prostate.

Le temps de doublement de l'APS évalue le temps pris par le taux d'APS pour doubler. Le résultat se calcule en temps. Un temps de doublement de l'APS de 3 ans, par exemple, signifie qu'en moyenne, le taux d'APS double tous les 3 ans. Le temps de doublement de l’APS peut aider les médecins à savoir si un cancer de la prostate est agressif, ce qui signifie que le cancer est plus susceptible de se développer rapidement et de se propager.

APS libre et APS lié

Dans le sang, l’APS est lié ou libre (non lié). Lorsque l’APS est lié, cela signifie qu’il est fixé à d’autres protéines. L’APS qui n’est pas fixé à d’autres protéines est appelé APS libre, car il circule librement dans le sang.

Le pourcentage d'APS libre est un ratio qui permet de comparer la quantité d'APS libre par rapport au taux d'APS total. Le taux d’APS total inclut la quantité totale d’APS libre et d’APS lié dans le sang.

Le taux d'APS libre est souvent plus élevé chez l’homme atteint d’une affection non cancéreuse de la prostate, et plus bas chez l’homme atteint du cancer de la prostate. Si un homme présente un taux d’APS total entre 4 et 10, le médecin pourrait recourir à une analyse sanguine pour déterminer le taux d’APS libre. Un pourcentage d'APS libre au-dessus de 25 % est considéré comme normal. Certains médecins recommandent qu’un homme ayant un pourcentage d'APS libre de 18 % ou moins ait une biopsie de la prostate. D’autres médecins recommandent la biopsie lorsque le pourcentage d'APS libre est autour de 12 % ou moins.

Densité de l’APS et densité de l'APS de la zone transitionnelle

La densité de l’APS est le taux d'APS dans le sang par rapport à la taille (volume) de la prostate mesurée lors d'une échographie transrectale (ETR). On calcule la densité de l’APS en prenant le taux d’APS et en le divisant par le volume de la prostate. Le taux d'APS est habituellement plus élevé chez les hommes dont la prostate a augmenté de volume. La densité de l’APS peut aider les médecins à savoir quels hommes sont atteints du cancer de la prostate et quels hommes sont atteints d’une hyperplasie bénigne de la prostate, puisqu’une densité élevée (au-dessus de 0,1) est plus souvent liée au cancer de la prostate.

La densité de l’APS de la zone transitionnelle est le taux d'APS sanguin par rapport au volume de la zone transitionnelle de la prostate. Dans cette zone, la densité de l’APS semble être plus précise que la densité de l’APS de la prostate entière pour déterminer quels hommes sont atteints d’une hyperplasie bénigne de la prostate et quels hommes ont le cancer de la prostate.

Nomogramme

Un nomogramme est un modèle statistique prédictif qui évalue le pronostic probable. Un nomogramme réalisé dans le cas d’un cancer de la prostate tient compte du résultat du test de l'APS et d'un certain nombre d'autres facteurs, comme l'âge, l'ethnie, les antécédents familiaux, les symptômes urinaires, les résultats du TR et les résultats de la biopsie de la prostate. On a ainsi recours à un nomogramme pour :

  • calculer le risque d'un homme d'être un jour atteint d'un cancer de la prostate;
  • déterminer si on doit pratiquer une biopsie;
  • préciser l'agressivité du cancer.

Des chercheurs se penchent sur les nomogrammes pour voir comment ces tests peuvent aider les médecins à déterminer le risque d'un homme d’être atteint du cancer de la prostate.

Histoires

photo of Mathieu À la fin de la journée, Mathieu m’a fait un gros câlin et j’ai vu un sourire illuminer son visage.

Lisez l’histoire de Mathieu

Faire face au fardeau financier du cancer

Illustration de pièces de monnaie

La Société canadienne du cancer fournit de précieux renseignements sur les programmes gouvernementaux en matière de revenu, l’aide financière et les autres ressources à la disposition des familles qui essaient de boucler leur budget en cette période difficile.

Apprenez-en plus