Vous êtes ici:

Exentération pelvienne

L’exentération pelvienne est une chirurgie qu’on peut pratiquer pour traiter un cancer avancé qui ne s’est pas propagé hors du bassin ou un cancer qui est réapparu dans le bassin seulement. On n’y a recours que s’il n’y a pas de signes de cancer ailleurs dans le corps.

Pourquoi on fait une exentération pelvienne

On peut faire une exentération pelvienne pour traiter :

  • un cancer des organes reproducteurs de la femme, dont le col de l’utérus, l’utérus, les ovaires, le vagin et la vulve;
  • un cancer qui s’est propagé du côlon ou du rectum à des organes voisins;
  • un cancer qui est réapparu dans le bassin après avoir été traité par radiothérapie.

Types d’exentération pelvienne

L’exentération pelvienne permet d’enlever les organes reproducteurs, la vessie ou le rectum ou bien les deux ainsi que les ganglions lymphatiques du bassin. Il arrive qu’on enlève aussi une partie du côlon et l’anus.

  • Les organes reproducteurs féminins qu’on enlève sont les ovaires, les trompes de Fallope, l’utérus, le col de l’utérus et le vagin. On peut enlever la vulve chez certaines femmes atteintes du cancer du col de l’utérus.
  • Les organes reproducteurs masculins qu’on enlève sont la prostate et les vésicules séminales.

Lors de l’exentération antérieure, on enlève la vessie mais pas le rectum. On y a recours s’il n’y a pas de cancer dans le rectum ou tout près.

Lors de l’exentération postérieure, on enlève le rectum mais pas la vessie. On y a recours s’il n’y a pas de cancer dans la vessie ou tout près.

Lors de l’exentération totale, on enlève la vessie et le rectum.

Avant l’exentération pelvienne

L’exentération pelvienne est une chirurgie importante qui changera votre vie. Votre équipe de soins vous renseignera en profondeur sur l’opération. Elle vous aidera également à vous préparer aux changements que votre corps subira et à votre vie après la chirurgie. Les centres de traitement offrent habituellement, ainsi qu’à la famille, du counseling et d’autres services de soutien affectif avant et après l’opération.

Vous passerez des examens médicaux, comme des analyses sanguines et des tests de la fonction cardiaque et respiratoire, ce qui aidera votre médecin à décider si vous êtes en assez bonne santé pour subir la chirurgie. Vous passerez aussi des examens d’imagerie, comme une TDM ou une IRM, afin qu’on sache si le cancer s’est propagé hors de votre bassin. Quand on observe du cancer à l’extérieur du bassin, on ne pratique habituellement pas d’exentération pelvienne.

Apprenez-en davantage sur les tests et interventions qu’on peut faire avant une exentération pelvienne.

Comment se déroule l’exentération pelvienne

L’exentération pelvienne se déroule à l’hôpital sous anesthésie générale (vous êtes inconscient). On la fait en 2 étapes. La première est l’ablation, qu’on appelle exentération ou résection. La deuxième est la reconstruction.

Exentération

Avant d’enlever un organe, le chirurgien peut faire quelques petites incisions dans l’abdomen. Il peut aussi se servir d’un laparoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une lumière et d’une lentille) pour observer l’intérieur de l’abdomen. Cela lui permet d’examiner tous les organes de la cavité abdominale ainsi que les structures pelviennes.

Le chirurgien effectue des prélèvements de tissu dans toutes les régions anormales de la cavité abdominale pour les faire examiner au microscope en laboratoire pendant que vous êtes en salle d’opération. Si les prélèvements contiennent des cellules cancéreuses, on cesse l’opération. S’ils ne contiennent pas de cellules cancéreuses, on poursuit la chirurgie.

Le chirurgien fait ensuite une plus grande incision dans le bas de l’abdomen et le bassin. Puis il vérifie s’il n’y a pas de signe de cancer dans ces régions qui empêcherait de poursuivre l’opération. Il est possible qu’il fasse des prélèvements dans les ganglions lymphatiques qui seront examinés alors que vous êtes encore en salle d’opération dans le but de savoir s’ils contiennent des cellules cancéreuses.

Si le chirurgien pense qu’il peut enlever complètement la tumeur, il enlève alors les organes reproducteurs, la vessie ou le rectum ou bien les deux, les ganglions lymphatiques pelviens et les tissus de soutien dans le bassin. Il arrive qu’on enlève une partie du côlon ou l’anus.

Reconstruction

La reconstruction est la deuxième étape de la chirurgie. Le type de reconstruction dépend des organes qu’on a enlevés.

La dérivation urinaire est une intervention chirurgicale pratiquée pour créer une nouvelle façon pour le corps d'emmagasiner et d'évacuer l'urine si on enlève la vessie. Apprenez-en davantage sur la dérivation urinaire.

La colostomie est une intervention chirurgicale pratiquée pour créer une façon pour les selles d’évacuer le corps si on enlève le rectum ou une partie du côlon ou bien les deux. Apprenez-en davantage sur la colostomie.

La reconstruction vaginale aide à rétablir la structure et la fonction du vagin. Apprenez-en davantage sur la reconstruction vaginale.

Après l’exentération pelvienne

Jusqu'à 6 mois ou plus peuvent être nécessaires à votre corps pour se rétablir de l’exentération pelvienne. Votre équipe soignante vous apprendra comment prendre soin de vous après la chirurgie. Votre médecin vous indiquera quels examens, interventions, soins de suivi ou autres traitements sont nécessaires après l’exentération pelvienne.

Vous adaptez aux changements qu’a subis votre corps peut prendre un an ou plus. Votre équipe de soins peut faire des arrangements pour que vous et votre famille receviez les soins et le soutien nécessaires pour vous adapter aux changements qui affectent maintenant votre corps et votre vie.

Effets secondaires

Peu importe le traitement, il est possible que des effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets secondaires de l’exentération pelvienne dépendent surtout de ce qui a été enlevé et de votre état de santé global.

Effets secondaires à court terme

Les effets secondaires à court terme peuvent se manifester lors de l’exentération pelvienne, tout de suite après ou seulement quelques semaines plus tard. En général, ils sont temporaires. Ces effets peuvent être les suivants :

  • douleur
  • caillots sanguins dans les jambes ou les poumons
  • saignement
  • infection
  • mauvaise cicatrisation de la plaie
  • mauvaise cicatrisation qui provoque des fuites là où des structures normales du bassin sont suturées ensemble
  • pneumonie
  • accumulation de liquide dans les poumons

Effets secondaires à long terme

Les effets secondaires à long terme peuvent apparaître des mois ou des années après l’exentération pelvienne et durer longtemps. Ces effets peuvent être les suivants :

  • accumulation de lymphe dans les jambes ou l’abdomen parce qu’on a enlevé les ganglions lymphatiques du bassin (lymphœdème)
  • changements de l’estime de soi, de l’image corporelle et de la sexualité
  • blocage de l’intestin causé par des bandes de tissu cicatriciel (adhérences)
  • fistule (ouverture anormale entre des structures normales, comme l’intestin et le vagin ou les voies urinaires et l’intestin)
  • troubles des reins, comme une infection ou l’insuffisance rénale
  • obstruction urinaire (blocage des uretères)
  • mort des tissus utilisés pour reconstruire le vagin ou pour faire la stomie

Cette chirurgie peut engendrer des défis sexuels puisque tous les organes reproducteurs ont été enlevés.

  • Les hommes peuvent être impuissants si les nerfs qui contrôlent les érections ont été endommagés ou coupés afin qu’on enlève le cancer.
  • Toutes les femmes seront stériles, soit incapables de tomber enceintes, puisqu’on a enlevé leur utérus. Les femmes préménopausées deviendront ménopausées à cause du traitement puisqu’on a enlevé leurs ovaires.

Apprenez-en davantage sur les troubles sexuels chez l’homme, les troubles sexuels chez la femme et la ménopause provoquée par le traitement.

Discutez avec votre équipe de soins des effets secondaires à long terme de l’exentération pelvienne. Elle peut aussi vous aider à faire face aux changements d’estime de soi et d’image corporelle et à la sexualité après un cancer.

cavité abdominale

Région de l’abdomen qui renferme l’estomac, le foie, la vésicule biliaire, le pancréas, la rate, les reins, l’intestin grêle, le gros intestin et la vessie.

uretère

Canal par lequel l'urine s'écoule du rein jusqu'à la vessie.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Robert Day Traiter le cancer de la prostate en ciblant une enzyme ennemie

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus