Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Test Pap

Le test Pap, ou frottis de Papanicolaou, est une intervention qui permet de faire un petit prélèvement de cellules du col de l’utérus. On observe ensuite les cellules au microscope afin de savoir si elles sont normales ou anormales.

Pourquoi on fait un test Pap

On a surtout recours au test Pap pour :

  • dépister et aider à diagnostiquer des états précancéreux du col de l’utérus ou un cancer du col;
  • aider à diagnostiquer des états précancéreux du vagin ou un cancer du vagin;
  • diagnostiquer une infection ou une inflammationinflammationRéaction de protection du corps en réponse à une blessure ou à une infection qui se manifeste par les symptômes suivants : rougeur, enflure, douleur et chaleur de la région touchée. dans la partie inférieure de l'appareil génital de la femme.

Le test Pap permet aussi de faire le suivi après un résultat anormal ou de surveiller un état précancéreux. On y a recours pour vérifier la présence de changements cellulaires anormaux ou de la réapparition (récidive) du cancer après un traitement.

Apprenez-en davantage sur le dépistage du cancer du col de l'utérus.

Comment se préparer à un test Pap

Essayez d’éviter de passer un test Pap lorsque vous êtes menstruée. Pour obtenir de meilleurs résultats, vous devriez passer le test au milieu de votre cycle, c'est-à-dire de 10 à 20 jours après le premier jour de vos menstruations. Avisez votre médecin ou votre infirmière si votre rendez-vous tombe un jour où vous êtes menstruée. Si les saignements sont légers, il sera peut-être possible de faire le test Pap.

Évitez d’avoir des relations sexuelles au cours des 24 heures qui précèdent le test Pap. Évitez aussi les douches et les médicaments vaginaux ainsi que les tampons et crèmes, mousses ou gels contraceptifs (spermicides), à moins que votre médecin ne l'ait recommandé, 48 heures avant un test Pap. Ces produits peuvent déloger ou dissimuler les cellules anormales.

Essayez d’éviter de passer le test pendant le traitement d’une infection cervicale ou vaginale. Attendez 2 semaines après le traitement.

Essayez de vider votre vessie juste avant le test Pap. Une vessie pleine peut rendre le test inconfortable.

Comment se déroule un test Pap

On peut faire un test Pap dans le cadre d’un examen de santé ou d’un examen pelvien (gynécologique). L’examen pelvien permet de s’assurer que les organes du bassin sont normaux et de vérifier la présence d’infections. Apprenez-en davantage sur l’examen pelvien.

En général, le test Pap se déroule dans le bureau du médecin ou de l’infirmière ou bien à la clinique. Le test Pap ne dure que quelques minutes. Il peut causer un léger inconfort, une certaine pression ou des crampes, mais ce n’est habituellement pas douloureux.

Pour faire le test Pap, le médecin ou l’infirmière introduit doucement dans le vagin un spéculum. C’est un instrument fait de métal ou de plastique transparent. Il sépare les parois du vagin afin que le médecin puisse voir la partie supérieure du vagin et le col de l’utérus.

Le médecin ou l’infirmière utilise alors un petit bâtonnet, ou spatule, pour gratter délicatement la surface du col dans le but d’en prélever des cellules. Dans certains cas, on se sert d’une brosse spéciale, appelée cytobrosse ou balai endocervical, pour prélever des cellules dans la partie interne du col utérin, qui mène à l’utérus. Il est également possible de prélever des échantillons de tissu dans le vagin lors du test Pap.

Après avoir prélevé les cellules, le médecin ou l’infirmière les étale sur une lame de verre ou les met dans un contenant rempli d’un liquide spécial appelé test Pap en milieu liquide. On peut aussi se servir du liquide qui contient l’échantillon de cellules pour faire un test de dépistage du VPH. Si les cellules sont étalées sur une lame de verre, on les traite avec une solution spéciale appelée solution de fixation. La solution de fixation conserve l’apparence des cellules. On envoie le prélèvement au laboratoire pour le traiter avant qu’il ne soit examiné au microscope.

Vous pouvez avoir de légers saignements vaginaux pendant 1 ou 2 jours après un test Pap. De 2 à 8 semaines peuvent s’écouler avant de recevoir les résultats d’un test Pap du laboratoire.

Ce que signifient les résultats

Il arrive parfois que l’échantillon ne soit pas assez bon pour que le résultat soit clair. Cela risque de se produire s’il contient trop de sang ou pas assez de cellules ou si la solution de fixation n’a pas bien conservé les cellules. Votre médecin ou votre infirmière vous avisera si vous devez passer de nouveau le test.

Quand l’échantillon est bon, les laboratoires canadiens utilisent le système de Bethesda pour consigner les résultats des tests Pap. Avec ce système, le résultat d’un test Pap peut être classé comme normal (ou négatif) ou anormal.

Normal

Un résultat normal, ou négatif, signifie qu’il y avait suffisamment de cellules dans le prélèvement et qu’il n’y avait pas de cellules anormales ou cancéreuses. Dans le rapport d’un test Pap normal, on peut aussi indiquer si des affections non cancéreuses, ou bénignes, sont présentes, comme les infections courantes ou une inflammation.

Anormal

On peut classer les cellules anormales du col de l’utérus ou du vagin en fonction des différences d’apparence qu’il y a entre elles et les cellules normales. L’anomalie peut être légère à grave. Les cellules anormales du col sont également classées selon le système de Bethesda, qui offre de l’information sur le type de changement cellulaire observé.

Un résultat anormal ne signifie pas nécessairement qu’un état précancéreux ou un cancer est présent. Certaines cellules anormales reviennent à la normale d’elles-mêmes. D’autres cellules anormales ou certains changements précancéreux du col ou du vagin peuvent, avec le temps, évoluer en cancer s'ils ne sont pas traités. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • carcinome épidermoïde
  • adénocarcinome
  • autres types de cancer

Apprenez-en davantage sur les résultats anormaux du test Pap et le virus du papillome humain (VPH).

Ce qui se passe si le résultat est anormal

Si le résultat du test Pap est anormal, votre médecin décide si vous devez passer des examens de suivi, recevoir un traitement ou les deux. Certains changements ou anomalies peuvent nécessiter un traitement, selon leur gravité.

Les examens de suivi comprennent un autre test Pap ou une colposcopie (intervention lors de laquelle on utilise un instrument muni d’une source lumineuse et d’une lentille grossissante, soit un colposcope, pour examiner la vulve, le vagin et le col de l’utérus).

Risques engendrés par le test Pap

Les tests de dépistage, dont le test Pap, risquent d'engendrer des résultats trompeurs.

Lorsque le résultat est faux négatif, cela signifie qu’un cancer ou que des cellules anormales ne sont pas détectés par le test même s’ils sont présents. Cela peut être le cas si l’échantillon ne contient pas suffisamment de tissus ou de cellules ou si des cellules anormales passent inaperçues.

Lorsque le résultat est faux positif, cela signifie que le test révèle qu’il y a des cellules anormales même si elles ne sont pas présentes. Quelque chose ressemblait donc à un état précancéreux, mais ce n’en était pas un. Un résultat faux positif peut engendrer des examens et des interventions de suivi non nécessaires ainsi qu'une anxiété inutile.

Histoires

Sandra LeBlanc C’est facile de soutenir la Société canadienne du cancer. Chacun d’entre nous est touché d’une manière ou d’une autre par le cancer.

Lisez l'histoire de Sandra

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus