Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Analyse du statut HER2

Le gène ErbB2 peut changer (mutation ou amplification). Il peut favoriser la croissance d’une tumeur (oncogèneoncogèneGène qui participe à la régulation de la croissance et de la division cellulaires et qui peut causer la prolifération de cellules cancéreuses.). Il est plus connu sous le nom de HER2 (ou HER2/neu). HER2 signifie human epidermal growth factor receptor 2 (récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain).

Le gène HER2 contrôle la production d’une protéine située à la surface des cellules du sein qui favorise la croissance. Chaque cellule saine du sein contient deux copies du gène HER2. Il arrive parfois qu'il y ait trop de copies dans une cellule, soit l’amplification, ce qui engendre la surproduction de la protéine HER2. On parle alors de surexpression de la HER2.

Pourquoi on analyse le statut HER2

On évalue le statut HER2 pour savoir quelle quantité de la protéine HER2 est produite par une tumeur. L’analyse du statut HER2 peut varier d'un bout à l'autre du Canada. On y a surtout recours pour le cancer du sein, mais on peut aussi le faire pour un cancer de l’estomac de stade avancé.

L’analyse du statut HER2 pour le cancer du sein peut être faite :

  • au moment du diagnostic, sur la tumeur principale (primitive)
  • si le cancer du sein a récidivé ou a formé des métastases

Les recherches révèlent la possibilité d’une surexpression de la HER2 dans d’autres types de cancer, dont les cancers de l’ovaire, de la vessie et du poumon. On doit mener d’autres études afin de déterminer le rôle que la surexpression de la HER2 peut avoir dans ces tumeurs. Au Canada, l’analyse du statut HER2 dans les cancers autres que les cancers du sein et de l’estomac est offerte uniquement dans le cadre d’essais cliniques.

Retour au menu

Comment on analyse le statut HER2

On évalue le statut HER2 à l’aide d’un échantillon de la tumeur prélevé lors d’une biopsie ou d’un prélèvement de tissu tumoral entreposé. Les trois techniques suivantes peuvent être employées :

  • L’immunohistochimie (IHC) fait appel à des anticorps particuliers fixés à un marqueur fluorescent ou à un enzyme marqueur pour évaluer la quantité de la protéine HER2 présente dans les cellules.
  • L’hybridation in situ en fluorescence (FISH) dans laquelle on utilise une sonde d'ADN spéciale marquée d'un colorant fluorescent pour savoir si l'ADN contient des copies supplémentaires de l'oncogène HER2.
  • L’hybridation chromogénique in situ (CISH) à laquelle on y a parfois recours comme alternative à la FISH. Lors d'une CISH, on emploie une sonde d'ADN spéciale ainsi qu'un système à base d'enzymes au lieu d'un système de fluorescence pour déterminer le statut HER2. On peut associer la CISH à l'immunohistochimie.

Un test sanguin de la HER2 est également disponible, mais il ne peut remplacer l’analyse du tissu. Il permet plutôt de surveiller la réaction au traitement chez une femme atteinte d’un cancer du sein métastatique dont les taux sanguins de la HER2 étaient élevés (supérieurs à 15 ng/ml). Il est toutefois inutile de surveiller la réaction au traitement lorsque les taux sanguins de la HER2 sont faibles.

Retour au menu

Ce que signifient les résultats

Les résultats de l’analyse du statut HER2 sont consignés de la façon suivante :

  • test HER2 positif – on observe une surexpression de la HER2 par les cellules cancéreuses de la tumeur
  • test HER2 négatif – les cellules cancéreuses de la tumeur ne surexpriment pas la HER2

Les tumeurs HER2 positives sont plus agressives et tendent à se développer et à se propager plus rapidement que les tumeurs qui produisent la HER2 en quantité normale. Elles sont souvent associées à un plus haut grade.

Habituellement, la surexpression de la HER2 ne change pas au cours de la maladie.

Retour au menu

Ce qui se passe si on détecte une surexpression de la HER2

Si les cellules cancéreuses du sein sont HER2 positives, on pourra offrir un traitement au trastuzumab (Herceptin). Ce médicament est spécialement conçu pour se fixer aux protéines HER2 en excès et faire cesser la croissance du cancer.

La tumeur est plus susceptible de réagir au trastuzumab lorsque les tests d’IHC et de FISH sont tous deux positifs. Cependant, le traitement pourrait également être efficace chez une personne dont le test d’IHC est négatif mais dont le FISH est positif.

Le trastuzumab n’est pas efficace chez les personnes atteintes d’un cancer HER2 négatif.

À l’heure actuelle au Canada, on traite seulement le cancer de l’estomac de stade avancé et le cancer du sein au trastuzumab. On mène présentement des essais cliniques afin d’étudier l’usage du trastuzumab dans le traitement d’autres cancers.

Pour obtenir des renseignements sur le trastuzumab, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Retour au menu

 

Cancer du sein HER2 positif

  • Environ 20 à 30 % des cancers du sein infiltrants surexpriment la HER2.
  • Il arrive souvent que les cellules du cancer du sein qui présentent une mutation du BRCA1 ne surexpriment pas la protéine HER2.
  • Les taux de récepteurs d’œstrogènes et de progestérone sont souvent plus faibles dans les tumeurs du sein HER2 positives que dans les tumeurs du sein HER2 négatives. Ainsi, certains types d’hormonothérapie pourraient être moins bénéfiques chez les femmes dont le cancer du sein est HER2 positif.
  • Les tumeurs HER2 positives réagissent mieux à certains types d’agents chimiothérapeutiques en association avec le trastuzumab (Herceptin).

Retour au menu

Cancer de l’estomac HER2 positif

  • Environ 15 à 19 % des cancers de l’estomac de stade avancé surexpriment la HER2.
  • Les tumeurs HER2 positives réagissent mieux à certains types d’agents chimiothérapeutiques en association avec le trastuzumab.
  • Les personnes atteintes d’un cancer de l’estomac métastatique qui est HER2 positif réagissent mieux au traitement à base de trastuzumab associé à une chimiothérapie qu’à une chimiothérapie seulement.

Retour au menu

Histoires

Kim Moreau Cuisons pour vaincre le cancer a fait une immense différence dans la vie de bien des femmes.

Lisez l’histoire de Kim

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus