Vous êtes ici:

Endoscopie

L’endoscopie est une intervention lors de laquelle on utilise un endoscope pour examiner ou traiter des organes ou des structures à l’intérieur du corps. La plupart des endoscopes sont des tubes minces et creux munis d’une lumière à une extrémité. Certains comportent une petite caméra vidéo qui projette des images sur un écran d’ordinateur. Il y a des endoscopes flexibles et des endoscopes rigides. Les différents endoscopes sont conçus pour examiner des parties du corps spécifiques.

Pourquoi on fait une endoscopie

On peut faire une endoscopie:

  • pour permettre au médecin de regarder à l’intérieur d’organes ou de structures du corps;
  • pour prélever du tissu (biopsie endoscopique) afin de l’analyser;
  • pour contrôler un saignement ou enlever de petites tumeurs ou d’autres masses;
  • pour savoir jusqu’où le cancer s’est propagé (stadification);
  • pour vérifier si le traitement du cancer est efficace ou dans le cadre du suivi;
  • pour réduire ou maîtriser les symptômes, comme contrôler un saignement ou dégager une obstruction.

Types d’endoscopie

On nomme les différents types d’endoscopie en fonction de la structure ou de l’organe qu’ils permettent d’examiner ou de traiter et ils comprennent ceux qui suivent.

On fait une arthroscopie pour observer les articulations.

On fait une bronchoscopie pour observer la trachée, les bronches et certaines bronchioles.

On fait une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) pour observer le pancréas et les canaux biliaires.

On fait une coloscopie pour observer le côlon.

On fait une colposcopie pour observer le col de l’utérus et le vagin.

On fait une cystoscopie pour observer la vessie et l’urètre.

On fait une endoscopie digestive haute pour observer le pharynx (gorge), le larynx, l’œsophage, la trachée et les bronches (tubes qui transportent l’air qui entre dans les poumons et qui en sort).

On fait une gastroscopie pour observer l’œsophage, l’estomac et le duodénum.

On fait une hystéroscopie pour observer l’utérus.

On fait une laparoscopie pour observer l’abdomen ou le bassin.

On fait une laryngoscopie pour observer le larynx et les cordes vocales.

On fait une médiastinoscopie pour observer les organes situés dans le médiastin (espace entre les poumons) et les ganglions lymphatiques voisins.

On fait une œsophagectomie pour observer l’œsophage.

On fait une rectoscopie pour observer le rectum.

On fait une sigmoïdoscopie pour observer le côlon sigmoïde (dernière partie du côlon) et le rectum.

On fait une thoracoscopie pour observer la cavité thoracique.

Comment se déroule une endoscopie

Selon la partie du corps examinée, l’endoscopie est effectuée dans le bureau du médecin, à la clinique ou à l’hôpital. On peut administrer une anesthésie locale ou générale.

La préparation dépend du type d’intervention pratiqué. Il peut n’y avoir aucune préparation ou bien il faut faire un jeûne depuis la veille ou prendre un laxatif et se faire un lavement. Il est possible qu’on vous administre un médicament pour vous aider à vous détendre lors de l’intervention.

Selon la région devant être examinée, l’endoscope est inséré dans un orifice du corps comme la bouche, l’anus ou l’urètre ou dans une petite incision.

On peut insérer des instruments dans un canal contenu dans l’endoscope pour enlever de petits fragments de tissu ou toute une masse.

On expédie les prélèvements de tissu au laboratoire afin qu’ils soient examinés au microscope.

Les soins après l’intervention dépendent du type d’endoscopie pratiquée.

Effets secondaires possibles

Il n’est pas courant que l’endoscopie engendre des problèmes graves. Les effets secondaires suivants sont possibles :

  • douleur
  • saignement
  • infection
  • déchirure du tissu
  • réaction allergique à l’anesthésique ou au sédatif

Ce que signifient les résultats

Si une biopsie a été effectuée, le rapport de pathologie indique le type des cellules ainsi que leurs caractéristiques et il précise si les cellules sont normales, anormales mais non cancéreuses ou cancéreuses.

Si l’examen révèle que les cellules sont cancéreuses, il est possible qu’on les étudie davantage. D’autres tests pourraient être effectués afin d’identifier le type de tumeur, de connaître la vitesse de croissance des cellules et de savoir si les cellules cancéreuses se sont propagées au tissu normal voisin.

Ce qui se passe si le résultat est anormal

Le médecin décide si des examens, des interventions, un suivi ou des traitements supplémentaires sont nécessaires.

Considérations particulières pour les enfants

Préparer un enfant à un test ou à un traitement peut réduire son anxiété, accroître sa collaboration et l’aider à développer des habiletés d’adaptation. La préparation comprend l’explication de ce qui va se passer pendant l’examen, dont ce qu’il verra, ressentira et entendra.

La préparation d’un enfant à l’endoscopie dépend de son âge et de son expérience. Apprenez-en davantage sur la façon d’aider votre enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Rosemary Pedlar Lorsqu’elle a lu, dans les pages d’un journal, que la Société canadienne du cancer recherchait des bénévoles, Rosemary a tout de suite compris que c’était là sa chance de mettre le pied à l’étrier.

Lisez l’histoire de Rosemary

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus