Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Tomodensitométrie (TDM)

La tomodensitométrie (TDM) est un examen d’imagerie lors duquel on utilise un ordinateur pour assembler une série de clichés radiographiques afin de créer des images détaillées à 3 dimensions d’organes, de tissus, d’os et de vaisseaux sanguins du corps. Certaines TDM requièrent un produit de contrasteproduit de contrasteSubstance utilisée pour certaines interventions diagnostiques qui permet de mieux voir des parties du corps lors d’une radiographie ou d’autres tests d’imagerie. qui permet de voir plus clairement les organes et les anomalies.

La TDM est aussi appelée tomographie axiale commandée par ordinateur (TACO).

Presque toutes les parties du corps peuvent être étudiées par TDM, puisqu’elle fournit des images détaillées de nombreux types différents de tissu comme ceux-ci :

  • cerveau
  • voies respiratoires
  • poumons
  • os
  • tissus mous
  • vaisseaux sanguins

Pourquoi on fait une TDM

La TDM peut aider à détecter une grande variété d’anomalies ou de maladies qui affectent n’importe quelle partie du corps. On peut faire une TDM pour :

  • étudier le thorax, l’abdomen, ou le bassin
  • diagnostiquer un cancer
    • déterminer la taille et l’emplacement des tumeurs
    • déterminer jusqu’où le cancer s’est propagé et s’il est présent dans les organes et tissus voisins (stade)
    • guider le médecin lors d’une ponction à l’aiguille ou d’une biopsie
  • aider à planifier le traitement
    • savoir si le traitement du cancer est efficace en comparant la taille de la tumeur, avant, pendant et après le traitement
    • savoir si le cancer est réapparu après le traitement (récidive)

Comment se déroule une TDM

La TDM est généralement effectuée au service de radiologie d'un hôpital ou dans un centre spécialisé en TDM, en consultation externe. L’examen dure jusqu’à 1 heure, selon la taille de la région à examiner. Si la personne a reçu un sédatif, l’examen peut durer plus longtemps, soit de 2 à 3 heures.

Une préparation spéciale pourrait être nécessaire, selon l’organe ou les structures examinées :

  • ne pas manger ou boire quoi que ce soit quelques heures avant l’examen
  • prendre un laxatif
  • avoir un lavement
  • enlever tous les objets de métal qu’on porte, dont les lunettes, les appareils orthodontiques ou les bijoux
  • prendre un produit de contraste
    • Selon la partie du corps examinée, on peut administrer un produit de contraste :
      • par la bouche
      • par voie intraveineuse (injection dans une veine de la main ou du bras)
      • par lavement (injection d’un liquide dans le côlon et le rectum par l’anus)

Puisque l’appareil produit des rayons X, le technologue se trouve dans une autre pièce, mais il peut quand même discuter avec la personne par intercom.

  • Si une femme est enceinte ou qu’elle croit l’être, il est important qu’elle en avise le technologue en radiologie ou le radiologiste avant de passer tout type de radiographie.
  • Si on aura recours à un produit de contraste, il est important qu’une femme qui allaite en avise le technologue en radiologie ou le radiologiste.

Lors d’une TDM :

  • La personne s'allonge sur une table étroite. On peut avoir recours à des courroies et à des coussins pour l’aider à demeurer dans la bonne position et immobile durant l’examen.
  • La table glisse dans un appareil de TDM, qui a la forme d'une grande boîte rectangulaire dont l'intérieur est vide, tout comme un énorme beigne ou un gros bonbon Lifesaver.
  • La caméra se déplace dans l’appareil tout en prenant de nombreux clichés en coupe. Un logiciel assemble tous ces clichés pour en faire des images du corps à 3 dimensions.
  • Il est possible qu’on doive retenir sa respiration par moment afin que les clichés soient plus clairs.
  • On peut entendre des clics ou des bourdonnements lors de l’examen.
  • On peut aussi voir une lumière qui se déplace lorsque l'appareil prend les clichés.

Effets secondaires possibles

La quantité de radiation émise lors d’une TDM est plus élevée que lors d’une radiographie courante. La TDM produit un rayonnement ionisant de faible niveau, qui peut causer le cancer et d’autres anomalies. Cependant, le risque lié à chaque examen est faible. On surveille et contrôle rigoureusement toutes les TDM ainsi que les autres types de radiographie afin de s’assurer que la dose de radiation émise soit la plus petite possible. Les bienfaits auxquels on s’attend des rayons X doivent toujours surpasser tout risque possible.

  • Environ 5 % des personnes réagissent au produit de contraste. Les symptômes peuvent être ceux-ci :
    • nausées
    • respiration sifflante
    • essoufflement
    • goût métallique ou amer dans la bouche
    • sensation d’être rouge
    • démangeaisons ou enflure du visage
  • En de rares occasions, le produit de contraste peut causer une réaction allergique grave.

Ce que signifient les résultats

La TDM peut révéler :

  • un changement dans la forme, la taille ou la structure de tissus et organes
    • Ce changement pourrait être causé par une blessure ou une maladie.
  • une masse ou une lésion qui pourrait être une tumeur ou causée par une autre maladie
    • La TDM ne permet pas toujours de différencier une tumeur cancéreuse (maligne) d’une tumeur non cancéreuse (bénigne).
  • la forme, la taille et l’emplacement approximatifs de la tumeur
  • si la tumeur s’appuie sur d’autres organes ou tissus
  • des ganglions lymphatiques enflés
  • des vaisseaux sanguins qui alimentent une tumeur
  • si le cancer s’est propagé (métastases)
  • la réaction d’une tumeur au traitement
    • On peut avoir recours à la TDM pour déterminer si la taille de la tumeur a diminué, est demeurée la même ou si elle a augmenté après le traitement.

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si des examens, des interventions, un suivi ou des traitements supplémentaires sont nécessaires.

Considérations particulières pour les enfants

Le fait qu'un enfant soit préparé à un examen ou à une intervention peut réduire son niveau d'anxiété, accroître sa collaboration et l'aider à développer des habiletés d'adaptation. Les parents ou la personne qui prend soin de l’enfant peuvent aider à le préparer en lui expliquant ce qui se passera lors de l’examen, dont ce qu'il verra, ressentira et entendra.

  • L’enfant sera probablement seul dans la pièce, sauf s’il faut que quelqu’un l’accompagne. Cette personne devra porter une veste de plomb pour se protéger des rayons X.
  • L’enfant doit demeurer immobile sur la table pendant que l’appareil prend les clichés.
    • Il est possible qu'on mette des coussins de mousse et des bandes Velcro sur le front et les bras de l'enfant afin de l'empêcher de bouger.
    • On doit habituellement administrer un sédatif ou une anesthésie générale aux enfants âgés de 4 mois à 5 ans, ce qui leur permet de se détendre et de rester immobile pendant tout l'examen.
  • Si on a recours à un sédatif ou à une anesthésie générale :
    • il peut être interdit à l'enfant de boire ou de manger plusieurs heures avant l'examen
    • on peut installer une ligne intraveineuse à l'enfant
    • l'enfant peut être branché à un moniteur cardiaque
  • Il se peut que les bébés de moins de 2 mois s'endorment pendant l'examen.
    • Gardez l'enfant éveillé et ne le nourrissez pas au cours des 3 heures qui précèdent l'examen.
    • Apportez-lui une bouteille (à moins qu'il ne soit allaité), une doudou, un jouet qui le sécurise ou une suce s'il en utilise une.
    • S'il est fatigué et est nourri juste avant la TDM, il s'endormira probablement lors de l'examen.
  • Si on administre un produit de contraste par voie intraveineuse, soit dans une veine, l’enfant ressentira une petite piqûre lorsque l’aiguille entrera dans sa peau.
  • La TDM ne cause pas de douleur, mais l'enfant peut ressentir un certain inconfort puisqu'il doit rester étendu et immobile jusqu'à 1 heure de temps.

La préparation que vous pouvez fournir à un enfant qui passera une TDM dépend de son âge et de son expérience. Consultez la section suivante pour obtenir davantage de renseignements spécifiques à chaque groupe d'âge sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Lusomé Founder and CEO Lara Smith En voyant ma sœur Erin – une jeune mère de famille – lutter contre le tourbillon émotionnel puis affronter la douleur physique liée aux traitements contre le cancer, j’ai eu envie de faire quelque chose pour aider les femmes à se sentir en confiance.

Lisez l’histoire de Lara

Une communauté de soutien en ligne, digne de confiance

Illustration d’un ordinateur

Parlonscancer.ca est une communauté en ligne sur laquelle les personnes atteintes de cancer et leurs proches peuvent compter.

Apprenez-en plus