Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Bronchoscopie

La bronchoscopie est un examen qui permet de regarder à l’intérieur de la trachée et des bronches (grosses voies respiratoires des poumons) à l’aide d’un endoscopeendoscopeInstrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps. (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille). On a aussi recours à la bronchoscopie pour pratiquer des interventions spécialisées dans les voies respiratoires.

Pourquoi on fait une bronchoscopie

On fait une bronchoscopie pour diagnostiquer et traiter certains troubles pulmonaires. On y a recours afin de :

  • retirer des corps étrangers des voies respiratoires
  • évaluer les dommages causés aux voies respiratoires par un traumatisme
  • identifier une infection ou une inflammation
  • trouver pourquoi une personne a des expectorations sanguinolentes (hémoptysie)
  • trouver d’où provient un saignement dans une voie respiratoire et le maîtriser
  • enlever du liquide, des bouchons muqueux ou des polypes (petites masses en forme de chou-fleur sur une muqueuse)
  • irriguer une voie respiratoire
  • drainer un amas de pus (abcès) ou un kyste (sac rempli d’une substance liquide ou semi-solide) dans un poumon
  • diagnostiquer des tumeurs ou des maladies pulmonaires
  • faire des prélèvements (biopsie) de cellules pour les examiner au microscope ou les mettre dans un milieu de culture (technique qui consiste à faire croître des micro-organismes, des cellules ou des tissus dans un milieu préparé spécialement pour favoriser la croissance)
  • aider à établir le stade d’un cancer du poumon et à déterminer si la tumeur est opérable
  • pratiquer des interventions pour un cancer du poumon, telles que :
    • une curiethérapie (type de radiothérapie qui consiste à utiliser des implants pour émettre la radiation directement dans la tumeur ou tout près)
    • une chirurgie au laser (intervention chirurgicale qui a recours au laser pour faire des incisions sans saignement dans les tissus)
    • une thérapie photodynamique (traitement à base de médicaments qui deviennent actifs lorsqu’ils sont exposés à la lumière)
    • l’insertion d’un petit tube en mailles ou en silicone, appelé extenseur, pour maintenir la voie respiratoire ouverte

Comment se déroule une bronchoscopie

  • La préparation à une bronchoscopie peut varier, mais elle comporte habituellement les étapes suivantes :
    • Ni boire ni manger au cours des 6 à 12 heures qui précèdent l’examen.
    • Enlever certaines choses, comme les prothèses dentaires, puisqu’il est possible qu’on insère le bronchoscope dans la bouche.
  • On peut souvent faire la bronchoscopie à l’hôpital, en salle d’opération ou d’endoscopie, en consultation externe. Il est possible que la personne soit somnolente après l’examen et incapable de conduire, alors il faudrait s’assurer d’avoir un moyen de transport pour l’aller et le retour. La plupart des malades externes peuvent retourner chez eux le jour même.
  • On fait la bronchoscopie sous anesthésie locale ou anesthésie générale en salle d’opération.
    • On administre un anesthésiant local pour détendre les muscles de la gorge et engourdir la bouche, la gorge ou les voies nasales. Si on le vaporise dans la gorge de la personne, elle peut le trouver amer, avoir l’impression que sa langue est épaisse ou bien tousser ou avoir un haut-le-cœur.
  • On insère un bronchoscope dans la bouche ou le nez qu’on fait descendre dans la gorge, jusque dans la trachée, les bronches puis les poumons. On peut aussi insérer le bronchoscope dans une sonde endotrachéale (tube spécial qu’on met dans la gorge pour maintenir les voies respiratoires ouvertes pendant une chirurgie) ou une trachéostomietrachéostomieIntervention chirurgicale lors de laquelle on crée une ouverture artificielle (stomie) dans la trachée en pratiquant une incision sur la partie antérieure du cou..
  • La personne peut ressentir une pression ou avoir l’impression de suffoquer quand on insère le bronchoscope, mais il n’y a aucun risque de suffocation et la personne peut quand même respirer.
  • Un bronchoscope flexible est un tube mince et long qu’on utilise pour examiner et prélever du tissu situé en profondeur dans les bronches et les poumons. Sa flexibilité permet à l’endoscope d’atteindre les points les plus éloignés des voies respiratoires.
  • Un bronchoscope rigide est un tube de métal creux qu’on utilise lors d’interventions qui nécessitent un plus grand accès aux poumons, comme pour maîtriser un saignement ou enlever des corps étrangers ou des tumeurs. La bronchoscopie rigide n’est effectuée que sous anesthésie générale. Elle n’est pas aussi souvent pratiquée que la bronchoscopie flexible.
  • On peut faire des brossages ou des biopsies des bronches et des poumons par le bronchoscope.
  • Lors d’une bronchoscopie, le médecin peut faire une échographie des bronches, des ganglions lymphatiques situés à côté de la trachée et du tissu pulmonaire. C’est une échographie endobronchique (EEB). On y a recours pour identifier des structures anormales et pour aider à guider le médecin quand il fait une biopsie (ponction transbronchique à l'aiguille (PTBA). Le médecin peut aussi faire des prélèvements dans les ganglions lymphatiques du thorax (ganglions médiastinaux et hilaires).
  • On peut introduire une solution saline dans le bronchoscope pour laver les poumons (lavage) et permettre au médecin de prélever des cellules, du liquide et d’autres substances dans les sacs alvéolaires (alvéoles).
  • Les réflexes nauséeux, de déglutition et de la toux reviennent habituellement quelques heures après la bronchoscopie, mais la personne ne peut ni boire ni manger pendant ce temps.

Effets secondaires possibles

Les risques de la bronchoscopie sont les suivants :

  • saignement
  • infection
  • difficulté à respirer
  • faible taux d’oxygène dans le sang
  • mal de gorge
  • contraction des muscles des bronches (bronchospasme)
  • accumulation d’air dans l’espace situé entre les poumons et la paroi du thorax qui fait que le poumon s’affaisse partiellement ou totalement (pneumothorax)
  • battements du cœur irréguliers (arythmie cardiaque)
  • crise cardiaque

Ce que signifient les résultats

La bronchoscopie peut révéler :

  • une infection ou une inflammation
  • le rétrécissement (sténose) de la trachée ou des bronches
  • des tumeurs dans les bronches ou un poumon
  • des maladies pulmonaires, comme la sarcoïdose, la tuberculose ou une maladie pulmonaire interstitielle
  • une fibrose du poumon (fibrose pulmonaire)

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si d’autres examens, interventions, soins de suivi ou traitements sont nécessaires.

Histoires

Eleanor Rudd Nos efforts n’ont rien de comparable à ce que les femmes vivent lorsqu’on leur dit : “vous avez le cancer”.

Plus de détails

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus