Vous êtes ici:

Analyses biochimiques sanguines

Les analyses biochimiques sanguines sont des analyses de sang qui mesurent la quantité de certaines substances chimiques dans un prélèvement sanguin. Elles permettent d’évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et aussi de détecter des anomalies. Les analyses biochimiques sanguines peuvent aussi être appelées profil chimique.

Il y a de nombreux types d’analyses biochimiques sanguines. Elles mesurent des substances chimiques dont les enzymes, les électrolytes, les graisses (lipides), les hormones, les sucres, les protéines, les vitamines et les minéraux. Il arrive souvent que plusieurs substances chimiques soient regroupées et mesurées en même temps.

Analyses biochimiques sanguines courantes

On peut avoir recours à différentes analyses pour mesurer différents types de substances chimiques. On pourrait vous prescrire certaines des analyses biochimiques sanguines courantes qui suivent.

Le profil électrolytique mesure le sodium, le potassium, le chlorure, le magnésium, le phosphate et le bicarbonate.

Les tests de la fonction rénale (aussi appelés profil rénal) mesurent l’azote uréique du sang et la créatinine.

Les tests de la fonction hépatique mesurent l’alanine aminotransférase (ALT), la phosphatase alcaline (PA), l’aspartate transaminase (AST), la bilirubine, l’albumine et les protéines totales.

Le profil métabolique de base est constitué du profil électrolytique et des tests de la fonction rénale et il mesure également le glucose et le calcium.

Le profil métabolique complet est constitué du profil électrolytique, des tests de la fonction rénale ainsi que des tests de la fonction hépatique et il mesure également le glucose et le calcium.

Pourquoi on fait une analyse biochimique sanguine

L’analyse biochimique sanguine est une analyse sanguine courante. On y a souvent recours dans le cadre d’un examen de santé habituel, mais on peut la faire en tout temps.

On peut faire une analyse biochimique sanguine pour :

  • obtenir de l’information sur votre état de santé général;
  • vérifier le fonctionnement d’organes comme les reins, le foie et la glande thyroïde;
  • vérifier l’équilibre des électrolytes du corps;
  • aider à diagnostiquer des maladies et des affections;
  • obtenir les taux des substances chimiques (valeurs de référence) auxquels on pourra comparer les résultats d'analyses sanguines effectuées plus tard;
  • vérifier comment un traitement affecte certains organes;
  • surveiller le cancer ou une autre affection (dans le cadre du suivi).

Comment se déroule l’analyse biochimique sanguine

La façon dont on se prépare à une analyse biochimique sanguine dépend du type de substance chimique mesurée. Au besoin, on vous donne des directives particulières à suivre avant l’analyse.

On peut vous demander de ne pas manger ni boire (sauf de l’eau) plusieurs heures avant l’analyse. C’est ce qu’on appelle un jeûne.

Certains médicaments risquent aussi d’affecter le résultat de l’analyse biochimique sanguine. On peut vous demander de cesser de prendre certains médicaments avant l’analyse. Renseignez-vous pour savoir si vous devez éviter de prendre des médicaments et pendant combien de temps.

On fait habituellement les analyses biochimiques sanguines dans un laboratoire communautaire ou à l’hôpital.

On prélève généralement le sang dans une veine du bras. On entoure le bras d’une bande élastique (garrot) pour exercer une pression dans la région et rendre les veines plus visibles. Il est possible qu’on vous demande de fermer la main (poing) pour faire saillir les veines davantage. On nettoie et désinfecte la peau. On insère une aiguille dans une veine et on prélève une petite quantité de sang. Vous pouvez ressentir une piqûre ou une brûlure.

Le sang est recueilli dans un tube dont l’étiquette porte votre nom et d’autres renseignements qui vous identifient. Parfois plus d’un tube est nécessaire. On enlève ensuite le garrot et on retire l’aiguille. Il est possible que vous ressentiez un léger malaise lors du retrait de l’aiguille. On applique une pression sur la région où on a inséré l’aiguille jusqu’à ce que le saignement cesse. Il se peut qu’on y mette un petit pansement adhésif.

Le sang prélevé est ensuite examiné par une spécialiste en laboratoire (technologue de laboratoire) à l’aide de microscopes et d’autres appareils particuliers.

Effets secondaires

Le prélèvement sanguin effectué pour une analyse biochimique sanguine n’engendre habituellement aucun effet secondaire. S’ils se produisent, ils sont généralement mineurs et apparaissent au point d’insertion de l’aiguille. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • inconfort
  • saignement
  • ecchymose
  • enflure
  • infection

Ce que signifient les résultats

Les résultats des analyses biochimiques sanguines sont notés sous forme de chiffres et dépendent souvent de certains facteurs dont le sexe, l’âge et les antécédents médicaux. On devrait les comparer aux valeurs de référence et aux résultats antérieurs pour qu’ils aient du sens.

Certaines analyses biochimiques sanguines révèlent des problèmes de santé spécifiques. D’autres fournissent des renseignements plus généraux qui peuvent donner aux médecins des indices sur les problèmes de santé possibles. Les résultats des analyses biochimiques sanguines peuvent aider les médecins à décider si d’autres tests ou interventions sont nécessaires pour poser un diagnostic. Ces informations peuvent aussi aider votre médecin à élaborer ou à revoir votre plan de traitement.

Un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux et votre état de santé global est la meilleure personne qui soit pour vous expliquer les résultats de vos analyses biochimiques sanguines et ce qu’ils signifient pour vous.

Ce qui se passe si les résultats sont anormaux

Votre médecin peut recommander d’autres examens, interventions, soins de suivi ou traitements.

Considérations particulières pour les enfants

Il est possible qu’on doive faire des prélèvements de sang dans de très petits vaisseaux sanguins (capillaires) du doigt ou du talon d’un nourrisson ou d’un jeune enfant. Il faut alors piquer la peau avec une aiguille.

Préparer un enfant à un examen ou à une intervention peut permettre de réduire son anxiété et d’accroître sa collaboration et l’aider à acquérir des habiletés d’adaptation. La préparation comprend l’explication de ce qui va se passer pendant l’examen, dont ce qu’il verra, ressentira et entendra.

Les parents ou les aidants peuvent contribuer à rassurer et à préparer l’enfant en le renseignant de façon brève mais précise sur ce qui se passera en disant ceci par exemple :

  • On va mettre un gros élastique semblable à un ballon gonflable autour de ton bras. Tu vas avoir l’impression que quelqu’un serre ton bras.
  • Quand on va nettoyer ta peau, ce sera froid.
  • Quand on va rentrer l’aiguille dans ton bras, tu vas ressentir une piqûre ou un pincement. Ça peut brûler ou faire un petit peu mal, ou ça peut ne pas faire mal du tout.
  • Quand on aura rentré l’aiguille dans ton bras, tu verras le sang passer dans un tube. Tu peux regarder ailleurs si tu ne veux pas voir ça.

Il est possible que l’enfant se demande s’il aura assez de sang après qu’on lui en ait enlevé un peu de son bras. Vous pouvez le rassurer en lui disant que le corps fabrique du nouveau sang en tout temps et qu’il n’en manquera pas.

Idées pour aider les enfants lors d’un prélèvement sanguin

Les parents et les aidants peuvent distraire l’enfant lors du prélèvement de sang afin que ce soit plus facile pour lui.

Les tout-petits (1 à 2 ans) peuvent regarder les bulles que vous faites ou des jouets qui bougent ou qui font du bruit, comme une baguette magique, un jouet lumineux ou un virevent. Ils peuvent vouloir tenir leur jouet favori dans leurs mains.

Les enfants d’âge préscolaire (3 à 5 ans) peuvent vouloir tenir leur jouet favori dans leurs mains ou regarder des jouets lumineux ou qui font du bruit.

Les enfants d’âge scolaire (6 à 12 ans) peuvent vouloir :

  • regarder des choses comme une baguette magique, un jouet lumineux, des jeux vidéo, des livres d’images ou de découverte;
  • apporter leur animal en peluche ou leur jouet préféré pour le tenir dans leurs mains;
  • faire des bulles ou des exercices de respiration profonde pendant qu’ils font des bulles;
  • imaginer leur endroit favori;
  • écouter des blagues ou des histoires ou en raconter.

Les adolescents (13 à 18 ans) peuvent faire des exercices de respiration profonde ou imaginer leur endroit favori. Ils pourraient aussi vouloir entendre une blague ou une histoire.

La préparation d’un enfant à un prélèvement sanguin dépend de son âge et de son expérience. Apprenez-en davantage sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

enzyme

Protéine capable d’activer certaines réactions chimiques dans le corps.

Par exemple, les enzymes favorisent la digestion de la nourriture dans les intestins.

électrolyte

Substance présente dans le sang et d’autres liquides corporels qui est porteuse d’une charge électrique. Les électrolytes sont responsables de l’entrée des éléments nutritifs dans les cellules et de l’évacuation des déchets hors des cellules afin de maintenir l’équilibre des liquides dans le corps et de permettre aux muscles de fonctionner adéquatement.

Le calcium, le chlorure, le potassium et le sodium sont des exemples d’électrolytes.

hormone

Substance qui régule certaines fonctions du corps comme le métabolisme, la croissance et la reproduction.

Les hormones naturelles sont produites par les glandes. Des hormones artificielles, ou synthétiques, peuvent être fabriquées en laboratoire.

protéine

Molécule composée d’acides aminés qui joue un rôle essentiel dans la croissance du corps et dans la réparation des tissus.

Les protéines sont les composantes de base des structures (comme la peau et les cheveux) et d’autres substances du corps (comme les enzymes, les cytokines et les anticorps).

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr Michael Taylor, chercheur Le Dr Michael Taylor met au jour des modifications génétiques liées au cancer infantile du cerveau.

Plus de details

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus