Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Chirurgie dans le traitement du cancer

La chirurgie est une intervention médicale visant à examiner, à enlever ou à réparer du tissu. On peut avoir recours à la chirurgie des façons suivantes dans le cadre d’un plan de traitement du cancer.

Prévenir le cancer

On a recours à la chirurgie comme traitement préventif, ou prophylactique, afin de prévenir ou de réduire le risque de formation de certains types de cancer. La chirurgie est pratiquée avant que le cancer ne se développe. Dans le cadre de ce type de traitement, le chirurgien enlève le tissu qui n’est pas encore cancéreux mais qui présente le plus de risques de former un cancer. Par exemple, les états précancéreux sont des changements aux cellules qui rendent ces cellules plus susceptibles de devenir cancéreuses.

Si vous êtes atteint d’une affection héréditaire qui engendre un risque élevé d’un certain type de cancer, votre équipe de soins de santé peut vous offrir une chirurgie préventive. Le chirurgien peut enlever une grande quantité de tissus ou un organe entier pour aider à réduire le risque d’apparition de ce cancer. Par exemple, certaines femmes dont le risque d’être un jour atteinte du cancer du sein est très élevé pourraient choisir l’ablation chirurgicale d'un ou des deux seins avant que le cancer n’apparaisse (mastectomie prophylactique).

Retour au menu

Diagnostiquer et stadifier le cancer

Les médecins utilisent différents types de chirurgie pour diagnostiquer un cancer. Ils peuvent aussi y avoir recours pour déterminer le stade du cancer, lequel décrit l’étendue du cancer dans le corps.

Par exemple, on peut utiliser la chirurgie pour prélever un échantillon de tissu du corps qui sera examiné au microscope (biopsie) dans le but de savoir s’il contient des cellules cancéreuses. La chirurgie peut aussi permettre d’enlever une tumeur qui sera examinée afin d’établir le stade du cancer et d’aider à élaborer un plan de traitement.

Un pathologiste examinera au microscope le prélèvement biopsique ou la tumeur ainsi que les tissus voisins qui ont été retirés durant la chirurgie. Un pathologiste est un médecin spécialisé dans les causes et la nature des maladies; il déterminera :

  • le type exact de cancer
  • le gradegradeDescription d’une tumeur qui indique jusqu’à quel point les cellules cancéreuses diffèrent des cellules normales en apparence (différenciation), à quelle vitesse elles se développent et se divisent et quelle est leur tendance à se propager. du cancer
  • si les cellules cancéreuses observées dans n’importe quelle partie du tissu prélevé sont aussi présentes dans les bords du tissu (marges chirurgicales positives)
  • si les ganglions lymphatiques situés près de la tumeur contiennent des cellules cancéreuses

Après avoir reçu le rapport de pathologie, le médecin décidera s’il est nécessaire d’administrer d’autres traitements et quel type de traitement offrir.

Retour au menu

Enlever le cancer

Le principal but de la chirurgie administrée comme traitement du cancer est d’enlever totalement la tumeur ou le tissu cancéreux d’un emplacement précis du corps. La chirurgie est le plus efficace lorsqu’elle permet de retirer complètement une tumeur qui est à un stade précoce, qui se situe uniquement à l’endroit où elle a pris naissance (localisée) et qui ne s’est pas propagée à d’autres parties du corps.

Il est également possible d’employer la chirurgie pour traiter un cancer qui s'est propagé de l’emplacement où il a pris naissance (siège primitif, ou tumeur primitive) vers d’autres parties du corps. La nouvelle tumeur porte le nom de métastase, ou tumeur secondaire.

Lors d’une chirurgie visant à enlever un cancer, le chirurgien retire aussi une petite quantité de tissu normal tout autour du cancer (marge chirurgicale). Cela permet de s’assurer qu’il n’y a pas de cellules cancéreuses restantes. Si les cellules cancéreuses ne peuvent pas être complètement enlevées, le cancer pourrait réapparaître. La quantité de tissu normal à enlever dépend du type et de l’emplacement de la tumeur. Les chirurgiens utilisent la vision normale ainsi que des aides visuelles comme un microscope pour s’assurer de retirer tout le tissu affecté par le cancer ainsi qu’une marge de sécurité.

Selon le type de cancer, le chirurgien enlève parfois aussi les ganglions lymphatiques situés près de la tumeur. La chirurgie qui permet d’enlever des ganglions lymphatiques porte le nom de curage ganglionnaire. Les ganglions lymphatiques sont envoyés au laboratoire pour qu’on les examine au microscope afin de savoir s’ils contiennent des cellules cancéreuses. Si les ganglions lymphatiques ne sont pas enlevés et qu’ils contiennent des cellules cancéreuses, ces cellules pourraient former de nouvelles tumeurs ou se propager à d’autres parties du corps.

Il arrive parfois qu’on ne puisse pas enlever tout le cancer parce que :

  • la tumeur est trop grosse
  • l’emplacement du cancer fait en sorte qu’il est difficile de l’enlever sans endommager des organes voisins
  • le cancer est trop petit pour être vu par le chirurgien ou pour être détecté à l’aide de tests
  • l’état de santé général de la personne rend la chirurgie trop risquée

Dans certains cas, lorsqu’il n’est pas possible de retirer toute la tumeur, on pratique tout de même une chirurgie afin d’enlever la plus grande partie possible du tissu cancéreux (réduction tumorale). La chirurgie visant à réduire le nombre de cellules cancéreuses dans l’organisme est appelée cytoréduction chirurgicale. La cytoréduction chirurgicale peut rendre la chimiothérapie et la radiothérapie plus efficaces.

Les chirurgiens essaient d’éviter de faire une incision, qu’elle soit petite ou large, dans la tumeur lorsqu’ils opèrent pour enlever une tumeur ou des métastases de sorte qu’il y a moins de risques que les cellules cancéreuses se dispersent et se propagent à d’autres structures. Lors d’une biopsie, les chirurgiens marquent aussi le trajet emprunté pour faire cette intervention. Ils retirent ensuite du tissu le long du trajet de biopsie lors de la chirurgie visant à enlever un cancer. Enlever du tissu le long du trajet de biopsie réduit le risque que des cellules cancéreuses restent après la chirurgie.

Les chirurgiens essaient de faire le moins de dommages possible durant la chirurgie visant à enlever le cancer. Ils tentent de limiter la quantité de tissus qu’ils retirent, ou l’étendue de la chirurgie, lorsque cela est possible. Par exemple, un chirurgien peut avoir recours à une biopsie pour trouver le ganglion sentinelle, qui est le premier ganglion lymphatique vers lequel le cancer est susceptible de se propager à partir de son emplacement d’origine (siège primitif). Si le chirurgien ne trouve aucune cellule cancéreuse dans le ganglion sentinelle, cela signifie qu’il peut éviter l’ablation de tous les ganglions lymphatiques dans une certaine région.

Quand c'est possible, les chirurgiens utilisent des approches chirurgicales moins effractives qui peuvent être réalisées à l’aide de plus petites incisions (coupures), comme la chirurgie par laparoscopie. Ils tentent aussi d’atténuer ou de prévenir les effets secondaires, ou complications, de la chirurgie en réparant minutieusement tout tissu endommagé durant l’intervention. Cela inclut notamment de sceller des vaisseaux sanguins et d’éviter les lésions aux organes voisins.

Retour au menu

Soulager des symptômes

La chirurgie palliative est un type de chirurgie qui permet de soulager les symptômes et d’améliorer la qualité de vie. Par exemple, on utilise parfois la chirurgie pour créer une dérivation qui permet de contourner un organe bloqué, ou obstrué. On peut aussi y avoir recours pour atténuer la douleur ou la pression causée par une tumeur.

Le chirurgien discutera des risques et des bienfaits associés à la chirurgie, surtout si l’objectif global est de maîtriser les symptômes et d’améliorer la qualité de vie plutôt que de traiter la maladie.

Retour au menu

Réduire le risque de récidive

En plus de retirer le cancer avec une petite marge de tissu normal tout autour, les chirurgiens peuvent aussi enlever d’autres structures normales voisines. Ces structures peuvent comprendre les muscles, les nerfs et les ganglions lymphatiques. Le chirurgien peut enlever ces structures même si rien ne prouve qu’elles contiennent des cellules cancéreuses. Le chirurgien procède ainsi parce que la recherche montre que le fait d’enlever des structures voisines peut réduire le risque de réapparition, ou récidive, de nombreux types de cancer.

L’idée de retirer des structures normales voisines dans le but de réduire le risque de récidive est à la base des chirurgies radicales. Lors d’une chirurgie radicale, on enlève l’organe affecté par le cancer ainsi que tous les tissus voisins qui pourraient contenir des cellules cancéreuses. Par exemple lors d’une mastectomie radicale, on enlève la totalité du sein ainsi que les muscles pectoraux et tous les ganglions lymphatiques sous le bras. Un curage ganglionnaire cervical radical permet d’enlever presque tous les ganglions lymphatiques d'un côté du cou ainsi que les veines, les muscles et les nerfs du cou.

Retour au menu

Réparer les tissus endommagés

On peut avoir recours à la chirurgie reconstructive pour réparer le tissu qui a été endommagé par le cancer ou les traitements du cancer, y compris la chirurgie pour retirer une tumeur. On peut la pratiquer pour aider à ce qu’une partie du corps fonctionne ou paraisse comme avant le cancer ou les traitements du cancer.

Les chirurgiens peuvent utiliser différentes techniques pour réparer ou reconstruire des structures du corps. Ces techniques comprennent la greffe de lambeaux de peau ou de tissus, les implants et les prothèses.

Retour au menu

Soutenir d’autres traitements

Le chirurgie peut être employée pour avoir un accès direct à un vaisseau sanguin de manière à ce que vous n’ayez pas à ressentir la douleur des piqûres chaque fois qu’on vous administre un médicament ou un autre traitement.

Le chirurgien pourrait mettre en place un accès, comme un cathéter veineux central, lorsqu’il doit faire des prélèvements sanguins ou vous administrer plus d’une dose d’agents chimiothérapeutiques, d’antibiotiques, de produits sanguins ou d’éléments nutritifs par voie intraveineuse (IV). Apprenez-en davantage au sujet du cathéter veineux central.

On peut aussi avoir recours à la chirurgie pour installer une pompe spéciale utilisée pour administrer des agents chimiothérapeutiques.

Retour au menu

Soutenir des fonctions de l’organisme

On peut avoir recours à la chirurgie pour soutenir certaines fonctions de l’organisme, comme la respiration ou l’alimentation.

Une trachéostomie est une intervention chirurgicale au cours de laquelle on pratique une ouverture dans la trachée et le cou. On l’emploie pour installer un tube respiratoire.

Les personnes qui ne peuvent pas manger ou boire pourraient subir une intervention chirurgicale appelée gastrostomie. Lors de cette chirurgie, on pratique une ouverture dans l’estomac à travers la paroi abdominale de sorte qu’on peut mettre un tube en place directement dans l’estomac. L’équipe de soins de santé peut donner des aliments et des liquides directement dans l’estomac par ce tube.

Retour au menu

Associer la chirurgie à d’autres traitements

Dans le cadre d’un plan de traitement, on peut associer la chirurgie à d'autres traitements du cancer, comme la chimiothérapie et la radiothérapie.

Un traitement néoadjuvant est un traitement qu’on administre pour réduire la taille de la tumeur avant la chirurgie. On peut employer la chimiothérapie ou la radiothérapie, ou les deux, comme traitement néoadjuvant pour réduire la taille d’une tumeur et la rendre plus facile à enlever lors de la chirurgie.

Un traitement adjuvant est un traitement administré après la chirurgie. On peut employer la chimiothérapie ou la radiothérapie, ou les deux, après une chirurgie comme traitement adjuvant pour détruire les cellules cancéreuses qui restent et réduire le risque de réapparition du cancer (récidive). On peut aussi avoir recours à ces traitements pour détruire les cellules cancéreuses qui pourraient s’être propagées vers d’autres parties du corps. Le moment d’administration du traitement adjuvant dépend de vos besoins personnels. La radiothérapie et la chimiothérapie ne sont pas employées trop rapidement après une chirurgie parce que ces traitements peuvent affecter la guérison de la plaie chirurgicale.

Retour au menu

Questions à poser sur la chirurgie

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins de santé.

Histoires

David Rex Lorsque j’ai reçu mon diagnostic de cancer, une foule de questions me sont venues à l’esprit.

Lisez l’histoire de David

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus