Vous êtes ici:

Effets secondaires de la greffe de cellules souches

Peu importe le traitement, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines peuvent en avoir beaucoup alors que d’autres en éprouvent moins.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand lors de la greffe de cellules souches, tout de suite après ou quelques jours et même quelques mois plus tard. Les effets secondaires à court terme (aigus) apparaissent habituellement au cours des 100 jours qui suivent la greffe de cellules souches. Les effets à long terme (chroniques) se manifestent généralement 100 jours ou plus après la greffe. La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la greffe de cellules souches dépendent surtout des facteurs suivants :

  • le type et la dose d'agents chimiothérapeutiques employés comme traitement préparatoire avant la greffe
  • la dose de radiothérapie, si on en a administré une avant la greffe
  • le type de greffe effectué
  • le degré de compatibilité des cellules souches du donneur
  • votre âge et votre état de santé global

La greffe de cellules souches est très complexe. De 6 à 12 mois ou plus peuvent être nécessaires avant que le nombre de cellules sanguines revienne à la normale et que votre système immunitaire fonctionne bien. Les effets secondaires de la greffe de cellules souches peuvent être très graves ou même mettre votre vie en danger. L’équipe de soins vous surveille très attentivement pendant cette période. Elle prend les mesures nécessaires pour prévenir les effets secondaires et elle les traite rapidement s’ils se manifestent.

Les enfants éprouvent habituellement des effets secondaires moins graves que les adultes et ils s’en rétablissent souvent plus rapidement. Mais il est difficile de dire exactement quels effets secondaires un enfant éprouvera, combien de temps ils dureront et quand il se rétablira.

De nombreux effets secondaires fréquents comme les nausées, les vomissements, la fatigue et la perte temporaire de poils et de cheveux sont causés par la chimiothérapie et la radiothérapie administrées avant la greffe. D'autres effets secondaires sont engendrés par la greffe de cellules souches.

Nombre peu élevé de cellules sanguines

Le nombre de cellules sanguines est bas après une greffe de cellules souches. Les cellules souches prennent du temps pour se rendre dans la moelle osseuse où elles commencent à fabriquer de nouvelles cellules sanguines (prise de greffe).

On fera chaque jour des analyses de sang dans le but de vérifier le nombre des différents types de cellules sanguines jusqu’à ce que le médecin constate qu’ils augmentent de façon stable.

Infection

L’infection est l'un des effets secondaires à court terme les plus courants de la greffe de cellules souches. Elle apparaît parce que le nombre de globules blancs est très bas et que le système immunitaire est très faible. Les infections bactériennes sont les plus fréquentes. Des infections virales ou fongiques peuvent aussi se manifester.

Le risque d'infection est élevé, peu importe le type de greffe, jusqu'à ce que la moelle osseuse commence à produire des globules blancs. Le risque est plus élevé après une allogreffe puisque vous prendrez peut-être des médicaments pour inhiber votre système immunitaire dans le but de prévenir une réaction du greffon contre l’hôte (GVH).

Vous pouvez aussi attraper une infection bien après la greffe. Le risque d’infection tardive dépend de la rapidité à laquelle votre système immunitaire se rétablit, de la présence d’une GVH et de la prise de médicaments pour inhiber votre système immunitaire.

La fièvre est souvent le premier signe d’infection. Même s'il n'y a aucun signe d'infection, la plupart des personnes reçoivent des médicaments qui préviennent les infections jusqu'à ce que leur nombre de globules blancs commence à augmenter. Le médecin peut aussi prescrire des facteurs de stimulation des colonies (FSC) comme le filgrastim (Neupogen) à la suite d’une greffe de cellules souches afin d’aider à réduire le risque d'infection et d'accélérer le processus de fabrication de nouvelles cellules sanguines.

Saignements

Il peut y avoir des saignements après une greffe de cellules souches puisque le nombre de plaquettes est très bas, réduisant ainsi la capacité de coagulation du sang. Certaines personnes ont de graves problèmes de saignement (hémorragie). Si le nombre de globules rouges est trop bas, l’anémie peut apparaître. Vous pourriez avoir besoin de transfusions de plaquettes jusqu’à ce que les cellules souches greffées commencent à agir, en particulier au cours du premier mois qui suit la greffe.

Anémie

L’anémie est la diminution du nombre de globules rouges et de la concentration en hémoglobine dans les cellules sanguines. L’hémoglobine est la composante des globules rouges qui transporte l’oxygène. Quand le taux d’hémoglobine est bas, les tissus du corps n’obtiennent pas suffisamment d’oxygène et ne peuvent donc pas fonctionner correctement. On peut donc administrer des facteurs de stimulation des colonies, comme l’époétine alpha (Eprex, érythropoïétine) ou la darbépoétine (Aranesp), pour aider à accroître le nombre de globules rouges. Si le nombre de globules rouges est trop bas, des transfusions sanguines pourraient être nécessaires.

Réaction du greffon contre l’hôte (GVH)

Il peut se produire une réaction du greffon contre l’hôte (GVH) après une allogreffe de cellules souches, c’est-à-dire que les cellules souches saines du donneur (personne qui donne ses cellules) attaquent les cellules du receveur (personne qui reçoit les cellules). Les cellules du donneur voient les cellules du receveur comme des étrangères et commencent alors à les détruire. La GVH risque de causer des dommages permanents à un organe.

Vous pourriez devoir prendre des médicaments immunosuppresseurs pendant des mois voire des années à la suite d'une allogreffe afin de prévenir ou de traiter la GVH.

Maladie veino-occlusive (MVO)

La maladie veino-occlusive (MVO) apparaît quand de petits vaisseaux sanguins qui mènent au foie s’obstruent. La MVO est plus courante après une allogreffe. Elle peut apparaître au cours des premières semaines qui suivent la greffe de cellules souches et provoquer des dommages au foie.

Les symptômes comprennent la jaunisse, la sensibilité du foie et l’accumulation de liquide dans l’abdomen. On peut avoir recours à des médicaments pour prévenir ou traiter la MVO.

Troubles de l’appareil digestif

Les troubles digestifs se manifestent parce que les tissus de la bouche, de l'estomac et de l'intestin sont sensibles aux agents chimiothérapeutiques administrés avant la greffe. Les troubles digestifs peuvent aussi être causés par une infection ou la GVH ou être un effet secondaire des médicaments.

Les troubles de l'appareil digestif sont entre autres ceux-ci :

Il est possible que votre équipe de soins vous donne des pastilles ou des rince-bouche spéciaux ainsi que des antidouleurs pour soulager votre bouche endolorie. Elle vous expliquera également qu’il est important d’avoir une bonne hygiène buccale pendant et après le traitement. Vous pourriez prendre des médicaments pour maîtriser la diarrhée, les nausées et les vomissements.

Si vous avez de la difficulté à manger, l’équipe de soins peut vous conseiller de prendre de petits repas et des collations au lieu de gros repas ou de prendre des suppléments alimentaires.

Dans le cas de complications alimentaires graves, il est possible qu'on vous alimente par cathéter veineux central (tube). C’est ce qu’on appelle la nutrition parentérale ou nutrition parentérale totale (NPT).

Troubles de la peau et des cheveux

Le traitement administré avant la greffe et la GVH peuvent causer des problèmes de peau. Cet effet secondaire est fréquent quand on administre certains agents chimiothérapeutiques ainsi qu’une irradiation corporelle totale (ICT). Les problèmes de peau comprennent des éruptions cutanées, des démangeaisons, la formation d’ampoules et la desquamation de la peau. L’équipe de soins vous indiquera comment prendre soin de votre peau. On pourrait vous donner des crèmes ou des onguents médicamentés ou d’autres médicaments pour vous aider à traiter les problèmes de peau.

Il peut aussi y avoir temporairement une perte des poils et des cheveux après les traitements administrés avant la greffe. Cette perte est rarement permanente. Ils repoussent habituellement de 3 à 6 mois après la greffe.

Douleur

La douleur est provoquée par l'inflammation des tissus ou des nerfs. Elle peut être causée par la chimiothérapie et la radiothérapie administrées avant la greffe ainsi que par une infection, des médicaments, des lésions buccales et des problèmes de peau.

On a recours aux antidouleurs et à d’autres thérapies, comme la relaxation et la visualisation, pour aider à soulager la douleur. L’équipe de soins aidera à prévenir et à traiter votre douleur.

Troubles rénaux

Les troubles rénaux peuvent apparaître lorsque les reins ont subi des dommages à cause des agents chimiothérapeutiques administrés avant la greffe, d’un traitement aux antibiotiques ou d’un médicament qui inhibe le système immunitaire. Il arrive que les troubles rénaux soient si graves que cela provoque une insuffisance rénale, qui est un problème à long terme.

Afin de prévenir les troubles rénaux après une greffe ou de traiter de tels problèmes, votre équipe de soins peut limiter la quantité de liquides que vous buvez et changer certains de vos médicaments. Elle surveillera attentivement la quantité de liquide consommée et évacuée. Elle prendra les mesures nécessaires pour prévenir et réduire le plus possible les dommages aux reins en cours de traitement.

Troubles pulmonaires

Les troubles pulmonaires peuvent se manifester quand les poumons ont été endommagés par la chimiothérapie et la radiothérapie administrées avant la greffe, par une infection ou par une trop grande consommation de liquides après la greffe. Les troubles pulmonaires sont fréquents chez les personnes qui font une GVH et ils peuvent comprendre ce qui suit :

  • L’œdème pulmonaire est l’accumulation de liquide dans les poumons, ce qui provoque un essoufflement.
  • La pneumonie est une infection des poumons causée par une bactérie, un virus ou un champignon.
  • Dans le cas du syndrome respiratoire restrictif, vos poumons ne peuvent pas se dilater complètement quand vous inspirez. Il vous est donc difficile d’inspirer profondément. Ce problème peut être à long terme.
  • Dans le cas de la maladie pulmonaire obstructive, la voie respiratoire est bloquée. Il est également difficile d’évacuer tout l’air des poumons quand vous expirez, ce qui signifie que de l’air reste dans vos poumons. Ce problème peut être à long terme.

L’équipe de soins vous surveille à l’aide de radiographies des poumons et de tests de la fonction respiratoire. On pourrait vous donner des médicaments pour prévenir les infections après la greffe ou pour traiter des troubles pulmonaires, s’ils se manifestent.

Troubles cardiaques

Les troubles cardiaques ne sont pas fréquents après une greffe de cellules souches, mais il est possible qu'ils se produisent. Certains agents chimiothérapeutiques administrés avant la greffe peuvent réduire l’efficacité du cœur. Ils risquent aussi de causer l’inflammation du tissu qui entoure le cœur, soit une péricardite.

On fait souvent une ventriculographie isotopique (MUGA) avant d’administrer une chimiothérapie dans le but de vérifier la capacité de fonctionnement du cœur et d’évaluer tout dommage au muscle cardiaque. On pourrait avoir recours à des agents chimiothérapeutiques moins dommageables pour le cœur avant une greffe de cellules souches. On peut aussi administrer des médicaments pour traiter les problèmes cardiaques qui surviennent après une greffe.

Troubles du système nerveux central

Le système nerveux central (SNC) est fait de l’encéphale et de la moelle épinière. Le tissu cérébral peut être endommagé par la radiothérapie administrée avant une greffe de cellules souches, par une GVH chronique, une infection ou la réapparition du cancer.

Les troubles du SNC peuvent apparaître des mois ou des années après une greffe de cellules souches. Ce sont entre autres des lésions au cerveau qui risquent de causer des troubles de la fonction mentale (cognitive). D’autres problèmes peuvent affecter le SNC :

  • somnolence
  • manque de concentration
  • problèmes de mémoire
  • difficulté à apprendre de nouvelles tâches
  • confusion et désorientation
  • perte d’équilibre et de la motricité fine

Avisez votre équipe de soins si votre fonction cognitive change. Vous pourriez alors consulter un neurologue et suivre une thérapie pour vous aider à vous adapter à ces changements.

Troubles oculaires

Les troubles oculaires (yeux) apparaissent habituellement un an après une greffe de cellules souches, mais ils peuvent également se manifester plusieurs années plus tard. Ils sont possibles si on a fait une irradiation corporelle totale (ICT) avant une greffe de cellules souches. La chimiothérapie et les stéroïdes peuvent également accroître le risque de troubles oculaires.

Le trouble oculaire le plus fréquent est la cataracte. La cataracte obscurcit le cristallin et peut causer une perte de vision. On vous incitera à passer régulièrement un examen des yeux et à signaler tout changement de la vue. On enlève la cataracte par chirurgie.

Un autre problème aux yeux est la GVH oculaire. Elle rend les yeux secs et donne l’impression d’avoir des grains de sable dans les yeux. On traite la GVH oculaire à l’aide de gouttes pour les yeux pour le confort et pour aider les yeux à fabriquer des larmes. On pourrait aussi vous donner des médicaments pour prévenir l’infection.

Troubles de la vessie

Les troubles de la vessie peuvent se manifester quand la chimiothérapie et la radiothérapie administrées avant la greffe provoquent la formation de tissu cicatriciel dans la paroi de la vessie, ce qui peut engendrer des mictions fréquentes, du sang dans l'urine et des spasmes de la vessie. Les médicaments qui inhibent le système immunitaire peuvent causer des infections de la vessie à répétition. On pourrait vous donner des médicaments pour réduire les spasmes et traiter les infections. On vous incitera à boire encore plus de liquides.

Troubles de la thyroïde

Le risque d’avoir des troubles de la glande thyroïde est assez élevé après une irradiation corporelle totale administrée avant une greffe de cellules souches. L’hypothyroïdie est le trouble thyroïdien le plus fréquent, c’est-à-dire que la glande thyroïde ne fabrique pas suffisamment d’hormones thyroïdiennes. Les symptômes de l’hypothyroïdie sont entre autres la fatigue, le gain de poids, la perte de poils et de cheveux, la fragilité des ongles, la sécheresse de la peau et la frilosité.

Chez l’adulte, on peut vérifier la fonction de la glande thyroïde chaque année à la suite d’une greffe de cellules souches. Certaines personnes pourraient avoir besoin d’une hormonothérapie thyroïdienne substitutive si cette glande ne fabrique pas suffisamment d’hormones thyroïdiennes.

Chez l’enfant, un manque d’hormones thyroïdiennes mène à un ralentissement du développement physique et mental. L’hypothyroïdie chez l’enfant apparaît habituellement quelques années après le traitement et peut devenir un problème à long terme. On vérifie souvent la fonction thyroïdienne de l’enfant. Certains enfants pourraient devoir prendre chaque jour des médicaments pour remplacer leurs hormones thyroïdiennes afin de réguler leur glande thyroïde.

Troubles du développement

Chez l’enfant, l'irradiation corporelle totale peut causer le retard du développement et de la croissance à long terme parce que l'irradiation de la tête affecte l’hypothalamus logé dans le cerveau. L’hypothalamus contrôle la libération des hormones de croissance. La baisse des taux d’hormones de croissance aura comme conséquence une plus petite taille, des membres plus courts et un développement physique global réduit. La prise de médicaments stéroïdiens et la GVH peuvent aussi affecter la croissance. On pourrait devoir administrer un traitement à base d'hormones de croissance.

Troubles de la fertilité

Les troubles de la fertilité peuvent se manifester à cause de la chimiothérapie ou de la radiothérapie qu’on a administrée avant la greffe de cellules souches. Quand les organes reproducteurs (gonades) cessent de fonctionner, on parle alors de dysfonctionnement gonadique.

Les enfants qui reçoivent un traitement, en particulier juste avant ou pendant la puberté, risquent le plus d’avoir un dysfonctionnement gonadique à long terme ou permanent qu’on appelle insuffisance gonadique. Les enfants traités avant la puberté éprouvent moins de troubles des organes reproducteurs et de la fertilité.

La plupart des femmes qui reçoivent une greffe de cellules souches tomberont en ménopause provoquée par le traitement. La fonction gonadique et la fertilité peuvent revenir à la normale chez l’homme et la femme, mais l’insuffisance gonadique risque d’être permanente et de provoquer l’infertilité.

L’hormonothérapie substitutive pourrait être nécessaire en présence d’une insuffisance gonadique.

Discutez avec votre équipe de soins des troubles de la fertilité. Elle peut vous proposer, si vous êtes une femme, des façons d’aider à soulager les symptômes de la ménopause. Elle peut aussi vous fournir des renseignements sur les méthodes de préservation de la fertilité. Une femme peut choisir de faire congeler et entreposer ses ovules fécondés (embryons) pour se les faire implanter après avoir reçu la greffe et s’être rétablie. L’homme peut décider de faire congeler et entreposer son sperme pour usage futur.

Troubles du foie

Les troubles du foie qui peuvent apparaître sont entre autres la maladie veino-occlusive (MVO), la réaction du greffon contre l’hôte, les infections et des dommages causés par les médicaments administrés avant la greffe. On reçoit alors un traitement de soutien qui comprend des médicaments pour la MVO, les infections et la douleur. Si la fonction rénale est également affectée, on restreint la quantité de liquides consommée et on change certains médicaments.

Troubles buccaux et dentaires

La réaction du greffon contre l’hôte est la cause la plus fréquente des troubles tardifs de la bouche et des dents. Les symptômes varient d’une légère sensibilité de la bouche, de la gorge, de l’œsophage et de l’estomac à une douleur intense. Une diminution de la production de salive provoque des caries dentaires. Les infections peuvent aussi contribuer aux problèmes buccaux.

Un rince-bouche, une pâte dentifrice à base de stéroïdes et des médicaments permettent de traiter les troubles buccaux et dentaires. On vous montrera comment prendre soin minutieusement de vos dents et de votre bouche. On vous incitera à consulter régulièrement votre dentiste. On pourrait vous donner des traitements à base de fluorure afin de prévenir les caries.

Échec de greffe

L’échec de greffe primaire se produit lorsque les cellules souches greffées n’ont pas encore commencé à fabriquer de nouvelles cellules sanguines de 3 à 4 semaines après la greffe. Le traitement de l’échec de greffe primaire est une deuxième greffe de cellules souches.

L’échec de greffe secondaire se produit après que de nouvelles cellules aient commencé à apparaître. Le traitement comporte une association de facteurs de croissance comme l’érythropoïétine et le G-CSF. Si on a fait une allogreffe, on cesse les médicaments qui inhibent le système immunitaire. Des lymphocytes du donneur ou une deuxième greffe pourraient être nécessaires.

Rejet du greffon

Le rejet du greffon, ou des cellules souches, se produit si le corps du receveur rejette les cellules souches greffées. Cela survient plus fréquemment lors d'une allogreffe, en particulier lorsque le donneur est non apparenté ou moins compatible avec le receveur. On peut traiter le rejet du greffon avec des facteurs de croissance. Il arrive qu’on fasse une deuxième greffe.

Ostéoporose

L’ostéoporose est une perte de densité osseuse. Elle affaiblit les os. Elle peut apparaître bien après une greffe de cellules souches à cause des médicaments, d’un dysfonctionnement gonadique ou d’un manque d’activité physique. Le traitement comprend la prise de plus de vitamine D et de calcium. On pourrait administrer des médicaments appelés bisphosphonates quand l’ostéoporose est grave. Les femmes qui sont en ménopause provoquée par le traitement pourraient envisager l’hormonothérapie substitutive pour empêcher leurs os de s’affaiblir.

Qualité de vie

La qualité de vie peut être grandement affectée par les problèmes causés par la greffe, les effets secondaires à long terme et les médicaments administrés pour traiter certains des effets à long terme.

Certains facteurs qui risquent d’affecter la qualité de vie sont entre autres la dépression, l’anxiété et les changements de l’image corporelle. Les relations avec votre famille et vos amis peuvent être affectées par le stress du cancer et de la greffe de cellules souches pratiquée pour traiter le cancer. La durée de la greffe et du rétablissement peut faire en sorte que vous vous sentiez isolé.

Les centres de greffe et les hôpitaux ont souvent des plans de soins qui améliorent la qualité de vie, dont éduquer les patients et leur famille. Le counseling en matière de travail, des programmes de réadaptation, des groupes de soutien et du counseling psychologique peuvent aider à réduire les effets négatifs sur la qualité de vie.

Cancers secondaires

D'autres cancers peuvent apparaître en raison de la dose de chimiothérapie et de radiothérapie administrée avant la greffe.

  • Un syndrome myélodysplasique (SMD) peut apparaître après une autogreffe de cellules souches. Le SMD risque également d’évoluer en leucémie aiguë myéloblastique (LAM).
  • Un cancer solide secondaire (comme un mélanome, un sarcome ou un cancer du cerveau) apparaît plus souvent après une allogreffe de cellules souches.
  • Un syndrome lymphoprolifératif post-greffe (SLPG) peut apparaître après une autogreffe ou une allogreffe de cellules souches et il le fait le plus souvent après une greffe d’organe solide.

Le risque d’avoir un cancer secondaire augmente avec le temps. Le médecin vérifie la présence d’un cancer secondaire à chaque visite de suivi.

facteur de stimulation des colonies

Substance qui incite la moelle osseuse à produire des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes.

Les facteurs de stimulation des colonies sont présents naturellement dans le corps et il peuvent aussi être fabriqués en laboratoire.

Ce facteur est aussi appelé FSC, ou CSF dans les acronymes, ou bien facteur de croissance hématopoïétique.

hypothalamus

Partie de l’encéphale située sous le thalamus qui contrôle la production d’hormones, l’équilibre hydrique, la température du corps et d’autres activités liées au métabolisme.

érythropoïétine (EPO)

Hormone qui stimule la moelle osseuse pour qu’elle produise des globules rouges.

L’érythropoïétine est produite par les reins. Elle peut aussi être fabriquée en laboratoire (l’érythropoïétine de synthèse est appelée époétine).

facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF)

Substance qui incite la moelle osseuse à fabriquer des granulocytes (type de globule blanc). Les granulocytes aident le corps à lutter contre les bactéries, les virus et différents types de champignons.

Le G-CSF est une cytokine qui est naturellement présente dans le corps. Il peut aussi être fabriqué en laboratoire.

Le G-CSF est un type de thérapie biologique utilisé dans le traitement du cancer afin de réduire à la fois les risques d’infection et la nécessité d'administrer des antibiotiques.

gonade

Organe qui produit les cellules germinales.

Chez l’homme, la gonade est le testicule qui produit les spermatozoïdes. Chez la femme, la gonade est l’ovaire qui produit les ovules.

Histoires

Le Dr Michael Taylor, chercheur Différents profils génétiques dans une même tumeur cérébrale

Ne manquez pas la Journée de sensibilisation à la reconstruction mammaire

La Journée de sensibilisation à la reconstruction mammaire est un événement annuel GRATUIT qui vous met en lien avec des experts en reconstruction mammaire renommés afin de répondre à toutes vos questions.

Plus de 30 événements à travers le Canada!

Apprenez-en plus