Vous êtes ici:

Troubles de la déglutition

Les personnes qui reçoivent un traitement pour un cancer de la tête et du cou peuvent avoir besoin d’un suivi en orthophonie pour faire face aux troubles de la déglutition. L’orthophoniste travaille en étroite collaboration avec les chirurgiens et les oncologues pour évaluer et traiter les troubles de la déglutition.

Types de troubles de la déglutition

Un changement ou une interruption de n’importe quelle étape du processus peut entraîner des troubles de la déglutition. Les troubles peuvent comprendre :

  • difficulté à mâcher ou à maîtriser les aliments ou les liquides dans sa bouche
  • toux ou étouffement causé par l’entrée d’aliments ou de liquides dans les voies respiratoires (aspiration)
  • aliments qui restent pris dans la gorge
  • déglutition douloureuse

Les troubles de la déglutition peuvent nuire à votre capacité et à votre plaisir de manger, ce qui peut entraîner une mauvaise nutrition, une déshydratation, une perte de poids et un mauvais état de santé. Il est important d’informer son équipe de soins de santé de toute préoccupation liée à la déglutition ou à l’alimentation.

Qui est à risque

Le cancer de l’organe de la parole (larynx), de la gorge (pharynx), de la bouche, de la langue ou du cerveau peut affecter la capacité à avaler. La chirurgie et la radiothérapie d’un cancer de la tête et du cou peuvent modifier l’anatomie ou le fonctionnement du larynx, des cordes vocales ou de l’épiglotte et ainsi réduire leur capacité à prévenir l’aspiration.

L’aspiration se produit plus fréquemment chez les personnes qui ont subi une laryngectomie partielle, en particulier si l’épiglotte a été enlevée. Une personne qui a subi une laryngectomie totale (un laryngectomisé) ne risque pas l’aspiration parce que la trachée a été physiquement séparée de l’œsophage au cours de la chirurgie. Un laryngectomisé peut cependant éprouver d’autres difficultés à avaler, comme d’avoir des aliments qui restent pris dans la gorge en raison de tissus, de nerfs ou de muscles qui auraient été endommagés durant la chirurgie.

La radiothérapie et la chimiothérapie du cancer du larynx peuvent aussi affecter la capacité à avaler d’une personne. Les effets secondaires les plus courants sont la sécheresse de la bouche (xérostomie) ou une douleur dans la bouche et dans la gorge.

Diagnostic

Si vous avez de la difficulté à avaler à la suite d’un traitement du cancer, un orthophoniste pourrait faire une évaluation de votre déglutition. L’orthophoniste est un professionnel de la santé qui a une formation dans le diagnostic et le traitement des troubles de la déglutition, du langage et de la parole.

Examen physique

Durant l’évaluation, l’orthophoniste pourrait vous questionner sur vos problèmes de déglutition et vous observer lorsque vous mangez et avalez différents types d’aliments.

Examens d’imagerie

L’orthophoniste peut demander un examen de la déglutition par vidéofluoroscopie. Il s’agit d’un examen d’imagerie dans lequel on emploie un produit de contraste (sulfate de baryum) et des rayons X pour produire des images de la bouche, de la gorge et de l'œsophage. Le baryum est un liquide blanc crayeux qui apparaît clairement sur une radiographie. Cet examen est aussi appelé gorgée barytée modifiée (GBM).

Au cours de la vidéofluoroscopie, on donne à la personne des aliments et des liquides de consistances différentes auxquels on a ajouté du baryum. Une radiographie spéciale (radioscopie) permet d’obtenir une image en mouvement des aliments ou des liquides qui passent dans la bouche. L’orthophoniste peut ainsi déterminer le type, la cause et la gravité des troubles de la déglutition dans la bouche et la gorge.

Rééducation de la déglutition

Certaines personnes doivent parfois apprendre une nouvelle façon d’avaler après un traitement du cancer. L’orthophoniste envisage différentes techniques et suggère la meilleure méthode de rééducation de la déglutition en fonction des troubles particuliers de la personne. Les exemples qui suivent sont des techniques que l’orthophoniste peut recommander.

Se rentrer le menton

Rentrez votre menton vers votre poitrine lorsque vous avalez. Ce mouvement aide à empêcher les aliments et les liquides d’entrer dans les voies respiratoires.

Se relever le menton

Lorsque vous avalez, relevez votre menton. Ce mouvement aide à élargir l’oropharynx et à forcer les aliments à aller vers l’arrière de la bouche.

Se tourner la tête

Selon le côté de la gorge qui est le plus fort ou qui a le plus de contrôle, tournez votre tête vers la droite ou la gauche lorsque vous avalez. Ce mouvement aide à faire avancer les aliments dans l’œsophage afin qu’il en reste moins dans la gorge et qu’il y ait moins de risque que les aliments ou les liquides entrent dans les voies respiratoires.

Déglutition forcée

Pour avaler, faites un grand effort pour faire aller les aliments dans la gorge. Cela aide à accroître la pression de la langue sur le palais et le mouvement de la base de la langue. Ce type de déglutition prend plus de temps que la déglutition normale, mais il aide à dégager tout aliment qui pourrait rester pris dans la gorge.

Déglutition sus-glottique

Inspirez et retenez ensuite votre souffle en avalant. Ceci a pour effet de fermer les cordes vocales (glotte) et de réduire le risque d'entrée de substances dans la trachée et les poumons. Après avoir avalé, toussez doucement en expirant. La toux fait ressortir tout aliment ou liquide qui aurait pu entrer dans le larynx. On doit avoir l’approbation du médecin pour envisager cette technique, car selon les recherches, la manœuvre de déglutition sus-glottique pourrait ne pas convenir à une personne qui a des antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de maladie coronarienne.

Déglutition super sus-glottique

Cette technique de déglutition est semblable à la déglutition sus-glottique, à l’exception du fait qu’après avoir retenu votre souffle, vous devez contracter les muscles de l’estomac ou pousser comme si vous alliez à la selle. Après avoir avalé, vous devez tousser en expirant afin de faire ressortir tout aliment ou liquide du larynx. On doit avoir l’approbation du médecin pour envisager cette technique, car selon les recherches, la manœuvre de déglutition super sus-glottique pourrait ne pas convenir à une personne qui a des antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de maladie coronarienne.

S’étendre sur le côté

Étendez-vous avec le côté le plus fort de la gorge vers le bas. La gravité fait tomber les aliments du côté le plus fort, réduisant ainsi le risque que des aliments ou des liquides entrent dans les voies respiratoires.

Manœuvre de Mendelsohn

Maintenez le larynx soulevé (en utilisant les muscles du cou ou la main) pendant quelques secondes durant la déglutition. Ceci a pour effet de soulever le larynx vers l’avant et de réduire le risque que des aliments ou des liquides entrent dans les voies respiratoires. La technique aide aussi à agrandir l’ouverture entre la gorge et l’œsophage, ce qui facilite le passage des aliments dans l’œsophage.

Changements du régime alimentaire ou de votre façon de manger

Un changement du régime alimentaire peut faciliter la déglutition des aliments et des liquides.

  • Épaississez les liquides si vous avez de la difficulté à les avaler lorsqu’ils sont plus clairs. Ajoutez aux liquides de la gélatine, de la purée de légumes ou de fruits, des pommes de terre instantanées, de la fécule de maïs, des céréales de riz pour bébés ou des épaississants commerciaux pour les rendre plus faciles à avaler.
  • Ajoutez des sauces aux aliments pour les rendre plus faciles à avaler.
  • Trempez les aliments secs ou croustillants, comme les biscuits, dans le lait, le café ou le thé pour les ramollir.
  • Évitez les aliments durs et secs, comme des croustilles ou des bretzels.
  • Essayez des aliments de différentes textures afin de trouver ceux qui sont plus faciles à avaler. Les aliments mous ou de texture lisse, comme les pommes de terre en purée, sont souvent plus faciles à avaler.
  • Si vos médicaments sont difficiles à avaler avec de l’eau, vous pouvez les prendre avec des liquides plus épais ou des aliments mous, comme de la compote de pommes ou de la crème glacée. Vous pouvez aussi écraser certains médicaments ou les mélanger à des aliments ou à des liquides. Il est toutefois important de vérifier d’abord auprès du pharmacien, car certains médicaments ne doivent jamais être écrasés ou coupés en deux.
  • Prenez de petites bouchées. Avalez bien chaque bouchée avant d’en prendre une autre.
  • Assurez-vous de boire beaucoup de liquides, de l’eau en particulier, chaque jour pour éviter de vous déshydrater. Il existe aussi d’autres sources de liquides, comme le jus, la soupe, le lait, les sucettes glacées, le pouding, le yogourt et la crème glacée.

Alimentation par sonde ou par intraveineuse

Si les troubles de la déglutition s’aggravent, l’équipe de soins de santé pourrait suggérer l’emploi d’une sonde d’alimentation. Il s’agit d’un tube mince et flexible qui est inséré dans l’estomac ou l’intestin. Une fois le tube en place, on peut y introduire les suppléments nutritifs liquides et les médicaments (alimentation entérale). S’il vous est trop difficile de manger ou de boire, ces sondes peuvent vous aider à combler vos besoins nutritifs. Cela est particulièrement important si vous avez perdu beaucoup de poids.

Injections de Botox

Une technique relativement nouvelle consiste à injecter du Botox (toxine botulinique) dans le sphincter œsophagien supérieur. Cette approche est utile dans les cas où le sphincter œsophagien ne peut pas se détendre. Ce type de traitement n’est toutefois pas approprié pour une personne qui a d’autres types de troubles de la déglutition et pourrait même rendre la déglutition plus difficile. Il faut donc faire preuve d’une grande prudence lorsqu’on identifie les personnes qui recevront ce traitement.

Où trouver du soutien

Réapprendre à avaler peut être très difficile. Certaines personnes se sentent réconfortées par le soutien émotif et pratique que d’autres survivants au cancer peuvent leur apporter. L’International Association of Laryngectomees offre un certain nombre de groupes de soutien au Canada.

rayon X

Type de rayon de haute énergie.

Image produite par les rayons X.

Les rayons X sont utilisés à faibles doses pour produire des clichés (images sur film) des structures internes du corps. Ils sont aussi utilisés à fortes doses pour traiter certains types de cancer.

Histoires

Woman at market in front of CCS poster Il s’agit vraiment d’un programme vital, et nous sommes très reconnaissants envers Husky Energy, qui l’a rendu possible.

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus