Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Hypertension intracrânienne

En temps normal, il y a une certaine pression dans le crâne. C’est la pression intracrânienne (PIC). Quand la pression augmente dans le crâne, on parle d’hypertension intracrânienne (HTIC). La HTIC est un trouble grave qui doit être traité immédiatement. On peut aussi dire que c’est une enflure du cerveau ou un œdème cérébral.

Dans le crâne, il y a l’encéphale (communément appelé cerveau), du sang et le liquide céphalorachidien (LCR). Le LCR est le liquide qui circule dans les cavités qui se trouvent à l’intérieur et tout autour de l’encéphale. Tout changement dans l’encéphale ou dans le volume du LCR ou du sang peut faire augmenter la pression à l’intérieur du crâne. Le corps s’adapte à ces changements pour tenter de ramener la pression à la normale. Si la pression n’est pas maintenue à une valeur normale et si elle continue d’augmenter, de graves problèmes peuvent se manifester parce que l’encéphale n’est pas en mesure de faire son travail comme d’habitude.

La HTIC chez les personnes atteintes de cancer peut se développer en quelques jours ou quelques semaines. Quand elle apparaît, c’est une urgence qui nécessite une attention immédiate.

Causes

La HTIC peut être causée par une tumeur qui prend naissance dans l’encéphale ou un cancer qui s’y est propagé (métastases). Un cancer qui se propage à partir du poumon, du sein, du rein ou de la peau (mélanome) est plus susceptible de provoquer la HTIC.

La HTIC peut aussi apparaître si d’autres cancers ou leurs traitements causent :

  • un blocage dans les voies de passage du LCR, l’empêchant ainsi de circuler normalement;
  • une infection de l’encéphale ou des membranes qui enveloppent l’encéphale et la moelle épinière (méninges);
  • un saignement dans l’encéphale;
  • l’enflure de l’encéphale (œdème cérébral);
  • une réaction du tissu cérébral à la radiothérapie.

La HTIC causée par la radiothérapie peut être aiguë, c’est-à-dire qui apparaît immédiatement, ou tardive, c’est-à-dire qui se produit quelque temps après la radiothérapie.

Symptômes

Les symptômes de la HTIC peuvent varier selon leur cause. Ils dépendent souvent de l’emplacement de la tumeur, du blocage, de la lésion ou de l’enflure dans l’encéphale. Les symptômes peuvent d’abord être légers puis s’intensifier au fur et à mesure que la pression dans le crâne augmente.

Le mal de tête est le symptôme le plus courant de la HTIC. Il est souvent plus intense le matin ou après une activité épuisante. Avisez votre médecin ou votre équipe de soins le plus rapidement possible si vous avez mal à la tête ou si vous éprouvez les symptômes suivants :

  • nausées
  • vomissements
  • étourdissements
  • changements de comportement
  • mauvaise mémoire
  • agitation
  • troubles du système nerveux, dont la faiblesse, l’engourdissement, les problèmes de vision ou de coordination, la perte de force musculaire, la perte de mouvements (paralysie) ou la difficulté à parler
  • perte de lucidité, dont la somnolence, le manque d’énergie, la confusion ou le coma

Des signes tardifs se manifestent quand la HTIC s’intensifie. Les signes qui suivent portent le nom de triade de Cushing :

  • pression artérielle élevée dont la différence entre la pression maximale (systolique) et la pression minimale (diastolique) augmente
  • fréquence du pouls lente
  • respiration anormale

Diagnostic

Votre médecin tentera de trouver la cause de la HTIC. Il fera entre autres un examen physique, une évaluation de vos symptômes et un examen neurologique. Dans le cas de l’examen neurologique, votre médecin vous posera des questions et vous fera passer des tests afin de vérifier le travail de votre cerveau, de votre moelle épinière et de vos nerfs. Ces examens permettent aussi de vérifier votre état mental et votre coordination, dont le degré de fonctionnement de vos muscles, sens et réflexes.

On peut faire les examens suivants si on soupçonne une HTIC :

  • tomodensitométrie (TDM) de la tête
  • examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) de la tête
  • ponction lombaire (rachicentèse)

On fait une ponction lombaire pour mesurer la pression du LCR et prélever un échantillon de LCR afin de vérifier la présence de cellules cancéreuses. On y a recours qu’à l’occasion.

Apprenez-en davantage sur les tests et interventions.

Traitement de la HTIC

Si vous faites de la HTIC, votre équipe de soins vous surveillera étroitement. Elle peut mesurer la pression à l’intérieur de votre crâne en fixant un appareil minuscule dans une petite ouverture qui y aura été pratiquée. Évitez de tousser, d’éternuer ou de vous pencher, car ces mouvements peuvent faire augmenter la pression dans le crâne. La tête de votre lit sera soulevée afin d’aider à faire baisser la pression.

Une fois que la cause de la HTIC est connue, votre équipe de soins peut la traiter. Voici quelques options.

Prise de médicaments

Votre équipe de soins peut vous prescrire des corticostéroïdescorticostéroïdesHormones stéroïdiennes qui agissent comme anti-inflammatoire en réduisant l’enflure et en affaiblissant la réaction immunitaire (réaction du système immunitaire à la présence de substances étrangères).. Ces médicaments aident à réduire ou à prévenir l’enflure du cerveau (œdème cérébral). La dexaméthasone (Decadron, Decasone) est le corticostéroïde le plus souvent utilisé pour traiter la HTIC.

On vous donnera des antibiotiques si une infection est la cause principale de la HTIC. Ces médicaments combattent les infections provoquées par des bactéries et d’autres micro-organismes. On pourrait aussi vous donner des médicaments contre la douleur, l’anxiété ou les crises d’épilepsie.

Traitement du cancer

Si la HTIC est causée par le cancer au cerveau, traiter le cancer peut aider à réduire la HTIC. Vous pourriez avoir besoin d’une chirurgie pour enlever la plus grande partie possible de la tumeur (chirurgie de réduction tumorale). Vous pourriez aussi avoir besoin d’une radiothérapie ou d’une chimiothérapie intrathécale pour traiter la tumeur.

On administre la chimiothérapie intrathécale par ponction lombaire ou réservoir d’Ommaya. Le réservoir d’Ommaya est un dispositif inséré par chirurgie sous le cuir chevelu. Il permet d’administrer des agents chimiothérapeutiques directement dans le LCR qui entoure l’encéphale et la moelle épinière.

Chirurgie

Il est possible qu’on doive vous installer un shunt pour drainer le LCR et diminuer la HTIC. Le shunt est une voie de passage qui permet au sang ou à d’autres liquides de se déplacer d’une partie du corps à une autre. L’excès de LCR est évacué du cerveau jusqu’à l’abdomen.

Histoires

Dr John Dick Une compréhension nouvelle des cellules sanguines

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus