Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Constipation

La constipation est un trouble caractérisé par des selles dures et sèches qui sont difficiles à évacuer. Les selles deviennent dures et sèches si elles se déplacent trop lentement dans le gros intestin (côlon) ou si l'intestin en absorbe une trop grande quantité d'eau. La constipation affecte environ la moitié des personnes atteintes de cancer.

Causes

Les personnes atteintes de cancer peuvent être constipées pour un certain nombre de raisons, dont le cancer même ou ses traitements. Les cellules qui tapissent le tube digestif (tractus gastro-intestinal, ou GI) se divisent rapidement, c'est pourquoi elles peuvent être facilement endommagées par la chimiothérapie et la radiothérapie. Les facteurs qui font augmenter le risque de constipation sont entre autres ceux-ci :

  • diminution de la consommation de liquides et déshydratation
  • perte d'appétit (anorexie)
  • manque de fibres alimentaires ou d'aliments qui augmentent le volume des selles
  • suppléments vitaminiques ou minéraux, comme des comprimés de fer ou de calcium
  • surutilisation de laxatifs
  • peu d'activités physiques ou trop de repos au lit
  • troubles de la glande thyroïde
  • dépression
  • taux élevé de calcium ou de potassium dans le sang
  • cancer se développant dans le gros intestin (côlon) ou exerçant une pression sur la moelle épinière

Certains médicaments administrés pour traiter le cancer ou les effets secondaires des traitements peuvent aussi engendrer la constipation. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • analgésiques, en particulier les narcotiques opioïdes comme la morphine et la codéine
  • agents chimiothérapeutiques, comme les alcaloïdes de la pervenche dont la vincristine (Oncovin), la vinblastine (Velbe) et la vinorelbine (Navelbine)
  • antinauséeux, comme l'ondansétron (Zofran), le granisétron (Kytril) et le dolasétron (Anzemet)
  • anticonvulsivants

Symptômes

Les symptômes de la constipation peuvent varier selon leur cause et d’autres facteurs. Les symptômes de la constipation sont entre autres ceux-ci :

  • ballonnement ou sensation de plénitude
  • crampes ou douleur
  • gaz (flatulence)
  • rots
  • perte d’appétit
  • pas d’évacuation régulière de selles pendant 2 jours ou plus
  • efforts intenses et prolongés pour évacuer les selles
  • selles petites et dures qui sont difficiles à évacuer
  • pression rectale
  • fuite de petites quantités de selles semblables à une diarrhée
  • abdomen enflé, ou distendu
  • nausées ou vomissements

Si la constipation dure longtemps, une grande quantité de selles peut s’accumuler. Elles peuvent le faire dans le côlon ou le rectum. On parle alors de fécalome. Il arrive parfois que les selles tentent de contourner le fécalome et qu’ainsi elles s’écoulent du corps. Le fécalome peut devenir un problème grave, alors il est important d’essayer de prévenir la constipation et la formation d’un fécalome.

Si vos symptômes s’aggravent ou ne disparaissent pas, mentionnez-le à votre médecin ou à votre équipe de soins sans attendre au prochain rendez-vous fixé.

Diagnostic

Votre médecin essaiera de trouver la cause de la constipation. Il peut donc vous poser des questions sur vos symptômes, vos habitudes intestinales, vos médicaments et vos traitements. Il peut aussi vous faire un examen physique, dont un toucher rectal (TR). Le TR permet de vérifier si des selles se sont accumulées dans le rectum, ce qu’on appelle fécalome.

Les examens d’imagerie suivants peuvent être nécessaires si le médecin soupçonne un cancer :

  • radiographie abdominale
  • lavement baryté
  • endoscopie, comme une sigmoïdoscopiesigmoïdoscopieIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (un instrument mince semblable à un tube muni d'une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter le côlon sigmoïde (la dernière partie du côlon) et le rectum. ou une coloscopiecoloscopieIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter le côlon.

Prévention de la constipation

La meilleure façon de traiter la constipation est de la prévenir. Vous pouvez essayer les mesures suivantes pour aider à prévenir la constipation.

Mangez plus de fibres

Les fibres attirent l’eau dans les selles et les ramollissent, ce qui les rend plus faciles à évacuer. Voici quelques sources de fibres :

  • pains et céréales à grains entiers
  • riz brun
  • fruits et légumes crus
  • légumineuses (haricots secs)
  • fruits séchés
  • maïs soufflé
  • graines et noix

Ajoutez graduellement plus de fibres à votre alimentation. Quand vous commencez un régime riche en fibres, ajoutez-en 5 grammes par jour.

Buvez beaucoup de liquides

Essayez de boire de 8 à 10 verres de liquide par jour pour aider les fibres supplémentaires à circuler dans l’intestin. Ce sont entre autres l’eau, le jus de pruneaux ou d'autres fruits, le jus de légumes, le nectar, le thé décaféiné, la limonade, le bouillon, la gélatine et les sucettes glacées.

Vous pouvez aussi boire un breuvage chaud, comme le chocolat chaud, le thé ou l’eau chaude citronnée, pour aider à stimuler votre intestin. Prenez un déjeuner qui comprend un liquide chaud et des aliments riches en fibres.

Consommez des laxatifs naturels

Certains aliments agissent comme des laxatifs naturels. Ce sont entre autres le pruneau, le jus de pruneaux, la rhubarbe et la papaye. Ajoutez une petite quantité de son aux aliments que vous faites cuire ou saupoudrez-en sur vos céréales. Évitez les aliments qui peuvent constiper comme le fromage, le chocolat et les œufs.

Consultez une diététiste afin de savoir comment employer ou préparer des aliments laxatifs naturels au quotidien. Vous pouvez aussi essayer un laxatif à base de fruits, c’est-à-dire une tartinade qui ressemble à de la confiture faite de pruneaux, de dattes et d'autres fruits séchés. Vous pouvez la préparer vous-même et l’étendre sur des rôties ou des craquelins ou sur de la crème glacée ou du yogourt.

Faites plus d’activités physiques

Si vous le pouvez, essayez de faire plus d’activités physiques. Juste prendre une petite marche peut aider. Consultez votre équipe de soins avant de faire plus d’activités physiques.

Traitement de la constipation

Avisez votre équipe de soins si vous avez de la difficulté à évacuer des selles régulièrement ou si vous n'êtes pas allé à la selle depuis 2 jours ou plus. Elle tentera alors de déterminer la cause de la constipation et vous suggérera des façons de la traiter. Noter quand vous allez à la selle peut aider votre équipe de soins à trouver comment vous soulager. Elle vous demandera aussi ce que vous mangez et buvez, si vous faites de l’exercice et quels médicaments vous prenez. Votre médecin peut devoir faire un examen physique.

Consultez votre équipe de soins avant d’employer des médicaments en vente libre pour traiter la constipation. Si vous prenez des narcotiques opioïdes pour soulager la douleur, votre équipe de soins vous recommandera une routine d'élimination afin de prévenir la constipation.

Votre équipe de soins peut suggérer l'une des méthodes suivantes pour aider à traiter la constipation.

Produits ramollissants

Les produits ramollissants aident les selles à conserver leur eau pour rester molles. Le docusate (Colace, Surfak) en est un exemple.

Laxatifs

On peut avoir recours aux laxatifs pour aider à favoriser, ou stimuler, le transit intestinal. Voici quelques exemples de laxatifs dont c’est le but : senné ou sennosides (Senokot), sels de magnésium (lait de magnésie), huile minérale et lactulose.

On peut aussi les utiliser pour accroître les fibres ou donner du volume aux selles. Le psyllium (Metamucil) en est un exemple. On ne recommande habituellement ce type de laxatif aux personnes constipées à cause des antidouleurs ou des opioïdes qu’elles prennent. Les antidouleurs ralentissent l’intestin, alors ajoutez plus de fibres n’aide en rien. Si vous prenez des antidouleurs ou des opioïdes, demandez à votre équipe de soins  si vous pouvez prendre chaque jour un produit ramollissant et un laxatif stimulant pour prévenir la constipation.

Le laxatif peut prendre la forme d’un suppositoire inséré dans le rectum. Les suppositoires peuvent aider à favoriser le transit intestinal. La glycérine et le bisacodyle (Dulcolax) en sont des exemples.

Le lavement peut permettre de nettoyer l’intestin ou d’administrer des laxatifs. Le phosphate (Fleet) et l’eau du robinet en sont des exemples.

On a parfois recours à un produit ramollissant et à un laxatif. Il est possible qu'on ne recommande pas de suppositoire ni de lavement lorsque le nombre de globules blancs ou de plaquettes est bas en raison du risque d’infection ou de saignement engendré par l’usage de ces produits.

Considérations particulières pour les enfants

Demandez à votre équipe de soins comment vous pouvez aider à prévenir ou à traiter la constipation chez votre enfant. Pour les plus jeunes, essayez d’établir un horaire. Fixez un moment après les repas où l’enfant s’assoit sur la toilette. Même s’il ne va pas à la selle chaque fois, avoir un horaire peut aider à remédier à la constipation.

Consultez votre équipe de soins avant d’administrer un produit ramollissant ou un laxatif à votre enfant.

Histoires

Dr Jessie Lee-McIsaac Prévenir le cancer par des politiques de vie saine en milieu scolaire

Plus de details

Une communauté de soutien en ligne, digne de confiance

Illustration d’un ordinateur

Parlonscancer.ca est une communauté en ligne sur laquelle les personnes atteintes de cancer et leurs proches peuvent compter.

Apprenez-en plus