Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Occlusion intestinale

L’occlusion intestinale, c’est le blocage partiel ou complet  de l’intestin grêle ou du côlon. Ce blocage empêche les aliments, les liquides et les gaz de circuler normalement dans l’intestin. L’intestin grêle est l’organe long et tubulaire dans l’abdomen qui reçoit la nourriture partiellement digérée de l’estomac et rejette les aliments digérés dans le gros intestin. Le côlon est la partie la plus longue du gros intestin. Il absorbe l’eau et les éléments nutritifs des aliments presque entièrement digérés provenant de l’intestin grêle et rejette les déchets (selles, ou matières fécales) dans le rectum.

L’occlusion intestinale peut aussi être appelée obstruction intestinale ou occlusion intestinale maligne.

Causes

L’occlusion intestinale peut être causée par les facteurs suivants :

  • tumeurs qui bloquent l’intestin;
  • tissu cicatriciel ou adhérences (bandes de tissu cicatriciel qui se lient ensemble) qui se forment après une chirurgie à l’intestin grêle ou au côlon;
  • dommages à l’intestin causés par une radiothérapie;
  • médicaments qui affectent le tube digestif, comme les narcotiques, les antidiarrhéiques ou certains agents chimiothérapeutiques;
  • fécalome, qui est une grosse masse de selles dures et sèches qui se forme dans le rectum à cause de la constipation chronique.

Différents types de cancers peuvent causer une occlusion intestinale, dont les cancers de l'estomac, colorectal, de l'intestin grêle, de l’utérus, de la prostate, de la vessie et de l'ovaire. Les cancers qui se propagent à l'abdomen et les cancers de stade avancé qui exercent une pression sur le côlon et l'intestin grêle en se développant peuvent aussi causer une occlusion intestinale.

Symptômes

Les symptômes de l'occlusion intestinale peuvent varier selon la cause et d’autres facteurs. Les symptômes de l’occlusion intestinale sont entre autres ceux-ci :

  • douleur abdominale
  • crampes abdominales
  • enflure, ou distension, de l’abdomen
  • nausées
  • vomissements
  • bouche sèche
  • constipation
  • diarrhée (selles molles pouvant filtrer à travers les matières fécales solides dans le côlon)
  • incapacité d’aller à la selle
  • incapacité de faire des gaz (flatuosité)
  • mauvaise haleine
  • fièvre

L’occlusion intestinale peut provoquer une ouverture, ou perforation, dans l'intestin grêle ou le côlon. On parle alors de perforation de l’intestin. Elle peut laisser le contenu de l’intestin s’écouler dans la cavité péritonéale, ce qui risque de causer une infection appelée péritonite.

Signalez vos symptômes à votre médecin ou à votre équipe de soins le plus tôt possible.

Diagnostic

Votre médecin essaiera de trouver la cause de l’occlusion intestinale. Il peut donc vous poser des questions sur vos symptômes, vos habitudes intestinales, vos médicaments et vos traitements. Il vous fera aussi un examen physique, entre autres palper votre abdomen, écouter les bruits intestinaux et vous faire un toucher rectal (TR) afin de savoir si vous avez un fécalome.

Les tests et interventions qui suivent peuvent être nécessaires :

  • radiographie abdominale
  • tomodensitométrie (TDM)
  • transit œso-gastro-duodénal (TOGD)
  • lavement baryté
  • coloscopie

Apprenez-en davantage sur ces tests et interventions.

Traitement de l’occlusion intestinale

Une fois que la cause de l’occlusion intestinale est connue, votre équipe de soins peut vous proposer des façons de la traiter. Les options de traitement peuvent comprendre une association de mesures, dont celles qui suivent.

Repos de l’intestin

Votre équipe de soins peut vous suggérer de reposer votre intestin pendant quelques jours, c’est-à-dire ne pas consommer de liquides ni d’aliments par la bouche. On vous administrera des liquides par intraveineuse (IV) afin de vous garder hydraté et de maintenir l’équilibre de vos électrolytes. Les électrolytes sont responsables de l’entrée des éléments nutritifs dans les cellules et de l’évacuation des déchets hors de cellules, ce qui maintient l’équilibre des liquides dans le corps. Les électrolytes permettent aussi aux muscles de fonctionner correctement.

Soulagement de la pression dans l’abdomen

Il est possible que l’équipe de soins ait recours à une sonde nasogastrique (NG) pour aider à soulager l’enflure abdominale et les vomissements. On insère la sonde NG dans le nez et on la fait descendre dans la gorge jusqu’à l’estomac. On peut utiliser la sonde NG pour évacuer le contenu de l’estomac.

On peut aussi faire passer une sonde par le rectum jusqu’au côlon pour aider à soulager la pression exercée par une accumulation de liquides et de gaz.

Prise de médicaments

On peut vous administrer des antibiotiques par IV pour prévenir ou traiter une péritonite susceptible d’apparaître si le contenu de votre intestin s’écoule dans votre cavité péritonéale. L’équipe de soins peut aussi vous prescrire des médicaments pour aider à soulager votre douleur et vos nausées.

Réalisation d’une chirurgie

S’il n’est pas possible de traiter l’occlusion autrement, la chirurgie pourrait être nécessaire.

Le chirurgien peut se servir d’un endoscope pour mettre un extenseur en métal expansible en place. L’endoscope est un tube flexible muni d’une lumière et d’une lentille. L’extenseur ressemble à un tube en mailles. L’endoscope permet de dégager le blocage et de garder l’intestin ouvert. Il permet aussi aux aliments de contourner le blocage et ainsi de se déplacer plus facilement dans l’intestin.

La gastrostomie est une intervention chirurgicale lors de laquelle on crée une stomie, c’est-à-dire une ouverture artificielle, dans l’estomac à travers la paroi abdominale. La sonde de gastrostomie peut être insérée dans la stomie jusqu’à l’estomac. La sonde peut servir à soulager l'accumulation de liquide et d'air dans l’estomac. Elle peut aussi permettre d’administrer des médicaments et des liquides directement dans l’estomac. On peut fixer à la sonde une poche de drainage munie d'une valve. Lorsque la valve est ouverte, la nourriture s'écoule dans la poche et non dans l'intestin, ce qui permet aux aliments mous et aux liquides d'être pris par la bouche sans que la personne ne ressente de malaise.

Dans certains cas, le chirurgien pourrait devoir enlever une partie de l’intestin afin d’éliminer le blocage ou le tissu mort. Après cette opération, le chirurgien relie chaque extrémité des segments sains de l’intestin. La jonction de ces 2 extrémités de l’intestin est appelée anastomose. Elle crée une nouvelle voie de circulation, ou dérivation. Selon l’emplacement du blocage et la quantité d’intestin enlevée, on pourrait vous faire une colostomie ou une iléostomie. La colostomie est une intervention chirurgicale qui permet de créer une ouverture dans le côlon vers l’extérieur du corps à travers la paroi abdominale. Lors de l’iléostomie, on pratique une ouverture dans l’iléon, soit la dernière partie de l’intestin grêle, vers l’extérieur du corps à travers la paroi abdominale.

Histoires

Dr Claude Perreault Mobiliser le système immunitaire pour combattre le cancer

Plus de details

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus