Vous êtes ici:

Choisir une thérapie complémentaire et un praticien

C’est à vous que revient la décision finale de suivre – ou non – une thérapie complémentaire. Les conseils qui suivent peuvent vous aider à faire un choix sécuritaire et éclairé.

Demandez conseil à votre équipe de soins de santé.

Votre équipe de soins de santé est peut-être en mesure de vous recommander des thérapies complémentaires qui peuvent aider à soulager les effets secondaires. Demandez des suggestions ou des références de praticiens qualifiés en thérapies complémentaires, qui ont déjà travaillé auprès de personnes atteintes de cancer. Votre centre de traitement peut même vous offrir des thérapies qui pourraient vous aider.

Recherchez des renseignements crédibles et impartiaux sur la thérapie qui vous intéresse.

Avant d’essayer une thérapie complémentaire, quelle qu’elle soit, faites vos propres recherches. Les sites Web d’organismes scientifiques, votre centre hospitalier ou centre de traitement du cancer de même que les centres de soins intégrés contre le cancer sont de bonnes sources d’information. Le praticien devrait également être en mesure de vous renseigner sur la thérapie complémentaire qu’il pratique et de vous expliquer comment celle-ci pourrait vous aider pendant votre traitement du cancer.

Évaluez l’information scientifique sur la thérapie.

Vous n’êtes peut-être pas familier avec le processus d’évaluation de l’information scientifique. En matière de thérapies complémentaires, nous en apprenons chaque jour un peu plus, mais nous avons encore besoin de recueillir beaucoup d’informations dans le cadre d’études rigoureuses pour connaître leur efficacité exacte. Des essais cliniques randomisés ont-ils été réalisés afin de comparer la thérapie aux traitements standards? Les études ont-elles été menées auprès de groupes importants de personnes sur une longue période de temps? Existe-t-il plusieurs études différentes ayant obtenu les mêmes résultats ou des résultats similaires?

Établissez vos objectifs par rapport à la thérapie complémentaire.

Qu’espérez-vous de cette thérapie? Espérez-vous, par exemple, qu’elle aide à soulager vos nausées ou à réduire votre stress? Avez-vous des attentes réalistes par rapport à la thérapie? Êtes-vous à l’aise avec la thérapie et la façon dont elle se déroule?

Renseignez-vous sur les qualifications du praticien de la thérapie complémentaire.

Quel type de formation a-t-il reçu? A-t-il reçu sa formation dans une école ou a-t-il été apprenti auprès d’un praticien qualifié? Est-il membre d’une organisation ou association professionnelle? Possède-t-il un permis d’exercice si la thérapie est régie par un organisme réglementaire? A-t-il de l’expérience pour intervenir auprès de personnes atteintes de cancer? Êtes-vous à l’aise avec le praticien, ou thérapeute? Le thérapeute acceptera-t-il de communiquer et de collaborer avec l’équipe de soins de santé responsable de votre traitement du cancer?

Vérifiez bien ce que la thérapie prétend faire.

La thérapie a-t-elle comme but d’aider à soulager des effets secondaires ou des préoccupations en particulier, comme d’aider à réduire l’anxiété? Ou encore promet-elle de faire complètement disparaître tous les effets secondaires ou les symptômes? Il faut savoir que les thérapies complémentaires ne traitent pas le cancer en lui-même. Aucune bonne recherche scientifique n’a encore montré que les thérapies complémentaires sont des traitements efficaces contre le cancer, mais on a constaté que certaines thérapies complémentaires pouvaient aider à soulager les effets secondaires d’un traitement.

Renseignez-vous sur les effets secondaires possibles de la thérapie.

Quels effets la thérapie peut-elle avoir sur votre traitement classique du cancer? Assurez-vous que la thérapie complémentaire qui vous intéresse est sûre et efficace et qu’elle est compatible avec votre traitement classique du cancer et tout trouble de santé que vous pourriez avoir.

Renseignez-vous sur les coûts de la thérapie complémentaire.

Certaines thérapies complémentaires peuvent coûter très cher. Les régimes provinciaux d’assurance maladie ne couvrent habituellement pas les thérapies complémentaires. Les régimes d’assurance maladie privés pourraient couvrir le coût de certaines thérapies. Est-ce que votre famille et vous pouvez assumer le coût de la thérapie? Évaluez également le temps et l’énergie que vous passeriez à vous rendre à vos rendez-vous, à changer votre mode de vie ou à gérer la thérapie.

Ayez une communication ouverte et franche avec les membres de votre équipe de soins de santé.

Votre médecin doit être au courant de toute thérapie complémentaire que vous suivez ou envisagez de suivre. Il est aussi très important que le praticien de votre thérapie complémentaire sache que vous êtes atteint du cancer et qu’il soit au courant des traitements que vous recevez.

randomisé

Déterminé tout à fait au hasard.

Les participants à un essai clinique randomisé, par exemple, sont assignés au hasard soit au groupe témoin (ceux qui ne sont pas soumis à la nouvelle méthode à l’étude visant à prévenir, à détecter, à traiter ou à contrôler la maladie), soit au groupe expérimental (ceux qui sont soumis à la nouvelle méthode à l’étude visant à prévenir, à détecter, à traiter ou à contrôler la maladie).

Le terme randomisation se rapporte au processus selon lequel les participants sont assignés au hasard au groupe témoin ou au groupe expérimental.

Histoires

Robert Heimbecker Les enfants ne devraient pas s’inquiéter à propos de chirurgie et de chimiothérapie.

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus