Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Cancer présent lors d'une grossesse

La présence d’un cancer lors d’une grossesse est une chose rare. Puisque c’est rare, il n’y a pas eu beaucoup de recherches d’effectuées. On s’attend à ce que le nombre de femmes enceintes qui recevront un diagnostic de cancer augmente puisqu’un plus grand nombre de femmes attendent à un âge plus avancé avant d'avoir des enfants et que le risque de cancer augmente avec l’âge.

Puisqu’il n’y a pas beaucoup d’information sur la présence de cancer durant la grossesse, il peut être difficile de prendre les bonnes décisions pour vous. Il y a plusieurs questions à considérer.

Vous pouvez craindre que le cancer ou les traitements affectent votre bien-être et celui du bébé. Vous pouvez aussi vous inquiéter à propos des effets que peuvent avoir les épreuves effectuées pour diagnostiquer le cancer sur le bien-être de votre bébé.

Certains traitements du cancer sont sans danger pour le fœtus durant la grossesse ou à certains moments seulement de la grossesse. D’autres ne sont pas sûrs pour le fœtus en tout temps durant la grossesse. La plupart des cancers ne se propagent pas de la femme au fœtus même si certains peuvent se propager au placenta. Les récents progrès dans les traitements ainsi qu’une surveillance attentive permettent aux femmes enceintes atteintes de cancer d’avoir une grossesse plus sure, de sorte qu’il y a plus de probabilités que la grossesse arrive à son terme et que le pronostic soit bon pour le bébé. Il est important de savoir qu’une femme enceinte qui est atteinte de cancer peut mettre au monde un enfant en santé.

Types de cancer

La grossesse même ne cause pas le cancer, et les femmes enceintes ne présentent pas de risque accru d'être atteintes d'un cancer comparativement aux femmes qui ne sont pas enceintes.

Les cancers les plus fréquemment diagnostiqués au cours d’une grossesse comprennent les suivants :

  • cancer du sein (le plus courant)
  • cancer du col de l'utérus
  • lymphome hodgkinien
  • lymphome non hodgkinien
  • cancer de l'ovaire
  • mélanome
  • leucémie
  • cancer de la glande thyroïde
  • cancer colorectal

D'autres types de cancers tels que le cancer du cerveau, des os et du poumon peuvent se manifester chez une femme enceinte, mais ils sont très rares.

Retour au menu

Diagnostiquer un cancer pendant une grossesse

De nombreux symptômes tels que les nausées, les vomissements, le gonflement abdominal, les saignements rectaux, la fatigue et les maux de tête sont courants pendant une grossesse. Il arrive parfois que ces symptômes puissent aussi être associés à un type particulier de cancer. Il est important de discuter avec votre médecin de vos symptômes s’ils persistent ou se manifestent à un moment de la grossesse où ils ne sont plus considérés comme typiques.

Parfois, une grossesse révèle la présence d’un cancer plus tôt qu’il n’aurait été détecté autrement. Par exemple, un test Pap effectué dans le cadre des soins habituellement prodigués lors d'une grossesse peut permettre de détecter un cancer du col de l'utérus. Une échographie réalisée au cours d'une grossesse peut permettre de détecter un cancer de l'ovaire à un stade précoce.

Si on soupçonne la présence d’un cancer, les femmes et leur médecin sont souvent préoccupés par le recours à des épreuves pour diagnostiquer un cancer, en raison des effets potentiellement nuisibles pour le fœtus. Par exemple, vous pourriez avoir des préoccupations au sujet de la radioactivité utilisée dans les épreuves comme la radiographie, la tomodensitométrie et les examens de médecine nucléaire. Mais certaines de ces épreuves peuvent être réalisées sans danger durant la grossesse et peuvent donner à votre médecin des renseignements additionnels qui lui serviront à trouver de meilleurs traitements pour votre cancer.

  • La recherche a démontré que l'intensité des radiations lors d'une radiographie (avec une protection radiologique appropriée) réalisée pour diagnostiquer un cancer est trop faible pour nuire au fœtus.
  • La tomodensitométrie utilise une intensité de radiations plus élevée que la radiographie courante et montre avec une précision beaucoup plus grande les organes et les structures internes. Elle peut se révéler très utile pour poser un diagnostic de cancer ou déterminer la propagation du cancer. Cependant, la tomodensitométrie de l’abdomen ou du bassin ne doit être effectuée qu’en cas de nécessité absolue pour planifier le traitement du cancer.
  • Les épreuves effectuées peuvent nuire ou non au fœtus, et cela dépend du stade de la grossesse, du nombre et du type de rayons X utilisés, de la quantité de radiations employées et du recours ou non à une protection radiographique pour le fœtus. Pour une radiographie ou une tomodensitométrie, on recouvre toujours l’abdomen de la mère d’un écran de protection en plomb afin d’offrir une protection supplémentaire.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) et l'échographie sont considérées sans danger lors d'une grossesse puisqu'elles n'ont pas recours aux radiations. L'examen physique et de nombreux types de biopsies sont également des moyens inoffensifs et importants pour diagnostiquer un cancer.

Retour au menu

Traiter un cancer pendant une grossesse

Le traitement du cancer lors d'une grossesse est très complexe. De nombreuses personnes pensent que les traitements du cancer nuisent toujours à la mère ou au bébé. Autrefois, les médecins recommandaient souvent de ne pas continuer (d’arrêter) la grossesse en raison de cette préoccupation.

Avant de recevoir un traitement du cancer et pendant toute votre grossesse, votre obstétricien évaluera l’âge du fœtus, la maturité du fœtus et la date d’accouchement prévue afin de mieux planifier votre traitement et de s’assurer que le bébé se développe correctement.

L’équipe de soins de santé déterminera les meilleures options de traitement pour la mère, en tenant compte également des risques possibles pour le fœtus. Les options de traitement pour une femme enceinte atteinte de cancer sont les mêmes que pour une femme qui n’est pas enceinte et qui est atteinte de cancer, mais il se pourrait qu’on doive changer la manière et le moment d’administrer le traitement.

Le type de traitement et le moment où on l'entreprendra dépendent de nombreux facteurs dont :

  • emplacement du cancer
  • type de cancer
  • stade du cancer
  • âge du foetus (depuis combien de temps la femme est enceinte)
  • désirs de la mère

Le traitement est adapté à chaque femme. Les traitements du cancer employés lors d'une grossesse peuvent comporter la chirurgie, la chimiothérapie et parfois la radiothérapie, mais on y a recours seulement après les avoir bien étudiés et planifiés afin de s'assurer que la mère et l'enfant ne seront pas en danger.

Certains traitements du cancer peuvent nuire au fœtus, en particulier lors des 3 premiers mois de la grossesse, soit le premier trimestre. C’est pendant cette période que la structure et les organes du bébé se développent. On retarde donc parfois certains traitements jusqu'au deuxième ou au troisième trimestre.

Lorsqu'un cancer est diagnostiqué dans les derniers temps d'une grossesse, on peut parfois attendre que le bébé soit né avant d'administrer le traitement. Le médecin pourrait également envisager de déclencher, ou de provoquer, l'accouchement avant terme.

Dans le cas de certains cancers dont le stade est très précoce, comme un cancer du col de l'utérus à un stade très précoce, il peut être sans danger de mener la grossesse à terme et de retarder le traitement jusqu'après la naissance du bébé.

Dans certains cas, la femme et le médecin doivent décider si la grossesse doit être interrompue. Entreprendre un traitement immédiat pourrait être l'option qui nuirait le moins à certaines femmes atteintes d'un cancer agressif ou avancé détecté tôt dans la grossesse.

Chirurgie

En général, la chirurgie est le traitement qui engendre le moins de risques pour le fœtus et elle pourrait être considérée comme le traitement le plus sécuritaire de certains cancers, en particulier après le premier trimestre. Les progrès effectués en chirurgie et en anesthésie ainsi qu'une surveillance attentive de la mère et de l'enfant font en sorte qu’il est possible de réduire le risque à la fois pour la mère et l’enfant.

Chimiothérapie et autres traitements médicamenteux

En chimiothérapie, on a recours à des agents anticancéreux pour traiter le cancer. Il s'agit d'un traitement systémique, ce qui signifie que le médicament circule dans tout le corps et détruit les cellules cancéreuses. Les agents chimiothérapeutiques et d’autres médicaments utilisés dans le traitement du cancer sont toxiques et peuvent nuire au fœtus, en particulier s'ils sont administrés au cours du premier trimestre de la grossesse, lorsque les organes du fœtus se développent.

Une chimiothérapie administrée au cours du premier trimestre d'une grossesse peut causer des anomalies congénitales ou faire en sorte que le poids du bébé sera faible à la naissance ou encore provoquer une fausse couche. Lorsque la chimiothérapie est administrée lors du premier trimestre, le risque d'anomalies congénitales varie selon la chimiothérapie utilisée.

Certains effets de la chimiothérapie et d’autres traitements médicamenteux sur le fœtus ne sont pas encore connus, en particulier s'il s'agit de nouveaux médicaments comme ceux qu'on emploie pour les thérapies biologiques ou les traitements ciblés.

Puisqu’il n’y a pas eu beaucoup de suivi à long terme des enfants exposés à la chimiothérapie alors qu’ils étaient dans l’utérus, nous ne disposons pas de beaucoup d’information sur les effets à long terme de cette exposition, par exemple par rapport à l’aptitude à la réflexion et le développement du cerveau et du comportement. Une étude récente a permis de suivre, jusqu’à l’âge de 18,5 ans, des enfants qui avaient été exposés à la chimiothérapie pendant leur vie utérine au cours du premier trimestre de la grossesse. Cette étude a montré que les enfants étaient toujours fertiles (ils seront capables de concevoir ou d’engendrer des enfants) et qu’ils ne présentaient aucun trouble des nerfs ou problèmes psychologiques.

Au cours du deuxième ou du troisième trimestre, on peut administrer certains agents chimiothérapeutiques et autres médicaments sans nuire au fœtus. Le placenta offre une certaine protection. Le placenta se développe durant la grossesse et relie les vaisseaux sanguins de la mère et du bébé. Il fournit les éléments nutritifs et expulse les déchets. Il agit également en tant que barrière entre la mère et le fœtus, ce qui empêche de nombreux agents chimiothérapeutiques de le traverser. Mais l'administration d'une chimiothérapie lors du deuxième ou du troisième trimestre est associée à un accouchement prématuré et à un bébé dont le poids est faible à la naissance.

La chimiothérapie et d’autres traitements médicamenteux peuvent également provoquer des problèmes de santé chez la femme, comme l'infection, l'anémie ou les nausées et vomissements. Ces problèmes peuvent nuire indirectement au fœtus.

Radiothérapie

En radiothérapie, on a recours à des rayons X ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses et réduire la taille des tumeurs. Les radiations peuvent nuire au fœtus, en particulier durant le premier trimestre lorsque les organes du bébé et son système nerveux central se développent, c'est pourquoi on n'administre habituellement pas de radiothérapie pendant cette période. L'administration d'une radiothérapie lors du deuxième ou du troisième trimestre dépend de la dose d'irradiation et de la région à traiter.

Quand on peut avoir recours à la radiothérapie, on planifie avec soin le traitement des femmes enceintes dont le cancer est situé loin du bassin (comme un cancer du sein ou de la tête et du cou). On emploie des écrans ou des blocs de plomb pour réduire le plus possible la quantité de radiations émise vers le fœtus. Il est habituellement possible d’attendre que le bébé soit né avant d'administrer une radiothérapie pour le cancer du sein.

Un cancer qui affecte le bassin d'une femme enceinte ne peut être traité efficacement par radiothérapie sans causer des problèmes graves au fœtus. Dans ce cas, si la femme est enceinte de 1 à 26 semaines, le médecin recommande souvent de ne pas poursuivre la grossesse. De plus, les radiations ne sont habituellement pas recommandées peu importe le stade de la grossesse. Les effets possibles sur le fœtus pendant cette période comprennent la malformation des organes, un cerveau de petit volume, un retard mental, des retards de développement, un arrêt de croissance prématuré et d’autres anomalies de croissance.

La Commission Internationale de Protection Radiologique a élaboré des lignes directrices sur les doses inoffensives d’exposition aux radiations pendant la grossesse. Si le fœtus est exposé à une dose supérieure à celle jugée inoffensive, le médecin recommandera d’interrompre la grossesse.

Retour au menu

Pronostic

Le pronostic pour une femme enceinte atteinte de cancer est souvent le même que celui des autres femmes du même âge qui sont atteintes du même type de cancer de même stade. De façon générale, la plupart des cancers n’affectent pas négativement une grossesse, et la grossesse n’affecte pas le pronostic lié au cancer. Toutefois, les traitements de cancer peuvent avoir un effet nuisible sur le fœtus. Si un cancer n’est pas détecté précocement à cause d'une grossesse, le pronostic global de la femme peut être moins encourageant que pour une femme qui n'est pas enceinte et dont le diagnostic a été posé plus tôt.

Il est possible que la grossesse affecte le comportement de certains cancers. Par exemple, les changements hormonaux qui se produisent lors d'une grossesse peuvent stimuler le développement de certains cancers, comme le mélanome.

Retour au menu

Effets du cancer sur le fœtus

Les effets du cancer sur le fœtus sont encore en grande partie inconnus, mais il semble que le cancer n’a que rarement un effet direct sur le fœtus. Seuls quelques types de cancers peuvent se propager de la mère au fœtus, dont le mélanome, le cancer du poumon à petites cellules, le lymphome non hodgkinien et la leucémie.

Si le cancer ne s’est pas propagé au nouveau-né, aucun traitement préventif (prophylactique) ne sera administré au bébé. Cependant, l’équipe de soins de santé surveillera étroitement le bébé afin de détecter tout signe précoce de cancer, s’il y a risque de propagation du cancer à partir de la mère.

Retour au menu

Allaitement

Les cellules cancéreuses ne peuvent être transmises au nouveau-né par le lait maternel. Mais les agents chimiothérapeutiques et d’autres médicaments peuvent être transférés au bébé, et cela peut avoir des effets nuisibles. De plus, des substances radioactives qu’on peut prendre sous forme de boisson ou de pilule (comme l’iode radioactif employé pour traiter le cancer de la glande thyroïde) peuvent aussi passer dans le lait maternel et nuire au bébé. On conseille donc souvent aux femmes traitées pour un cancer de ne pas allaiter.

Demandez toujours à votre équipe de soins de santé si l’allaitement est sans danger.

Retour au menu

Histoires

Carol Leuken Prairie Women on Snowmobiles est une expérience qui vous transforme à jamais.

Plus de details

Accès aux services offerts dans votre communauté

Illustration de maisons côte à côte

Le répertoire de services à la communauté de la Société canadienne du cancer aide les personnes atteintes de cancer et leurs familles à trouver les services et programmes disponibles dans leur communauté.

Apprenez-en plus