Logo Société canadienne du cancer

Cancer du vagin

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer du vagin

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive parfois que le cancer du vagin se développe chez des femmes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

Le risque d’être atteinte du cancer du vagin augmente avec l'âge. Le cancer du vagin affecte surtout les femmes âgées de plus de 60 ans.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

 

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer du vagin.

Infection au virus du papillome humain (VPH)

De nombreuses femmes, en particulier de jeunes femmes, qui sont atteintes du cancer du vagin ont une infection au VPH. Mais avoir une infection au VPH ne signifie pas que vous serez atteintes du cancer du vagin. Beaucoup de types différents de VPH peuvent infecter le vagin. Seuls quelques-uns causent des changements anormaux dans les cellules qui peuvent évoluer en cancer.

Apprenez-en davantage sur le virus du papillome humain (VPH).

Exposition au diéthylstilbestrol (DES)

Le DES est une forme synthétique d’œstrogène. Entre 1940 et 1971, on a eu recours au DES pour aider à prévenir les fausses couches chez les femmes qui éprouvaient certains problèmes en cours de grossesse.

Les femmes dont la mère a pris du DES lors de sa grossesse présentent un risque plus élevé que la moyenne d'être atteintes d’un adénocarcinome à cellules claires du vagin. Le risque semble être plus élevé chez les femmes dont la mère a pris du DES au cours des 16 premières semaines de sa grossesse. L'âge moyen auquel les femmes reçoivent un diagnostic de cancer du vagin lié au DES est beaucoup plus bas que pour les autres types de cancers du vagin.

Puisqu’on n’a pas administré de DES aux femmes enceintes depuis 1971, moins de femmes sont maintenant atteintes d’un cancer du vagin lié au DES.

Antécédents personnels d'états précancéreux

Les femmes ayant reçu un diagnostic de néoplasie intra-épithéliale vaginale (VAIN) ou de dysplasie cervicale risquent davantage d’être atteintes du cancer du vagin. On a démontré que le VPH est lié au développement de la dysplasie cervicale et de la VAIN.

Antécédents personnels de cancer du col de l'utérus, de la vulve ou de l'anus

Les femmes ayant reçu un diagnostic de cancer du col de l'utérus, de la vulve ou de l'anus risquent davantage d'être atteintes d'un cancer du vagin. C'est peut-être dû au fait que ces cancers ont des facteurs de risque semblables, comme l'infection au VPH.

Radiothérapie antérieure

Les femmes qui ont déjà reçu une radiothérapie pour traiter un cancer du col de l'utérus risquent davantage d’être atteintes du cancer du vagin.

Système immunitaire affaibli

Le système immunitaire peut être affaibli par les médicaments immunosuppresseurs qu’une personne prend après une greffe d’organe. Ces médicaments aident à empêcher le corps de rejeter l’organe greffé. Il peut aussi être affaibli par une infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

Un système immunitaire affaibli peut atténuer les défenses naturelles du corps contre les infections et les maladies. Il est susceptible d’accroître le risque d’une femme d’avoir des infections au VPH et le risque qu’une infection au VPH ne disparaisse pas. Quand le système immunitaire est affaibli, la probabilité que des changements précancéreux dans les cellules du vagin évoluent en cancer du vagin est plus grande.

Facteurs de risque possibles

On a établi un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du vagin, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer du vagin.

Tabagisme

Certaines études laissent entendre que le tabagisme peut être un facteur de risque du cancer du vagin. La preuve liant le tabagisme au cancer du vagin n’est pas aussi solide que celle qui lie le tabagisme au cancer du col de l’utérus. Mais le tabagisme fait en sorte qu’une infection au VPH risque davantage de ne pas disparaître d’elle-même. Cela pourrait aider à expliquer pourquoi le tabagisme est susceptible d’être un facteur de risque du cancer du vagin.

Irritation vaginale

De petites études établissent un lien entre le cancer du vagin et l’irritation vaginale prolongée due à l'emploi d'un pessaire (dispositif qui maintient l'utérus en place). Il n’y a pas eu assez de recherches pour confirmer ce lien.

Hystérectomie

L’hystérectomie est une chirurgie qui permet d’enlever l’utérus, ou matrice. Certaines études établissent un lien entre l’hystérectomie et une hausse du risque de cancer du vagin. C’est peut-être parce l'hystérectomie est associée à d'autres facteurs de risque, comme la présence antérieure d'un cancer du col de l'utérus.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si la consommation d’alcool est liée au cancer du vagin. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres études afin de savoir si l’alcool est un facteur de risque du cancer du vagin.

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Tuli Chowdhury J’encourage tout le monde à faire du bénévolat pour la Société canadienne du cancer, et en particulier les jeunes, de poursuivre l’adolescente.

Lisez l’histoire de Tuli

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus