Cancer du thymus

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le cancer du thymus

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On administre habituellement une radiothérapie pour traiter le cancer du thymus. Votre équipe de soins prendra en considération vos besoins personnels pour choisir le type de radiothérapie, la dose à administrer, la façon de le faire et l’horaire à suivre. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

On administre parfois une radiothérapie et une chimiothérapie pendant la même période pour traiter le cancer du thymus. C’est ce qu’on appelle une chimioradiothérapie.

On administre la radiothérapie pour différentes raisons. Vous pouvez recevoir seulement une radiothérapie ou également une chimiothérapie pendant la même période pour :

  • détruire les cellules cancéreuses qui restent après la chirurgie ou la chimiothérapie afin de réduire le risque de réapparition du cancer (traitement adjuvant);
  • réduire la taille de la tumeur avant d’autres traitements comme une chirurgie ou une chimiothérapie (traitement d’induction);
  • contrôler le développement des cellules cancéreuses dans le corps quand on ne peut pas pratiquer de chirurgie (cancer inopérable);
  • maîtriser la douleur et d’autres symptômes d’un cancer du thymus de stade avancé (traitement palliatif).

On a le plus souvent recours aux types suivants de radiothérapie pour traiter le cancer du thymus.

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations à travers la peau jusqu’à la tumeur ou la région où se trouvait la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure. On peut l’administrer seule ou en même temps qu’une chimiothérapie.

On a surtout recours à la radiothérapie externe pour traiter les cancers du thymus de stade 3 ou 4. Selon la taille de la tumeur, on peut l’administrer avant ou après la chirurgie. Mais on peut aussi traiter certains cancers du thymus de stade 1 ou 2 comme dans les cas suivants :

  • On n’a pas enlevé complètement le cancer par chirurgie.
  • Le cancer est présent dans la marge chirurgicale ou tout près.
  • Le cancer est de type B1, B2 ou B3 selon la classification de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).
  • Le cancer est un carcinome thymique.
  • La tumeur est fixée au péricarde.

On peut aussi avoir recours à la radiothérapie externe comme traitement principal s’il n’est pas possible de pratiquer une chirurgie.

On administre habituellement la radiothérapie externe une fois par jour, 5 jours par semaine, pendant 5 à 7 semaines. La durée du traitement dépend de facteurs tels que la taille et l’emplacement du cancer, le moment où l’on a recours à la radiothérapie, la dose et votre état de santé global.

Curiethérapie

La curiethérapie est un type de radiothérapie interne. On se sert d’une substance radioactive appelée radio-isotope. On la place directement dans la tumeur ou très près. On peut aussi mettre les substances radioactives dans la région où se trouvait la tumeur avant qu’on l’enlève. La radiation détruit les cellules cancéreuses au fil du temps.

On n’a habituellement pas recours à la curiethérapie. Mais on peut l’administrer comme traitement palliatif du thymome qui s’est propagé aux bronches (endobronchique), en particulier quand on a déjà employé la radiothérapie externe. On administre une seule dose élevée de radiation en peu de temps, ce qu’on appelle curiethérapie à haut débit de dose.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer du thymus, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Mais il est possible que les cellules saines soient endommagées et qu’elles provoquent ainsi des effets secondaires. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

La radiothérapie est planifiée avec beaucoup de soin afin de s’assurer que les organes situés près du thymus (le cœur et les poumons) sont protégés des radiations autant que possible, tout en veillant à ce que la région atteinte par le cancer soit traitée.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout de la taille de la région traitée, de la région ou des organes spécifiques traités, de la dose totale, du mode d’administration et de l’administration concomitante d’une chimiothérapie. Voici certains effets secondaires courants de la radiothérapie pour le cancer du thymus :

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et les effets secondaires de la radiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la radiothérapie à votre équipe de soins.

marge

Partie de tissus normaux entourant une tumeur qui est enlevée en même temps que la tumeur durant la chirurgie.

La marge chirurgicale peut être décrite comme étant négative ou saine si aucune cellule cancéreuse n’est détectée sur le bord du tissu prélevé. Elle peut être décrite comme étant positive ou atteinte si des cellules cancéreuses sont détectées sur le bord du tissu, ce qui signifie que les cellules cancéreuses n’ont pas toutes été enlevées.

péricarde

Enveloppe constituée d’une double couche de tissus qui entoure le coeur et le protège. Le péricarde produit un liquide qui agit comme lubrifiant de manière à ce que le coeur puisse bouger normalement à l'intérieur de la cage thoracique.

bronches

Larges tubes, ou conduits aériens, qui forment un embranchement allant de la trachée aux poumons où ils se ramifient en conduits plus petits (bronchioles) qui se terminent par les alvéoles pulmonaires (sacs alvéolaires). Les bronches laissent passer l'air qui entre dans les poumons et qui en sort.

L’adjectif bronchique désigne tout ce qui est relatif aux bronches, comme dans adénome bronchique.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

La Dre Jean Marshall, chercheuse La Dre Jean Marshall étudie une nouvelle stratégie prometteuse pour mettre le cancer du sein en échec.

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus