Cancer du thymus

Vous êtes ici:

Statistiques de survie pour le cancer du thymus

Les statistiques de survie au cancer du thymus sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. Votre médecin peut vous expliquer les statistiques sur le cancer du thymus et ce qu’elles signifient pour vous.

Survie relative

La survie relative sert à déterminer quelle est la probabilité qu’une personne atteinte de cancer soit encore en vie après son diagnostic comparativement à des personnes qui font partie de la population générale et qui n’ont pas le cancer, mais qui présentent des caractéristiques semblables, comme l’âge et le sexe.

Au Canada, on ne consigne pas séparément les statistiques de survie relative après 5 ans pour le cancer du thymus. Mais aux États-Unis, on a consigné ces statistiques. Elles sont susceptibles de présenter des résultats semblables au Canada. Selon les statistiques américaines, la survie relative après 5 ans est de 66 %, ce qui signifie qu’une personne ayant reçu un diagnostic de cancer du thymus aurait, en moyenne, 66 % de chances de vivre au moins 5 ans à la suite de son diagnostic comparativement à une personne dans la population générale. Aux États-Unis, la survie relative après 10 ans est de 51 %.

D’autres statistiques canadiennes après 5 ans incluent le cancer du thymus dans un groupe appelé cancers d’autres glandes endocrines. Les cancers d’autres glandes endocrines comprennent des cancers similaires dont les statistiques sont regroupées et consignées ensemble. Ces statistiques ne reflètent pas nécessairement la survie réelle de chacun des cancers du groupe. La survie relative après 5 ans pour les cancers d’autres glandes endocrines est de 63 %.

Survie observée

La survie observée correspond au pourcentage de personnes atteintes d'un type particulier de cancer qui vivent encore à un moment spécifique après avoir reçu leur diagnostic. Comme la survie observée ne tient pas compte de la cause du décès, les personnes qui ne sont plus en vie 5 ans après leur diagnostic peuvent être décédées du cancer ou d’une autre cause.

Une survie observée de 70 % après 5 ans, par exemple, signifie qu’une personne a, en moyenne, 7 chances sur 10 d’être encore en vie 5 ans après avoir reçu son diagnostic.

Les statistiques sur le cancer du thymus sont consignées sous forme de survie observée.

Survie selon le type et le stade

La survie varie selon le stade du cancer du thymus et le type de cancer en fonction de la classification de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En général, le thymome engendre une meilleure survie que le carcinome thymique. Il arrive souvent que le carcinome thymique se développe rapidement et qu’on ne le détecte qu’à un stade avancé, ce qui risque de le rendre plus difficile à traiter.

On ne dispose pas de statistiques canadiennes spécifiques sur les différents stades et types de cancer du thymus. Les renseignements suivants sont tirés de diverses sources et comprennent des statistiques provenant d’autres pays susceptibles de présenter des résultats similaires au Canada.

Survie au carcinome thymique
StadeSurvie observée après 5 ans

1 et 2

74 %

3

33 %

4

24 %

Survie au thymome
StadeSurvie observée après 5 ans

1

74 %

2

73 %

3

64 %

4

45 %

Questions sur la survie

Discutez de votre pronostic avec votre médecin. Le pronostic repose sur de nombreux facteurs dont ceux-ci :

  • vos antécédents de santé
  • le type de cancer et les types de cellules qui forment la tumeur
  • le stade du cancer
  • les traitements choisis
  • comment le cancer réagit au traitement

Seul un médecin qui connaît bien ces facteurs peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr Michael Chaiton, chercheur Le Dr Michael Chaiton recueille des données sur le nombre de tentatives effectuées avant l’abandon du tabagisme.

Plus de details

Financer des projets de recherche de calibre international

Icône – papier

Le cancer touche tous les Canadiens, mais ensemble, nous pouvons réduire le fardeau en investissant dans la recherche et la prévention. Découvrez l’impact de la recherche que nous finançons.

Apprenez-en plus