Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’estomac

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer de l’estomac

On fait souvent une chirurgie pour traiter le cancer de l’estomac. Le type de chirurgie effectuée dépend surtout de la taille et de l’emplacement de la tumeur. Lorsque votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle considérera aussi d’autres facteurs, comme :

  • le type de cancer de l’estomac
  • votre âge
  • le fonctionnement des organes
  • votre état nutritionnel (une mesure du degré auquel les besoins nutritionnels de votre corps sont bien comblés)

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Vous pourriez subir une chirurgie pour :

  • tenter de guérir le cancer en enlevant toute la tumeur et les ganglions lymphatiques qui l’entourent
  • reconstruire le tube digestif après avoir enlevé l’estomac (cette chirurgie est pratiquée au cours de la même intervention)
  • soulager les symptômes d’un cancer de l’estomac de stade avancé (traitement palliatif)

Évaluation avant la chirurgie

Il faut être le plus en santé possible avant une chirurgie pour le cancer de l’estomac, car il s’agit d’une opération qui peut être difficile et dont il peut être pénible de se rétablir. Avant la chirurgie, une personne atteinte d’un cancer de l’estomac subit donc une évaluation complète, laquelle peut comprendre les éléments suivants.

Un bilan complet des antécédents médicaux et un examen physique peuvent être effectués. Faites part au chirurgien des chirurgies de l’abdomen que vous avez déjà subies. Celles-ci peuvent avoir une influence sur sa capacité d’enlever l’estomac et de reconstruire le tube digestif de façon sécuritaire.

On peut effectuer des analyses de sang, comme une formule sanguine complète, des analyses biochimiques sanguines, un profil de coagulation ainsi que des épreuves de fonction hépatique et de fonction rénale.

On effectue des épreuves de fonction cardiaque et de fonction pulmonaire pour s’assurer que vous êtes en assez bonne santé pour subir la chirurgie. On pourrait vous enseigner des exercices particuliers pour tousser et respirer de manière à garder les poumons libres de toute congestion. Il est très important de cesser de fumer au moins un mois avant la chirurgie. Le tabagisme augmente le risque d’infection pulmonaire (pneumonie), de mauvaise cicatrisation des plaies, d’accident vasculaire cérébral et de caillots sanguins.

On fait une évaluation de l’état nutritionnel pour déterminer votre poids et la quantité de nourriture que vous mangez. Les personnes atteintes d’un cancer de l’estomac peuvent être mal nourries et avoir un poids insuffisant si elles étaient incapables de manger avant de recevoir leur diagnostic. Vous pourriez devoir prendre des suppléments nutritionnels ou être nourri par sonde ou par voie intraveineuse avant et après la chirurgie afin de reprendre du poids et d’améliorer votre état nutritionnel et votre santé.

On a recours aux types de chirurgie suivants pour traiter le cancer de l’estomac. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Résection muqueuse endoscopique

La résection muqueuse endoscopique (RME) est une chirurgie très spécialisée qui permet de traiter un petit (moins de 2 cm) cancer de l’estomac de stade précoce qui ne s’est pas propagé au-delà du revêtement interne de l’estomac (appelé muqueuse gastrique). Pour faire la RME, on insère un endoscopeendoscopeInstrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps. dans la bouche et on le fait descendre par la gorge jusqu’à l’estomac. On injecte de l’eau salée sous la tumeur pour la dégager de la paroi de l’estomac et la rendre plus facile à enlever.

Si des cellules cancéreuses se trouvent sur la surface coupée du tissu enlevé ou près d’elle (on dit alors que les marges chirurgicales sont positives), une autre chirurgie sera nécessaire pour enlever l’estomac. Si la marge ne renferme aucune cellule cancéreuse et qu’il n’y en a pas près d’elle, une endoscopie sera faite chaque année pour vérifier que le cancer n’est pas réapparu dans le revêtement de l’estomac (qu’il n’y a pas de récidive).

Au Canada, on traite très peu souvent le cancer de l’estomac de cette façon puisqu’on le détecte rarement à un stade aussi précoce.

Laparoscopie exploratrice

La laparoscopie exploratrice est effectuée à l’aide d’un laparoscopelaparoscopeIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter les organes situés à l’intérieur de l’ abdomen et du bassin. inséré dans l’abdomen à travers de petites incisions chirurgicales. Cette intervention sert parfois à voir si le cancer s’est propagé de l’estomac à d’autres parties de l’abdomen (par exemple, le foie ou le pancréas). Il est possible que le médecin détecte de petites tumeurs qui n’ont pas été observées lors des examens d’imagerie. Les résultats de la laparoscopie exploratrice aident le médecin à décider quel autre type de chirurgie est nécessaire.

Résection limitée

Lors d’une résection limitée (aussi appelée résection cunéiforme), on enlève une partie de la paroi gastrique comprenant la tumeur ainsi qu’une marge de tissus sains autour de la tumeur. Elle est parfois effectuée pour traiter un petit (moins de 3 cm) cancer de l’estomac de stade précoce

On fait souvent une endoscopie au même moment pour déterminer avec précision l’emplacement de la tumeur. La résection limitée peut être faite par laparotomie (chirurgie ouverte de l’abdomen) ou par laparoscopie.

Gastrectomie

La gastrectomie est la chirurgie qu’on pratique le plus souvent pour traiter le cancer de l’estomac. La gastrectomie est l’ablation de l’estomac, en partie ou en totalité, à travers une incision pratiquée dans l’abdomen. D’autres structures ou organes (tels que la rate ou l’épiploonépiploonRepli du péritoine (membrane tapissant les parois de l’abdomen et du bassin) qui recouvre et soutient les organes et les vaisseaux sanguins situés dans l'abdomen.) sont parfois aussi enlevés lors d’une gastrectomie.

Il existe différents types de gastrectomie. Lors d’une gastrectomie totale, on enlève tout l’estomac. Lors d’une gastrectomie partielle, on enlève une partie de l’estomac, habituellement la moitié supérieure (proximale) ou la moitié inférieure (distale). Le type choisi dépend de l’emplacement de la tumeur dans l’estomac et du stade du cancer.

 

Dans la plupart des cas, on effectue la gastrectomie à travers une grande incision pratiquée dans l’abdomen (laparotomie). Ces dernières années, des chirurgiens ont commencé à enlever l’estomac par laparoscopielaparoscopieIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter les organes situés à l’intérieur de l’ abdomen et du bassin..

Gastrectomie partielle distale

On a recours à la gastrectomie partielle distale si la tumeur est située dans la partie inférieure (distale) de l’estomac. Cette chirurgie permet d’enlever :

  • la partie inférieure de l’estomac (la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain tout autour)
  • une partie du duodénumduodénumPremière partie de l’intestin grêle qui reçoit la nourriture partiellement digérée venant de l’estomac, absorbe les éléments nutritifs et rejette les aliments digérés dans le jéjunum. Le duodénum reçoit aussi les sucs digestifs du pancréas et la bile (liquide jaune verdâtre qui aide à digérer les gr
  • les ganglions lymphatiques dans la région qui entoure l’estomac

En général, on reconstruit ensuite le tube digestif en rattachant une partie de l’intestin grêle (appelée jéjunumjéjunumPartie centrale de l’intestin grêle qui reçoit les aliments partiellement digérés venant du duodénum, absorbe le plupart des éléments nutritifs et des graisses et rejette les résidus alimentaires dans l’iléon.) à la partie supérieure restante de l’estomac. On déplace le canal biliaire qu’on fait entrer dans la partie restante du duodénum, en dessous de l’endroit où l’estomac et le jéjunum sont rattachés (dérivation avec anse de Roux en Y).

Gastrectomie proximale

On a recours à la gastrectomie proximale si la tumeur est située dans la partie supérieure (proximale) de l’estomac et dans la région où l’estomac se joint à l’œsophage (jonction œsophago-gastrique). Cette chirurgie permet d’enlever :

  • la partie supérieure de l’estomac (la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain tout autour)
  • la partie inférieure de l’œsophage, en partie ou en totalité
  • les ganglions lymphatiques dans la région qui entoure l’estomac

On reconstruit ensuite le tube digestif en remontant la partie restante de l’estomac jusqu’à la partie restante de l’œsophage (transposition gastrique).

Gastrectomie totale

On a recours à la gastrectomie totale pour traiter un cancer qui s’est propagé dans tout l’estomac ou une tumeur qui se trouve dans la partie centrale ou supérieure de l’estomac. Cette chirurgie permet d’enlever :

  • tout l’estomac
  • la partie inférieure de l’œsophageœsophageTube musculaire présent dans le cou et le thorax et par lequel la nourriture passe du pharynx (gorge) à l'estomac.
  • la première partie du duodénum
  • une partie ou la totalité de tout organe voisin où la tumeur gastrique s’est propagée, comme le pancréas, la rate ou le foie
  • les ganglions lymphatiques qui entourent l’estomac, près de la région de la tumeur

On reconstruit ensuite le tube digestif :

  • La partie restante du duodénum est séparée du jéjunum alors qu’elle est encore fixée au canal biliaire provenant du foie et au canal pancréatique provenant du pancréas.
  • Le jéjunum est rattaché à l’extrémité restante de l’œsophage.
  • La partie restante du duodénum est fixée en dessous de l’endroit où l’œsophage et le jéjunum sont rattachés (dérivation avec anse de Roux en Y).
    •  

Cela permet à la bile et aux sucs pancréatiques d’entrer dans l’appareil digestif sans endommager la partie restante de l’œsophage.

Curage ganglionnaire

On classe le type de curage ganglionnaire selon l’emplacement des ganglions lymphatiques qui sont enlevés. Lors d’un curage ganglionnaire de type D1, on enlève les ganglions lymphatiques fixés à la paroi externe de la région de l’estomac où est située la tumeur. Lors d’un curage ganglionnaire de type D2, on enlève les mêmes ganglions que lors d’un curage ganglionnaire de type D1, en plus des ganglions lymphatiques entourant plusieurs gros vaisseaux sanguins voisins de l’estomac. Le curage ganglionnaire de type D2 est une opération plus longue et plus compliquée.

Chirurgie palliative

On peut avoir recours à la chirurgie pour soulager les symptômes d’un cancer de l’estomac de stade avancé, tels que :

  • les saignements
  • la douleur
  • l’incapacité de manger
  • une obstruction, ou blocage (une tumeur peut bloquer l’entrée ou le passage des aliments dans l’estomac)
  • une perforation (une tumeur peut traverser la paroi de l’estomac et créer une ouverture vers l’abdomen)

Le type de chirurgie palliative pratiqué dépend de vos symptômes, de l’emplacement de la tumeur gastrique ainsi que de votre état de santé global, de votre état nutritionnel et de votre indice fonctionnelindice fonctionnelMesure de la capacité d’une personne à effectuer des tâches courantes ainsi que ses activités quotidiennes..

Dérivation gastrique

On peut avoir recours à la dérivation chirurgicale pour détourner le passage des aliments et des liquides autour d’une tumeur gastrique qui bloque l’estomac ou l’œsophage. On coupe la partie de l’estomac qui se trouve au-dessus du blocage, puis on la rattache à l’intestin grêle. Cela permet aux aliments de passer par l’estomac avant de se rendre à l’intestin grêle. La dérivation gastrique est parfois aussi appelée gastrojéjunostomie.

On pourrait faire une dérivation gastrique si vous ne pouvez pas subir de gastrectomie en raison de problèmes de santé ou si le fait d’enlever la tumeur n’améliorerait pas votre qualité de vie.

Résection limitée

On peut également effectuer une résection limitée (décrite précédemment) chez les personnes atteintes d’un cancer de l’estomac avancé. Dans ce cas, le but de la chirurgie est d’enlever la plus grande partie possible de la tumeur afin de dégager une obstruction ou de maîtriser un saignement qu’il est difficile d’arrêter.

Mise en place d’une endoprothèse

Une endoprothèse est un tube creux fait de métal ou de plastique. On peut mettre en place une endoprothèse quand une tumeur bloque l’ouverture de l’estomac située près de l’œsophage. Cela permet à la personne atteinte d’un cancer de l’estomac de stade avancé d’avaler plus facilement. On peut aussi placer l’endoprothèse près de l’ouverture du duodénum, de façon à permettre à la nourriture de passer de l’estomac à l’intestin grêle.

Le médecin met l’endoprothèse en place à l’aide d’un endoscopeendoscopeInstrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps.. Il insère l’endoscope dans la bouche et le fait descendre dans l’œsophage jusque dans l’estomac.

Ablation endoscopique de la tumeur

L’ablation endoscopique de la tumeur est une chirurgie au laser visant à détruire une partie de la tumeur gastrique. On peut envisager ce traitement chez les personnes atteintes d’un cancer de l’estomac avancé qui ne peuvent tolérer la chirurgie, pour arrêter un saignement ou dégager une obstruction causée par la tumeur. Cette intervention peut aussi aider une personne à se nourrir plus facilement.

Mise en place d’une sonde d’alimentation

Si la chirurgie ou d’autres méthodes ne permettent pas de dégager le blocage causé par la tumeur gastrique, il se pourrait qu’on insère une sonde d’alimentation dans une ouverture chirurgicale pratiquée dans l’abdomen de la personne atteinte d’un cancer de l’estomac de stade avancé. On peut également avoir recours à la sonde d’alimentation pendant une courte période à la suite d’une chirurgie du cancer de l’estomac.

On utilise une sonde d’alimentation pour nourrir une personne par voie liquide afin de l’aider à maintenir un poids santé. Elle sert également à administrer des médicaments. On peut placer la sonde d’alimentation dans :

  • l’estomac (sonde de gastrostomie)
  • l’intestin grêle (sonde de jéjunostomie)

Chirurgie pour traiter une occlusion intestinale

Une occlusion intestinale (ou blocage intestinal) survient lorsque l’intestin grêle ou le côlon est partiellement ou complètement obstrué. Cette obstruction empêche la nourriture, les liquides et les gaz de circuler normalement dans les intestins. En cas d’occlusion intestinale, une chirurgie peut être nécessaire pour enlever ou contourner la partie de l’intestin qui est bloquée.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Jason Gilliland Le Dr Jason Gilliland fait la promotion de l’activité physique auprès des enfants.

Plus de details

Faire face au fardeau financier du cancer

Illustration de pièces de monnaie

La Société canadienne du cancer fournit de précieux renseignements sur les programmes gouvernementaux en matière de revenu, l’aide financière et les autres ressources à la disposition des familles qui essaient de boucler leur budget en cette période difficile.

Apprenez-en plus