Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’intestin grêle

Vous êtes ici:

Soins de soutien pour le cancer de l’intestin grêle

Les soins de soutiensoins de soutienTraitement administré afin d’améliorer la qualité de vie d’une personne atteinte d’une maladie grave (comme le cancer). permettent aux gens de surmonter les obstacles physiques, pratiques, émotifs et spirituels engendrés par le cancer de l’intestin grêle. C'est une composante importante des soins apportés aux personnes affectées par cette maladie. De nombreux programmes et services permettent de répondre aux besoins et d'améliorer la qualité de vie de ces personnes et de leurs proches, en particulier une fois que le traitement est terminé.

Se rétablir du cancer de l’intestin grêle et s'adapter à sa vie après le traitement diffèrent pour chaque personne, selon l'étendue de la maladie, le type de traitement administré et bien d'autres facteurs. La fin du traitement d'un cancer peut engendrer des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d'autres questions à régler, comme l'adaptation aux effets secondaires à long terme. Une personne qui a été traitée pour un cancer de l’intestin grêle peut se préoccuper des aspects suivants.

Malabsorption et malnutrition

Le syndrome de l’intestin court est une affection caractérisée par la mauvaise absorption des éléments nutritifs (malabsorption). Il peut se produire quand on a enlevé une grande partie de l’intestin grêle par chirurgie pour traiter un cancer de l’intestin grêle. La surface d’absorption dans le segment d’intestin grêle qui reste pourrait ne pas suffire à absorber assez d’éléments nutritifs dans les aliments.

Le syndrome de l’intestin court peut causer les effets suivants :

  • diarrhée
  • perte de poids
  • anémie
  • mauvaise absorption (malabsorption) des liquides, vitamines et électrolytesélectrolytesSubstance présente dans le sang et d’autres liquides corporels qui est porteuse d’une charge électrique. Les électrolytes sont responsables de l’entrée des éléments nutritifs dans les cellules et de l’évacuation des déchets hors des cellules afin de maintenir l’équilibre des liquides dans le corps e
  • difficulté à bien s’alimenter

Le traitement vise à soulager les symptômes et peut comprendre les mesures suivantes :

  • On établit un régime alimentaire pour chaque personne dont une partie de l’intestin grêle a été enlevée afin qu’elles obtiennent tous les minéraux et vitamines essentiels ainsi que certains types de glucides, de matières grasses et de protéines. On les incite à prendre plus souvent de petits repas. Une diététiste peut aussi leur donner des suggestions pour qu’elles continuent de bien s’alimenter.
  • La personne prend des suppléments de vitamines et de minéraux pour remplacer les pertes (vitamine B12, fer, magnésium et zinc par exemple).
  • La personne peut prendre des médicaments pour ralentir le mouvement normal de l’intestin et donner plus de temps dans l’intestin grêle aux éléments nutritifs.
  • Certaines personnes pourraient avoir besoin d’une nutrition parentérale totale (NPT) – alimentation par voie intraveineuse – si elles n’obtiennent pas suffisamment d’éléments nutritifs par leur alimentation. Il y en a qui reprennent un régime alimentaire normal une fois qu’elles se sont stabilisées.

Le syndrome de l’intestin court peut s’atténuer au fil du temps. Il peut aussi y avoir une hausse graduelle de l’absorption des éléments nutritifs au fur et à mesure que l’intestin grêle s’adapte.

Faire face au cancer

Un diagnostic de cancer peut engendrer la peur et l’anxiété. Pour de nombreuses personnes atteintes d’un cancer de l’intestin grêle, la maladie est avancée quand elles reçoivent leur diagnostic ou bien leur risque de récidive est élevé après la chirurgie. Elles pourraient donc avoir besoin d’aide pour faire face au cancer, à l’incertitude liée au diagnostic ou au traitement et à ce qui pourrait arriver plus tard.

Cliquez sur ce lien pour consulter la liste de questions à poser à votre médecin sur les soins de soutien après un traitement.

Histoires

Paul Newcombe Être bénévole durant le Mois de la jonquille est une expérience incroyablement gratifiante, qu’on ait été touché ou non par le cancer.

Lisez l’histoire de Paul

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus