Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’intestin grêle

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer de l’intestin grêle

Il est possible que les personnes atteintes d'un cancer de l’intestin grêle se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques du cancer de l’intestin grêle.

Stade

Le stade du cancer de l’intestin grêle est un facteur important pour déterminer l’issue. Les personnes dont le cancer de l’intestin grêle est précoce ont un meilleur pronostic que celles dont le cancer est avancé. Comme les symptômes initiaux du cancer de l’intestin grêle sont souvent vagues, le diagnostic peut être posé alors que la maladie est à un stade avancé.

  • Les tumeurs confinées aux couches les plus profondes de l’intestin grêle engendrent le meilleur pronostic.
  • Les tumeurs qui se sont propagées aux ganglions lymphatiques voisins, aux organes adjacents ou à des parties du corps éloignées engendrent un pronostic moins favorable.

Ablation chirurgicale de la tumeur

La chirurgie est le traitement le plus efficace du cancer de l’intestin grêle.

  • Les tumeurs qu’on peut complètement enlever par chirurgie (tumeurs résécables) engendrent un pronostic plus favorable. Quand les marges chirurgicales sont saines après la chirurgie, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de cellules cancéreuses dans le tissu sain qui entoure la tumeur, le pronostic est meilleur.
  • Les tumeurs qu’on ne peut pas enlever par chirurgie (tumeurs non résécables) engendrent un pronostic plus sombre.

Emplacement de la tumeur

Une tumeur située dans le duodénum, soit le premier segment de l’intestin grêle, semble engendrer un meilleur pronostic qu’une tumeur logée dans le jéjunum (segment central) ou l’iléon (dernier segment).

Grade de la tumeur

Les personnes atteintes d’un adénocarcinome de l’intestin grêle bien différencié, ou de bas grade, ont un meilleur pronostic que celles dont la tumeur est peu différenciée, ou de haut grade.

Type de tumeur

Le type de tumeur affecte aussi le pronostic. En général, le cancer de l’intestin grêle est ainsi classé du pronostic le plus favorable au pronostic le moins favorable :

  • tumeurs neuroendocrines
  • lymphomes – en particulier le lymphome folliculaire
  • sarcomes – en particulier la tumeur stromale gastro-intestinale (TSGI)
  • adénocarcinomes

Histoires

Lisa Hamel Je suis la preuve qu’il est possible de mener une vie normale après le cancer.

Lisez l’histoire de Lisa

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus