Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la peau autre que le mélanome

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer de la peau autre que le mélanome

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition du cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. L’exposition aux rayons ultraviolets (UV) du soleil, des lits de bronzage ou des lampes solaires est le plus important facteur de risque du cancer de la peau autre que le mélanome.

Le risque de carcinome basocellulaire et de carcinome spinocellulaire augmente au fur et à mesure qu’on vieillit. La plupart des cancers de la peau apparaissent après 50 ans, mais on peut aussi les observer chez les plus jeunes. Quand le carcinome basocellulaire (CBC) se développe chez les personnes âgées de moins de 52 ans, il le fait le plus souvent chez la femme. Chez les personnes ayant plus de 52 ans, le CBC affecte le plus souvent l’homme. Quant au carcinome spinocellulaire (CSC), il apparaît autant chez l’homme que chez la femme jusqu’à l’âge de 47 ans. Après cet âge, le SCC est plus courant chez l’homme.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

 

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer de la peau autre que le mélanome.

Rayons ultraviolets

L’exposition aux rayons ultraviolets (UV) est le facteur de risque le plus important du cancer de la peau. Les 3 types de rayons UV sont les UVA, les UVB et les UVC.

Le soleil est la source principale de rayons UV. Les appareils de bronzage artificiel, comme les lits de bronzage et les lampes solaires, sont également une source de rayons UV. Le bronzage est synonyme de dommages à la peau causés par une exposition aux rayons UV. Tout comme le soleil, les appareils de bronzage artificiel émettent des rayons UV qui peuvent causer un mélanome, un cancer de la peau autre que le mélanome, des coups de soleil, le vieillissement prématuré et des cataractes.

La plupart des cancers de la peau sont causés par une exposition prolongée au soleil. Les personnes qui travaillent dehors, comme les agriculteurs, risquent davantage d’être atteintes d’un cancer de la peau puisqu’elles sont exposées aux rayons UV. Les personnes qui vivent à haute altitude ou dans des régions où le soleil brille ardemment tout au long de l'année risquent également davantage d'être atteintes d'un cancer de la peau.

Le développement du carcinome spinocellulaire (CSC) a surtout été lié à l’exposition totale à vie au soleil, dont l’exposition récréative et professionnelle et la surexposition aux rayons UV dans l’enfance.

Le carcinome basocellulaire (CBC) affecte le plus souvent les personnes au teint clair. Son développement a surtout été lié à une exposition intermittente aux rayons UV, aux coups de soleil et à une surexposition dans l’enfance et à l’adolescence.

Peau, yeux, poils et cheveux de couleur pâle

Les personnes dont le teint est clair ou pâle risquent davantage d'être atteintes d'un cancer de la peau autre que le mélanome que les personnes dont le type de peau est différent. Les personnes qui ont les poils et les cheveux blonds ou roux et les yeux bleus, verts ou gris ont également un risque accru de développer un cancer de la peau autre que le mélanome. Leur risque est plus élevé puisque les personnes ayant ces caractéristiques ont moins de mélanine. La mélanine est la substance qui donne la couleur à la peau, aux yeux, aux poils et aux cheveux. Les spécialistes croient qu’elle aide aussi à protéger la peau des rayons UV.

Les personnes qui ont un teint clair ou pâle et qui ont eu d’importants coups de soleil à un jeune âge risquent le plus d’être atteintes d’un cancer de la peau autre que le mélanome.

L'albinisme est un trouble génétique héréditaire caractérisé par un manque de mélanine dans la peau, les yeux et les cheveux. La peau des personnes qui en sont atteintes brûle facilement, ce qui les rend plus à risque d’avoir un cancer de la peau autre que le mélanome.

Antécédents personnels de cancer de la peau

Les personnes qui ont déjà été atteintes d'un cancer de la peau autre que le mélanome ou d'un mélanome risquent beaucoup plus d'avoir de nouveau un cancer de la peau autre que le mélanome et risquent un peu plus d’avoir un mélanome.

Exposition à un rayonnement ionisant

Les personnes ayant reçu une radiothérapie dans le passé risquent davantage de voir un cancer de la peau autre que le mélanome se développer dans la région traitée. Ces cancers secondaires peuvent apparaître de 15 à 20 ans après la radiothérapie.

L'exposition à la radiation causée par des retombées nucléaires, comme à Hiroshima au Japon, est liée à une hausse du risque de cancer de la peau autre que le mélanome.

Exposition à l’arsenic

L’exposition à l’arsenic accroît le risque de cancer de la peau autre que le mélanome. L’arsenic est une substance présente naturellement dans la roche et le sol. L’arsenic et les composés d'arsenic sont aussi présents dans certains types de produits de préservation du bois, de pesticides et d’insecticides.

Les personnes qui travaillent dans l'exploitation minière et la fusion des minerais peuvent être exposées à l’arsenic. Celles qui fabriquent et appliquent des pesticides et des insecticides peuvent aussi être exposées à l'arsenic.

Le plus grand risque d'exposition à l'arsenic est la consommation d'eau potable qui contient une concentration élevée d'arsenic. L’arsenic peut s’infiltrer dans l’eau potable à partir de sources naturelles ou de certains types d’exploitation minière, de fusion des minerais ou d’usines de fabrication.

Exposition à certains produits pétroliers

L'exposition professionnelle à certains produits pétroliers fait augmenter le risque de cancer de la peau autre que le mélanome. Ce sont entre autres le charbon et l'argile litée, le goudron et le brai industriels, la créosote, la suie de cheminée et la paraffine.

PUVA thérapie

La PUVA thérapie est couramment employée pour traiter des affections cutanées comme le psoriasis. On associe le médicament appelé psoralène aux rayons ultraviolets A (UVA). Le psoralène rend la peau plus sensible aux rayons UVA. Recevoir une PUVA thérapie sur une longue période accroît votre risque d’être atteint d’un carcinome spinocellulaire (CSC).

Xeroderma pigmentosum

La xeroderma pigmentosum (XP) est une affection héréditaire rare qui affecte la peau, l’empêchant de réparer les dommages causés par le soleil. Une personne atteinte de XP a la peau plus sensible aux rayons UV, ce qui la fait changer de couleur et vieillir prématurément. Les personnes atteintes de XP risquent aussi davantage d’avoir un mélanome ainsi qu’un cancer de la peau autre que le mélanome.

Nævomatose basocellulaire

La nævomatose basocellulaire est aussi appelée syndrome de Gorlin ou carcinomatose basocellulaire. C’est un trouble héréditaire rare causé par une mutation dans un gène suppresseur de tumeur appelé gène patched 1 (PTCH1).

La nævomatose basocellulaire cause différents problèmes à la peau, aux yeux, au système nerveux, aux glandes endocrines et à la mâchoire. Les personnes atteintes de ce syndrome risquent davantage d’avoir de nombreux carcinomes basocellulaires.

Système immunitaire affaibli

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli risquent davantage d’être atteintes d’un cancer de la peau autre que le mélanome. Le système immunitaire peut être affaibli par certaines maladies. Il peut aussi l’être par les médicaments qu’une personne doit prendre pour freiner son système immunitaire à la suite d'une greffe d'organe.

Affections cutanées précancéreuses

Les personnes qui ont reçu un diagnostic d'affection cutanée précancéreuse risquent davantage d'être atteintes d'un cancer de la peau autre que le mélanome. Ce sont entre autres la kératose sénile et la maladie de Bowen.

Facteurs de risque possibles

On a établi un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer de la peau autre que le mélanome, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer de la peau autre que le mélanome.

Virus du papillome humain (VPH)

Il existe plusieurs souches différentes du virus du papillome humain (VPH) dont certaines causent des verrues dans la région ano-génitale. Une infection au VPH peut causer un cancer de la peau dans cette région du corps. Le VPH peut aussi être un facteur de risque du carcinome épidermoïde de la lèvre.

Une affection génétique héréditaire rare appelée épidermodysplasie verruciforme rend les gens plus vulnérables aux infections cutanées chroniques causées par le VPH. Ces infections ressemblent à des verrues et se manifestent sous forme de plaques écailleuses brunes ou rougeâtres sur le tronc, les mains, les bras, les jambes et le visage. Elles peuvent devenir cancéreuses après l'âge de 30 ans.

Photosensibilisants

Les photosensibilisants rendent la peau exceptionnellement sensible aux rayons ultraviolets, ce qui peut accroître le risque de cancer de la peau autre que le mélanome. Les personnes qui prennent des médicaments contenant un photosensibilisant risquent d'attraper des coups de soleil ou d’avoir une éruption cutanée après s’être exposées au soleil même si c’est pour une courte période. Les médicaments suivants contiennent un photosensibilisant :

  • antihistaminiques
  • contraceptifs oraux et œstrogènes
  • anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • phénothiazines
  • psoralènes (employés dans la PUVA thérapie contre le psoriasis)
  • médicaments à base de soufre comme les sulfamides et les sulfonylurées
  • diurétiques thiazidiques
  • tétracyclines
  • antidépresseurs tricycliques
  • agents chimiothérapeutiques
  • agents antiparasitaires
  • hypoglycémiants oraux

Nombre de grains de beauté

Les résultats de certaines études ont révélé que, plus le nombre de grains de beauté (nævi) est élevé, plus le risque d'être atteint d'un carcinome basocellulaire (CBC) est grand. C'est particulièrement vrai pour les femmes.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si les facteurs suivants sont liés au cancer de la peau autre que le mélanome. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres études afin de savoir si les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du cancer de la peau autre que le mélanome :

  • trauma à la peau
  • tabagisme
  • consommation de produits laitiers non modifiés (comme le lait entier ainsi que le fromage et le yogourt de lait entier)
  • suppléments de sélénium
  • alcool

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Rosemary Pedlar Lorsqu’elle a lu, dans les pages d’un journal, que la Société canadienne du cancer recherchait des bénévoles, Rosemary a tout de suite compris que c’était là sa chance de mettre le pied à l’étrier.

Lisez l’histoire de Rosemary

Création d’une stratégie nationale pour les proches aidants

Illustration d’aidants

La Société canadienne du cancer fait pression auprès du gouvernement fédéral afin qu’il adopte une stratégie nationale pour les aidants, de telle sorte que cet important groupe de personnes bénéficie d’un meilleur soutien financier.

Apprenez-en plus