Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la peau autre que le mélanome

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer de la peau autre que le mélanome

Si vous êtes atteint d’un cancer de la peau autre que le mélanome, vous vous posez peut-être des questions sur votre pronostic. Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera une personne et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type de cancer dont vous êtes atteint, la taille et le grade de la tumeur, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Les facteurs pronostiques aident les médecins à établir un pronostic et à planifier le traitement et le suivi.

Les médecins ont recours à plusieurs des facteurs pronostiques qui suivent pour classer le carcinome basocellulaire (CBC) et le carcinome spinocellulaire (CSC) en catégories de risque. Les catégories de risque aident les médecins à évaluer le risque de réapparition (récidive) du cancer. Les médecins se servent aussi des catégories de risque pour aider à planifier le meilleur traitement.

Le pronostic et la survie pour la plupart des cancers de la peau autres que le mélanome sont excellents. Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques du cancer de la peau autre que le mélanome.

Emplacement

L’emplacement du cancer est un facteur pronostique important du cancer de la peau autre que le mélanome. Un cancer de la peau autre que le mélanome qui affecte les paupières, la peau autour des yeux, le nez, les lèvres, les oreilles, le cuir chevelu, les doigts, les orteils ou les organes génitaux risque davantage de réapparaître (récidive) ou de se propager (métastase) qu’un cancer de la peau autre que le mélanome qui se manifeste ailleurs sur le corps. Un CSC qui prend naissance dans une lésion ou une cicatrice est également considéré comme à risque élevé.

Taille et profondeur de la tumeur

Un cancer de la peau autre que le mélanome qui mesure plus de 2 cm risque davantage qu’une plus petite tumeur de réapparaître ou de se propager. Une tumeur qui a envahi en profondeur les couches de la peau est également plus susceptible de réapparaître et elle engendre un pronostic moins favorable.

Récidive

Un cancer de la peau autre que le mélanome qui réapparaît après avoir été traité engendre un pronostic moins favorable qu’un cancer de la peau autre que le mélanome qui apparaît pour la première fois.

Type ou sous-type de tumeur

Certains sous-types de CBC et de CSC ont tendance à se développer rapidement.

Les sous-types de CBC qui ont un pronostic moins favorable sont infiltrants, micronodulaires ou morphéiformes. Les sous-types de CBC qui ont un meilleur pronostic sont nodulaires ou superficiels.

Le CSC desmoplastique et le carcinome adénosquameux de la peau ont tendance à réapparaître après le traitement et engendrent un pronostic moins favorable.

Grade

Le grade est défini par l'apparence et le comportement des cellules cancéreuses qu'on compare à ceux des cellules normales. Les cancers de bas grade engendrent un meilleur pronostic que les cancers de haut grade.

Bordure de la tumeur

Un CBC dont la bordure est inégale risque davantage de réapparaître qu’un CBC dont la bordure est nette et lisse.

Cellules cancéreuses à l’intérieur ou autour des nerfs

Un cancer de la peau autre que le mélanome qui a envahi les nerfs ou la région tout autour (envahissement périneural) engendre un pronostic moins favorable.

Immunosuppression

L’immunosuppression est l’affaiblissement du système immunitaire, ce qui le rend moins apte à combattre les infections et les maladies. Une personne qui a reçu une greffe d’organe, par exemple, a un système immunitaire affaibli. Les personnes atteintes d’un cancer de la peau autre que le mélanome dont le système immunitaire est affaibli ont un pronostic plus sombre que celles dont le système immunitaire n’est pas affaibli. Le cancer de la peau autre que le mélanome est plus susceptible de se propager aux ganglions lymphatiques voisins (métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux) chez les personnes atteintes d’immunosuppression. Le cancer est également plus susceptible de présenter d’autres caractéristiques à risque élevé, comme l’envahissement périneural.

Stade

Plus le stade est bas lors du diagnostic, meilleur est le pronostic. Une tumeur qui a envahi la peau plus en profondeur ou qui s’est propagée aux structures et tissus voisins engendre un pronostic moins favorable. Un cancer de la peau autre que le mélanome qui s’est propagé à d’autres parties du corps (métastases à distance) engendre un pronostic très sombre.

Histoires

Steve Manske Aider les jeunes à améliorer leur santé

Plus de details

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus