Logo Société canadienne du cancer

Cancer des glandes salivaires

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer des glandes salivaires

La plupart des personnes atteintes du cancer des glandes salivaires seront traitées par chirurgie. Le type de chirurgie pratiqué dépend principalement du type de tumeur, de son emplacement, de son grade et de sa propagation (si elle s’est propagée et où elle s’est propagée). Lorsque votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle considérera aussi d’autres facteurs, comme votre âge et l’effet que l’intervention aura sur votre capacité à parler, à mastiquer et à avaler.

Une chirurgie peut être pratiquée pour différentes raisons. Vous pourriez subir une chirurgie pour :

  • enlever complètement la tumeur
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur (réduction tumorale) avant d’administrer d’autres traitements
  • enlever les ganglions lymphatiques du cou (quand le cancer risque de s'y propager ou quand il s'y est déjà propagé)

Les glandes salivaires et les nerfs voisins vous aident à manger et à digérer la nourriture, c’est pourquoi il faut planifier avec beaucoup de soin la chirurgie visant à enlever une glande salivaire en totalité ou en partie. Votre équipe de soins peut être formée d’un chirurgien de la tête et du cou, d’un chirurgien plasticien, d’un dentiste, d’un orthophoniste et d’un travailleur social. Avant la chirurgie, votre équipe de soins vous expliquera en détail tout effet secondaire qui peut survenir à la suite de cette intervention.

Les types de chirurgie suivants sont ceux auxquels on a le plus fréquemment recours pour traiter le cancer des glandes salivaires. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après chirurgie.

Parotidectomie

La parotidectomie permet de retirer la glande parotide, en partie ou en totalité. Il existe 2 types de parotidectomie.

On pratique une parotidectomie superficielle pour retirer uniquement le lobe superficiel de la glande parotide, dans lequel se trouve la tumeur. On a recours à ce type d’intervention pour traiter les tumeurs qui se situent seulement dans le lobe superficiel. Comme le nerf facial ne traverse pas cette partie de la glande parotide, il y a peu de risque qu’il soit endommagé.

La parotidectomie totale permet de retirer toute la glande parotide. On y a recours pour traiter les tumeurs situées dans le lobe profond de la glande parotide. Puisque le nerf facial traverse cette partie de la glande parotide, le chirurgien tentera d’enlever la glande sans endommager le nerf. Si la tumeur a atteint le nerf ou qu’elle s’est propagée le long du nerf, le chirurgien devra l’enlever pour s’assurer que tout le cancer a été retiré.

Retour au menu

Sialoadénectomie

La sialoadénectomie permet d'enlever la glande salivaire en entier ainsi qu’une marge de tissu tout autour. On effectue ce type d’intervention pour traiter les tumeurs situées dans les glandes sous-maxillaires et sublinguales. Dans le cas d’une tumeur de la glande sous-maxillaire, on effectue la sialoadénectomie par une coupure (incision) pratiquée juste sous la mâchoire inférieure. Pour une tumeur de la glande sublinguale, on pratique la sialoadénectomie par une incision faite dans la bouche plutôt que par une incision dans le visage ou le cou.

La chirurgie pratiquée pour enlever les glandes sous-maxillaires ou sublinguales doit être effectuée avec beaucoup de soin parce que les nerfs qui contrôlent le mouvement de la langue, ses sensations et le goût traversent ces glandes. Le chirurgien localise les nerfs durant l’intervention pour ne pas les endommager ni les retirer. Si le cancer s’est propagé vers ces nerfs, ceux-ci devront être enlevés.

Retour au menu

Chirurgie du cancer des glandes salivaires accessoires

L'excision large permet d'enlever la glande et une marge de tissu sain tout autour.

L’excision locale large est la chirurgie la plus couramment utilisée pour retirer le cancer situé dans une glande salivaire accessoire. Il est également possible d’employer d’autres types de chirurgie, selon l’emplacement où se situe la tumeur, sa taille et l’emplacement où elle s’est propagée.

Retour au menu

Curage ganglionnaire cervical

Le curage ganglionnaire cervical, ou lymphadénectomie, est une intervention qui permet d’enlever des ganglions lymphatiques dans le cou (ganglions cervicaux). Le cancer des glandes salivaires peut se propager vers ces ganglions lymphatiques.

Le curage ganglionnaire cervical sélectif, ou limité, permet d’enlever uniquement certains ganglions lymphatiques situés près de la tumeur de la glande salivaire ou du même côté du cou que la tumeur.

Le curage ganglionnaire cervical radical, ou total, permet d'enlever tous les ganglions lymphatiques situés autour de la tumeur de la glande salivaire et du même côté du cou que la tumeur.

On ne pratique pas de curage ganglionnaire cervical pour les tumeurs de bas grade si le médecin pense que le cancer ne s’est pas propagé vers les ganglions lymphatiques du cou. On peut effectuer cette intervention si les ganglions lymphatiques situés près d’une tumeur de la glande salivaire sont enflés et que le médecin pense que le cancer s’y est propagé. On peut aussi y avoir recours dans le cas d’un cancer de haut grade parce qu'il y a un risque élevé que ce cancer se propage aux ganglions lymphatiques du cou.

Si le cancer des glandes salivaires se situe sur les deux côtés du cou, le médecin peut effectuer un curage ganglionnaire cervical aux deux côtés du cou (curage ganglionnaire cervical bilatéral).

Retour au menu

Chirurgie reconstructive

Vous pourriez devoir subir une chirurgie reconstructive après la chirurgie effectuée pour retirer le cancer des glandes salivaires.

Si le chirurgien retire le nerf facial, il peut greffer un nerf prélevé dans une autre partie du corps. Cette intervention peut vous aider à conserver des sensations et des mouvements musculaires normaux dans votre visage. Une chirurgie reconstructive réussit mieux lorsqu’elle peut être effectuée en même temps que la chirurgie pratiquée pour enlever une tumeur. Si une radiothérapie est administrée après la chirurgie, il est possible qu'il y ait un problème avec la greffe de nerf.

Il arrive parfois que le chirurgien doive enlever de la peau ou d’autres tissus et structures autour de la glande salivaire pour s’assurer d’enlever la tumeur en entier. Lors de la chirurgie reconstructive, il est possible qu’on utilise des greffons de peau et de tissus pour réparer les dommages et améliorer l'apparence à la suite de l’intervention visant à enlever la tumeur. La chirurgie peut être réalisée par un chirurgien plasticien au même moment que l’ablation de la tumeur ou au cours d’une autre chirurgie plus tard. La chirurgie reconstructive pourrait être retardée jusqu’à ce que la radiothérapie soit terminée, car la radiation peut endommager la peau et les tissus greffés.

Retour au menu

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer des glandes salivaires, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines personnes éprouvent beaucoup d’effets secondaires, tandis que d’autres en éprouvent peu.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chirurgie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type d’intervention pratiqué et de votre état de santé global.

La chirurgie d'un cancer des glandes salivaires peut engendrer les effets secondaires suivants :

  • changements aux nerfs du visage et du cou
  • formation de tissu cicatriciel
  • rougeur et sudation d'un côté du visage au moment de manger (syndrome de Frey)
  • salive s'accumulant dans le site chirurgical ou s'écoulant à travers l'incision

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et les effets secondaires de cette intervention. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Histoires

Researcher Dr Raymond Andersen Les recherches du Dr Raymond Andersen pourraient mener à la découverte d’un nouveau médicament prometteur contre le cancer de la prostate.

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus