Cancer de la
prostate

Vous êtes ici:

Soins de soutien pour le cancer de la prostate

Les soins de soutien permettent de surmonter les obstacles physiques, pratiques, émotifs et spirituels engendrés par le cancer de la prostate. C’est une composante importante des soins apportés aux hommes atteints de cette maladie. De nombreux programmes et services permettent de répondre aux besoins et d’améliorer la qualité de vie de ceux-ci et de leurs proches, en particulier une fois que le traitement est terminé.

Le rétablissement d’un cancer de la prostate et l’adaptation à la vie après le traitement diffèrent d’un homme à l’autre. Ils varient selon l’endroit où se trouvait le cancer dans le corps, le stade du cancer, les organes ou les tissus enlevés par chirurgie, le type de traitement administré et bien d’autres facteurs. La fin du traitement d’un cancer peut susciter des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d’autres questions à régler, comme l’adaptation aux effets secondaires à long terme. Un homme qui a été traité pour un cancer de la prostate peut se préoccuper des aspects suivants.

Estime de soi et image corporelle

L’estime de soi désigne la façon par laquelle une personne se sent par rapport à elle-même. L’image corporelle désigne la façon par laquelle une personne perçoit son propre corps. Le cancer de la prostate et ses traitements (comme l’hormonothérapie ou la chirurgie) peuvent nuire à l’estime de soi et à l’image corporelle d’un homme, souvent parce qu’ils entraînent des changements corporels, par exemple :

  • perte de poids et de masse musculaire
  • croissance et sensibilité du tissu mammaire
  • bouffées de chaleur et sautes d’humeur
  • perte de l’un ou des deux testicules
  • perte du contrôle de la vessie (appelée incontinence urinaire)
  • troubles sexuels, dont le dysfonctionnement érectile

Certains de ces changements peuvent être temporaires, alors que d’autres dureront longtemps ou seront permanents.

Votre équipe de soins peut vous aider à trouver un conseiller ou vous fournir des ressources qui vous aideront à faire face aux problèmes d’estime de soi et d’image corporelle. Elle peut aussi vous proposer d’autres moyens de vous venir en aide. Par exemple, certains hommes à qui l’on a enlevé un des testicules ou les optent pour la mise en place chirurgicale d’une prothèse testiculaire.

Sexualité

De nombreux hommes continuent de vivre des relations solides empreintes de soutien et d’avoir une vie sexuelle satisfaisante après un cancer de la prostate. Si des troubles sexuels se manifestent à cause du cancer de la prostate ou de ses traitements, il existe des moyens de les prendre en charge.

La plupart des hommes atteints de cancer de la prostate sont âgés au moment du diagnostic, donc l’incapacité de procréer pose rarement problème. Discutez avec votre médecin si vous êtes préoccupé par l’effet du traitement sur votre fertilité.

Types de troubles sexuels

Les troubles sexuels suivants peuvent survenir à cause du traitement du cancer de la prostate.

Le dysfonctionnement érectile est l’incapacité d’avoir et de maintenir une érection suffisamment ferme pour permettre une relation sexuelle.

L’éjaculation rétrograde signifie que le sperme remonte dans la vessie et se mélange à l’urine au lieu de sortir par le pénis lors de l’orgasme. Elle peut survenir chez les hommes qui ont subi une résection transurétrale de la prostate (RTUP).

Un orgasme sec signifie qu’un homme n’éjacule pas de sperme au moment où il jouit. Cela peut arriver après une prostatectomie radicale. En effet, cette intervention chirurgicale consiste à enlever la prostate et les vésicules séminales, qui produisent la plus grande partie liquide du sperme. Les hommes qui ont subi cette opération ne sont donc pas en mesure de procréer naturellement.

La perte de désir sexuel est aussi appelée baisse de libido. Il est courant d’éprouver moins d’intérêt pour le sexe après avoir reçu un diagnostic de cancer et pendant le traitement. L’hormonothérapie risque particulièrement de réduire votre désir sexuel, car elle diminue le taux de testostérone. Votre désir sexuel peut aussi être faible après le traitement si vous craignez que les relations sexuelles soient douloureuses ou que vous ne soyez pas capable d’avoir une érection ou d’atteindre l’orgasme.

Obtenir de l’aide

Certains hommes pourraient avoir besoin d’aide pour faire face aux troubles sexuels ou aux préoccupations liées à la sexualité. Des professionnels de la santé spécialisés en troubles sexuels peuvent fournir de l’information et apporter du soutien aux hommes atteints de cancer et leurs partenaires. Le counseling sexuel peut se faire individuellement, en couple ou en groupe. Le counseling peut vous aider à parler ouvertement de vos problèmes, à affronter vos préoccupations et à découvrir de nouvelles manières de vous adapter ou d’obtenir du plaisir sexuel.

Discutez des ressources qui existent avec votre équipe de soins. Elle peut vous proposer des moyens de vous adapter aux troubles sexuels, comme la physiothérapie, des médicaments, des dispositifs ou des prothèses.

Apprenez-en davantage sur la sexualité et le cancer et sur les troubles sexuels chez l’homme, y compris sur les façons de les prendre en charge.

Incontinence urinaire

L’incontinence urinaire désigne la perte du contrôle de la vessie. Elle peut survenir lorsqu’une tumeur de la prostate croît, exerce une pression sur l’urètre et empêche le passage de l’urine évacuée par la vessie. Une chirurgie ou une radiothérapie pour traiter le cancer de la prostate peut aussi endommager les nerfs ou les muscles qui contrôlent la vessie ou l’écoulement de l’urine. La radiothérapie peut également irriter le revêtement de la vessie, ce qui peut entraîner le besoin d’uriner fréquemment et des mictions urgentes.

L’incontinence urinaire peut être embarrassante et incommodante, mais on peut la traiter à l’aide de médicaments, d’une chirurgie, de changements comportementaux ou de dispositifs médicaux visant à obtenir un meilleur contrôle de la vessie.

Apprenez-en davantage sur l’incontinence urinaire.

Troubles intestinaux

Les hommes qui ont reçu de la radiothérapie peuvent éprouver des troubles intestinaux, comme la constipation, les flatulences excessives, les crampes ou la diarrhée. Parlez à votre équipe de soins si vous éprouvez des troubles intestinaux. Elle peut vous proposer des changements à apporter à votre alimentation ou vous prescrire des médicaments qui peuvent vous aider à traiter ces problèmes.

Fatigue

La fatigue rend une personne plus lasse que d’habitude et peut nuire aux activités quotidiennes et au sommeil. Elle peut être causée par un nombre peu élevé de globules rouges (anémie), des médicaments particuliers, une perte d’appétit ou la dépression. Elle peut aussi être associée à des substances toxiques produites lorsque les cellules cancéreuses se décomposent et meurent. La fatigue peut s’atténuer avec le temps, mais elle peut également se prolonger bien après la fin du traitement du cancer.

Apprenez-en davantage sur la fatigue.

Ostéoporose et fractures

L’ostéoporose désigne la perte de masse (densité) osseuse et la dégradation du tissu osseux. Certains types d’hormonothérapie employés pour traiter le cancer de la prostate augmentent le risque d’ostéoporose. Ces traitements diminuent la quantité de testostérone dans le corps afin d’empêcher les cellules cancéreuses de l’utiliser pour croître. Cependant, la testostérone joue aussi un rôle dans le maintien d’os solides, donc les formes d’hormonothérapie qui réduisent le taux de testostérone peuvent entraîner une perte osseuse. Un cancer qui s’est propagé aux os risque également d’affaiblir les os et de provoquer des fractures.

La détection précoce et le traitement rapide de l’ostéoporose peuvent aider à prévenir la perte osseuse et les fractures. De plus, la recherche montre qu’un apport suffisant en vitamine D et en calcium peut contribuer à prévenir l’ostéoporose et les fractures chez les hommes qui reçoivent de l’hormonothérapie.

Apprenez-en davantage sur l’ostéoporose.

Peur de la récidive

Beaucoup d’hommes traités pour un cancer de la prostate sont préoccupés par la réapparition, ou récidive, du cancer. Il est important d’apprendre à faire face à ces inquiétudes afin de maintenir une bonne qualité de vie.

Si vous constatez que vous êtes constamment inquiet et angoissé ou si votre anxiété nuit à votre vie quotidienne, vous pourriez envisager de parler avec un conseiller. Il est important d’apprendre à maîtriser votre inquiétude afin de consacrer votre énergie à vivre votre vie, à prendre soin de votre santé et à profiter le plus possible de chaque journée.

Cancers secondaires

Les survivants du cancer de la prostate ont un risque accru d’être atteints d’un autre (deuxième) cancer. Ces cancers secondaires comprennent :

  • cancer de l’intestin grêle
  • sarcome des tissus mous
  • cancer de la vessie
  • cancer de la thyroïde
  • cancer du thymus
  • mélanome cutané
  • cancer du rectum
  • leucémie aiguë myéloblastique (LAM)

Le risque d’apparition d’un cancer secondaire est lié à certaines mutations génétiques ou à certaines habitudes de vie. La radiothérapie (selon le type employé et la dose administrée) peut aussi accroître le risque de cancer secondaire. Bien que la possibilité d’avoir un cancer secondaire puisse être angoissante, les bienfaits de traiter le cancer de la prostate par radiothérapie surpassent habituellement de beaucoup le risque d’être atteint d’un deuxième cancer.

Adoption d’un mode de vie sain et conception d’un plan de mieux-être

Adopter un mode de vie sain, y compris éviter de fumer, bien s’alimenter, faire assez d’activité physique, maintenir un poids santé et limiter sa consommation d’alcool, peut contribuer à prolonger la survie et à réduire le risque de récidive ou de cancer secondaire. Votre équipe de soins peut vous aider à concevoir un plan de mieux-être afin de rester en bonne santé. Être conscient des changements qui affectent votre santé et signaler tout problème à votre médecin sont également des composantes importantes du suivi après un traitement du cancer, tout comme l’est un dépistage systématique visant la détection précoce des cancers secondaires.

Nutrition

Une alimentation saine et bien équilibrée composée d’une variété de groupes alimentaires peut vous aider à vous rétablir du cancer de la prostate. Bien vous alimenter peut aussi contribuer à prolonger votre survie et à réduire le risque de cancer secondaire.

Pendant le rétablissement d’un cancer de la prostate, essayez de :

  • adopter une alimentation riche en légumes, en fruits et en grains entiers
  • limiter les aliments et les boissons riches en calories
  • consommer des aliments faibles en gras saturés

Si vous avez reçu de l’hormonothérapie ou de la radiothérapie pour traiter un cancer de la prostate, discutez avec votre médecin ou avec un diététiste pour déterminer le régime alimentaire qui vous convient le mieux. La recherche indique qu’un apport suffisant en vitamine D et en calcium peut aider à prévenir l’ostéoporose et les fractures chez les hommes qui reçoivent de l’hormonothérapie. Certains hommes recevant de la radiothérapie ont de la difficulté à bien absorber les éléments nutritifs contenus dans la nourriture.

Il n’y a pas suffisamment de données probantes pour prétendre que la prise de suppléments nutritionnels, peu importe la sorte, peut guérir le cancer de la prostate ou réduire le risque qu’il se propage à d’autres parties du corps ou qu’il réapparaisse après le traitement.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les soins de soutien après un traitement.

Histoires

Dr Senthil Muthuswamy Des tumeurs pancréatiques expérimentales

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus