Cancer de la
prostate

Vous êtes ici:

Trouver le cancer de la prostate à ses débuts

Détecter et traiter un cancer de la prostate à un stade précoce accroît les chances de réussite du traitement. Reconnaître les symptômes et passer régulièrement un examen de santé sont les meilleures façons de détecter le cancer de la prostate à un stade précoce. Plus les symptômes sont mentionnés rapidement au médecin, plus il sera en mesure de diagnostiquer le cancer à un stade précoce et de le traiter le plus vite possible.

Les hommes âgés de plus de 50 ans devraient demander à leur médecin s'ils doivent passer un test de détection précoce du cancer de la prostate. On peut avoir recours aux tests suivants pour aider à détecter le cancer de la prostate à un stade précoce :

  • toucher rectal (TR)
    • Le TR est la méthode la plus courante pour détecter un cancer de la prostate.
    • La plupart des cancers de la prostate apparaissent dans la zone périphérique de cette glande. La zone périphérique est la partie de la prostate qui est la plus près du rectum et que le médecin peut facilement palper lors du TR.
    • Une prostate normale est lisse et caoutchouteuse au toucher. Le médecin la palpe à la recherche de masses ou d'un changement de taille, de forme et de consistance. Au toucher, le cancer de la prostate ressemble à une surface dure ou grumeleuse.
  • test de l'antigène prostatique spécifique (APS)
    • Le test de l'APS aide à détecter des problèmes de prostate, dont le cancer de la prostate.
    • Il permet de mesurer la quantité d’antigène prostatique spécifique (APS) dans le sang.
    • La prostate fabrique l’APS. Il est normal de trouver une petite quantité d'APS dans le sang, mais des troubles de la prostate peuvent causer une hausse du taux d'APS.
    • Le test de l'APS peut être plus efficace que le TR pour trouver des anomalies dans la prostate, mais il n'est pas parfait pour détecter le cancer de la prostate.
    • Il arrive parfois que la hausse du taux d’APS soit causée par des problèmes autres que le cancer de la prostate, et chez les hommes atteints du cancer de la prostate, le taux d’APS n’est pas toujours élevé.

Associer ces tests est plus efficace que d'employer l'un ou l'autre, et c'est pourquoi on le fait souvent. Le TR et le test de l'APS peuvent aider à détecter le cancer de la prostate à un stade précoce, mais ils ne sont pas précis à 100 %. Ils peuvent parfois nous faire passer à côté d'un cancer de la prostate alors qu'il est présent (faux négatif) ou causer une fausse alarme en laissant croire qu'un cancer de la prostate est présent alors que ce n'est pas le cas (faux positif). Dans certains cas, ces tests peuvent détecter un cancer de la prostate qui pourrait ne pas menacer gravement la santé d'un homme. Certains cancers de la prostate se développent très lentement et peuvent être présents pendant des années sans affecter la santé d'un homme.

La recherche démontre à l'heure actuelle que les risques de la détection du cancer de la prostate pourraient surpasser les bienfaits du dépistage chez les hommes dont le risque de développer un cancer de la prostate est moyen.

Il est important que les hommes discutent avec leur médecin de leur propre risque de cancer de la prostate et des bienfaits ainsi que des risques du dépistage.

Personnes risque élevé

Les hommes dont le risque d'être un jour atteints d'un cancer de la prostate est plus élevé que la moyenne pourraient devoir passer un test de dépistage à un plus jeune âge (à partir de 40 ans) que les personnes dont le risque est moyen. Les facteurs suivants font que le risque d'une personne est plus élevé que la moyenne :

  • origine africaine
  • antécédents familiaux de cancer de la prostate

Les hommes dont le risque d'être un jour atteints d'un cancer de la prostate est plus élevé que la moyenne devraient discuter avec leur médecin d'un plan personnalisé de dépistage.

Histoires

Stephanie Hermsen Grâce au financement de la Société canadienne du cancer, on a fait des pas de géant dans la recherche sur le rétinoblastome, et Liam n’aura pas à vivre ce que moi, j’ai vécu.

Lisez l’histoire de Stephanie

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus